vin

vin

n.m. [ lat. vinum ]
1. Boisson alcoolisée obtenue par la fermentation du jus de raisin frais : Un vin blanc, rouge, rosé. Un pichet de vin. Voulez-vous du vin ?
2. Liqueur alcoolisée obtenue par la fermentation d'un produit végétal : Vin de noix. Vin de palme.
Être entre deux vins,
être un peu ivre.
Tache de vin,
Cour. angiome.
Vin cuit,
vin provenant d'un moût concentré à chaud.
Vin de table,
vin de consommation courante.
Vin d'honneur,
petite cérémonie au cours de laquelle on boit du vin en l'honneur de qqn ou pour fêter qqch.
Vin nouveau,
vin de l'année.

VIN

(vin ; l'n ne se lie pas : du vin excellent) s. m.
Liqueur alcoolique résultant de la fermentation du jus de raisin, et servant de boisson. Vin de Bourgogne. Vin loyal et marchand, vin de primeur, vin prompt à boire, vin de l'arrière-saison, vin rassis, vin cuit.
Celui [feu sans lumière] qui échauffe le foin lorsqu'on l'a renfermé avant qu'il fût sec, ou qui fait bouillir les vins nouveaux lorsqu'on les laisse cuver sur la râpe [DESC., Méth. v, 4]
L'homme faible et léger sans un secours divin S'enivre de faveur comme on le fait de vin [TRISTAN, Panthée, III, 5]
Le vin pris avec tempérance est une seconde vie : si vous en prenez modérément, vous serez sobre [SACI, Bible, Ecclésiastiq. XXXI, 32]
Quel est le cabaret honnête Où tu t'es coiffé le cerveau ? Était-ce un vin à faire fête ? Était-il vieux ou nouveau ? [MOL., Amph. III, 3]
Qu'est devenu ce teint.... Où la joie en son lustre attirait les regards, Et le vin en rubis brillait de toutes parts ? [BOILEAU, Sat. III]
Que tous les vins pour moi deviennent vins de Brie [ID., ib.]
Les hommes peuvent conserver leur santé et leurs forces sans vin ; avec le vin ils courent risque de ruiner leur santé et de perdre les bonnes mœurs [FÉN., Tél. VIII]
Un grand aime la Champagne, abhorre la Brie ; il s'enivre de meilleur vin que l'homme du peuple : seule différence que la crapule laisse entre les conditions les plus disproportionnées, entre le seigneur et l'estafier [LA BRUY., IX]
On croit que c'est aux Gaulois établis le long du Pô que nous devons l'invention utile de conserver le vin dans des vaisseaux de bois exactement fermés [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. x, p. 439, dans POUGENS]
Le couvert est mis, le vin rafraîchi, on se mettra à table quand vous voudrez [DANCOURT, Vert galant, sc. 12]
Lorsque la Hollande faisait presque seule le commerce du midi au nord de l'Europe, les vins de France, qu'elle portait au nord, ne lui servaient en quelque manière que de fonds pour faire son commerce dans le nord [MONTESQ., Esp. XX, 6]
On a planté plus de vignes, et on les a mieux cultivées ; on a fait de nouveaux vins qu'on ne connaissait pas auparavant, tels que ceux de Champagne [VOLT., Louis XIV, 30]
Les vins renfermés dans les caves dont la température est assez constamment à dix degrés, se conservent sans altération [FOURCROY, Conn. chim. t. VIII, p. 187]
Le vin est un excellent remède pour les personnes qui n'en font pas habituellement usage ; c'est un tonique, un stomachique, un corroborant, un cordial très puissant [ID., ib. p. 141]
Les vins délicats tournent à l'aigre ou au gras avec une telle facilité que ce n'est qu'avec les plus grandes précautions qu'on peut les conserver plusieurs années [GENLIS, Maison rust. t. III, p. 304, dans POUGENS]
Et de Beaune et d'Aï les rives fortunées... Sous leurs bruyants pressoirs font couler en ruisseaux Des vins délicieux, mûris sur leurs coteaux [A. CHÉNIER, Hymne à la France]
C'est avec le jus de raisin qu'on fait le vin ; ce jus est formé de beaucoup d'eau, d'une assez grande quantité de sucre, d'une matière particulière, très soluble dans l'eau, et d'une petite quantité de mucilage, de tartrate acide de potasse, de tartrate de chaux, de sel marin, de sulfate de potasse [THENARD, Traité de chim. t. III, p. 417, dans POUGENS]
Les vins rouges proviennent du moût des raisins noirs avec l'enveloppe de leurs grains ; et les vins blancs, des raisins blancs, ou bien encore du moût des raisins noirs fermenté sans cette enveloppe [ID., ib. p. 419]
Venez tous, passants, venez lire L'épitaphe que je me fais ; J'ai chanté l'amoureux délire, Le vin, la France et ses hauts faits [BÉRANG., Épitaphe]
Fig.
