vielle

Recherches associées à vielle: veille

vielle

n.f. [ anc. prov. viola ]
Vièle à clavier dont les cordes sont frottées par une roue mise en rotation par une manivelle.

VIELLE

(viè-l' ; en vers, il est de deux ou de trois syllabes vi-è-le ou viè-le ; aujourd'hui on le fait plus habituellement de deux) s. f.
Au moyen âge, instrument semblable au violon, qui se jouait avec un archet [CHÉRUEL, Dict. hist. de la France]
Aujourd'hui, instrument qui se joue au moyen d'une roue enduite de colophane qu'on fait tourner plus ou moins rapidement par une manivelle ; ses intonations se font au moyen de touches d'un clavier qui pressent la corde contre la touche [FÉTIS, Dict. de musique]
Qui rudes n'aimeront la lyre de la Muse, Non plus qu'une vielle ou qu'une cornemuse [RÉGNIER, Sat. IV]
Et chantait au son d'une vielle Vive Henri quatre et Gabrielle ! [BÉRANG., H. rouge.]
Fig. Ils ont accordé leurs vieilles ensemble, ils se sont concertés. Il est du bois dont on fait les vielles, se dit d'un homme dont l'humeur est aisée, accommodante. Il est long comme une vielle, se dit d'un homme lent à tout ce qu'il fait. Tête de vielle, se dit de la tête du cheval lorsqu'elle présente une certaine ressemblance avec la vielle.
On donne quelquefois le nom de vielle organisée aux orgues de Barbarie.
Terme de serrurier. Loquet à vielle, loquet dont le battant est soulevé par une pièce coudée en forme de manivelle.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Li uns [tient] une viele, l'arçon fu de saphir, Et li autre une harpe, moult fu boine à oïr [, Roman d'Alexandre, dans DE LABORDE, Émaux, p. 542]
  • XIIIe s.
    Plus leur plaist [la nouvelle] à oïr que harpe ne vielle [AUDEFR. LE BAST., Romancero, p. 17]
    Et puis vint au castiel, et s'accointa au castelain de laiens, et dist qu'il estoit menestreus de viiele, et volontiers demourroit avoec lui, s'il lui plaisoit [, Chr. de Rains, p. 54]
  • XVe s.
    Laquelle jeune fille se acointa d'un archier, et accorderent leurs vielles ensemble [J. DE TROYES, Chron. 1465]

ÉTYMOLOGIE

  • Autre forme de viole ; génev. vieille.

vielle

VIELLE. n. f. Instrument de musique à cordes, dont on joue par le moyen de touches et d'une roue qu'on tourne avec une manivelle. Jouer de la vielle. Un joueur de vielle. Danser au son de la vielle.

vielle


VIELLE, s. f. VIELLER, v. n. VIELLEUR, EûSE, s. m. et f. [Viè-le, vié-lé, leur, leû-ze: 1re è moy. au 1er, é fer. aux 3 aûtres: 2e e muet au 1er, é fer. au 2d. Devant l'e muet, ce premier e se change en è moy. Il vielle, viellera, etc. prononcez vièle, vièlera, etc.] Vielle, instrument de Musique à cordes de boyau, que l'~ on fait sonner par le moyen de quelques touches et d'une petites roûe, qu'on tourne par une manivelle. "Jouer de la vielle. Danser au son de la vielle. = * Le peuple prononce vieille, jouer de la vieille: c'est un barbarisme. = Vieller, jouer de la vielle. "Il va vieller de porte en porte. = Fig. User de longueurs inutiles. "Pourquoi tant vieller? Il est populaire. Acad. = Vielleur, eûse, celui, celle, qui joûe de la vielle. Apelez le vielleur, faites venir la vielleûse.

Traductions

vielle

niněra

vielle

Leier, Fiedel

vielle

vielle

vielle

ghironda

vielle

[vjɛl] nfhurdy-gurdy