La raison une fois livrée à l'attrait des sens et prise de ce vin fumeux [BOSSUET, Sermons, Amour du plaisir, 1]
Le péril est comme le vin, il monte la tête [STAËL, Corinne, XII, 2]
Fig.
Quels mets à ce cruel, quel vin préparez-vous ? Le sang de l'orphelin, les pleurs des misérables... C'est son breuvage le plus doux [RAC., Esth. III, 3]
Les grands vins, les vins des crus les plus renommés. Les grands vins de Bourgogne. Vins frais, vins qui n'ont pas beaucoup d'alcool. Vins de propriétaires, vins vendus par les propriétaires eux-mêmes. Faire jambes de vin, bien boire pour être en état de bien marcher. Ce vin se laisse boire, il est passable ; il se fait boire, il est bon. Vin en cercles, le vin qui est dans les futailles. Vin de deux feuilles, de trois feuilles, etc. voy. FEUILLE n° 1. Vin de copeau, vin dans lequel on a fait tremper des copeaux pour l'éclaircir et le rendre plus tôt buvable. Vin de goutte, voy. GOUTTE 1, n° 17. Vin du cru, vin recueilli dans l'endroit même où on le consomme. Proverbialement. Il faut se défier du vin du cru (parce que beaucoup de crus sont mauvais). D'un bon vin, on dit qu'il rappelle son buveur. Du vin à faire danser les chèvres, vin très aigre. Du vin bon à laver les pieds des chevaux, très mauvais vin. Vin d'une oreille, de deux oreilles, voy. OREILLE, n° 6. Vin de l'étrier, vin que l'on boit au moment de monter à cheval. Vin de veille, vin qu'on met dans la chambre des princes en cas qu'ils en aient besoin la nuit. Vin d'honneur, ou vin de ville, vin que les officiers municipaux offrent à de hauts personnages, lorsque ceux-ci font leur entrée en certaines villes.
En attendant que vous veniez faire votre entrée dans votre nouvelle ville qu'il est si difficile de fonder.... avant que je vous présente le vin de ville, le plus détestable vin qu'on ait jamais bu [VOLT., Lett. Mme de Choiseul, 9 avril 1770]
Mettre de l'eau dans le vin, l'étendre d'eau, afin qu'il ne porte pas à la tête. Fig. Mettre de l'eau dans son vin, modérer ses paroles, ses prétentions. Vin de singe, s'est dit autrefois d'un vin qui met en gaieté.
L'ayant fait mettre on ses goguettes par le moyen de deux ou trois verres d'un vin de singe, qu'il lui avait fait boire [, Francion, VI, p. 242]
Vin doux, vin nouveau qui n'a pas encore cuvé.
Qu'avec son écharpe il [notre maire] vendange, Et de vin doux on la barbouillera [BÉRANG., Vendanges]
Vin bourru, vin nouveau qui n'a guère cuvé et qui se conserve doux. Vin coupé, vin mêlé, vin mêlé avec d'autre vin.
À peine ai-je senti cette liqueur traîtresse, Que de ces vins mêlés j'ai reconnu l'adresse [BOILEAU, Sat. III]
Vins plâtrés, voy. PLÂTRÉ. Vin tourné, vin qui a subi une fermentation nouvelle portant surtout sur ses tartrates et résultant soit de ce qu'il a été soumis à des variations de température, en été surtout, soit de ce qu'il a été mis dans des vases ayant contenu déjà du vin tourné.
Du vin qu'a fait tourner l'orage Un vin nouveau bientôt consolera [BÉRANG., Vendanges.]
Vin de cerneaux, vin rosé qui est bon à boire dans la saison des cerneaux. Vin de teinte, ou vin de teinture, gros vin qui donne de la couleur à des vins fabriqués.
Marchand de vin de teinte [, Tarif des patentes, 1858]
Vins d'imitation, vins produits par différents mélanges et qui imitent certains vins naturels. Les vins d'imitation fabriqués à Cette. Vin de liqueur ou vin liqueur, vin très alcoolique qu'on boit, en petite quantité, à l'entremets et au dessert. Demi-vin ou petit vin, eau passée sur le marc de raisin, piquette.
Les demi-vins, vins de refoul, piquettes et autres boissons tirées à clair [, Arrêt du conseil d'État, 1er et 26 août 1741]
Fig. Ivresse.
Je respecte le vin ; va-t'en, retire-toi [MOL., Amph. III, 2]
Le vin au plus muet fournissant des paroles, Chacun a débité ses maximes frivoles [BOILEAU, Sat. III]
Trop sujet au vin, il avait perdu son emploi [COMTE DE CAYLUS, Œuv. t. x, p. 234, dans POUGENS]
Rentrez donc, Rosine, cet homme paraît avoir du vin [BEAUMARCH., Barb. de Sév. II, 12]
Les trois grands défauts, le vin, le jeu et les femmes [PICARD, Deux Philib. II, 19]
De mes vieux compagnons de gloire Je viens de me voir entouré ; Nos souvenirs m'ont enivré, Le vin m'a rendu la mémoire [BÉRANG., Vieux drapeau.]
Entre deux vins, dans un état où l'on est excité sans être ivre.
Adieu, ma fille, en voilà assez pour des gens entre deux vins [SÉV., 29 août 1677]
Il y a un temps infini qu'on ne voit plus de bourgeois ivres dans les rues, ni de petits maîtres entre deux vins rendre hommage au beau sexe dans les bosquets des Tuileries [DANCOURT, Impromptu de Sur. sc. 6]
Il ne serait même pas mal que vous eussiez l'air entre deux vins [BEAUMARCH., Barb. de Sév. I 4]
C'est un sac à vin, se dit d'un grand ivrogne Ivrogne que tu es !... sac à vin ! [MOL., Méd. malgré lui, I, 1]
Le vin lui sort par les yeux, se dit d'un homme extrêmement ivre. Avoir le vin bon, mauvais, gai, triste, avoir une ivresse douce, querelleuse, gaie, sombre.
Je n'ai pas le vin bon, je vous en avertis, et je viens d'en boire copieusement [DANCOURT, Loterie, sc. 27]
Pour peu que j'eusse le vin furieux, je l'aurais déjà tué plus de trente fois [ID., l'Opérat. Barry, sc. 14]
Être en pointe de vin, commencer à être mis en gaieté par le vin.
Quand ils furent un peu en pointe de vin, il leur fit signer que l'âme de l'empereur Marc-Aurèle resterait in statu quo.... [VOLT., l'Hom. aux 40 écus, Grande querelle.]
Être chaud de vin, commencer à être ivre. Être pris de vin, être déjà ivre. Porter bien le vin, son vin, boire beaucoup sans qu'il y paraisse. Tenir bien du vin, boire beaucoup.
Vous vous faites honneur d'être un franc libertin ; Vous mettez votre gloire à tenir bien du vin [REGNARD, le Distr. I, 6]
Cuver son vin, dormir afin de laisser passer son ivresse, et fig. se donner le temps de revenir à la raison. Fig. S'enivrer de son vin, s'infatuer de ses propres idées.
Quelquefois, la force même du vin. Ainsi on dit en parlant d'un vin fort ou faible : il a beaucoup de vin, il a peu de vin.
Élevage des vins, l'ensemble des différents soins que l'on prend pour amener les vins par le progrès de l'âge à leur plus grande bonté.
Pot de vin, voy. POT, n° 12. (à POT, le Dict. de l'Académie met des traits d'union, pot-de-vin ; à VIN, il n'en met pas, pot de vin.) Le vin du marché, le vin que souvent ceux qui viennent de conclure un marché boivent ensemble. Boire le vin du marché. Fig.
Charost brusqua ce dernier point du roi à lui, comme le vin du marché sans lequel il ne pouvait le conclure de bon cœur [SAINT-SIMON, 312, 84]
Tache de vin, tache rouge que quelques personnes ont, de naissance, sur quelque partie du corps.
Vins médicinaux, médicaments officinaux, liquides, résultant de l'action dissolvante du vin sur les diverses substances médicinales. Du vin de quinquina. Vin d'absinthe. Vin antimonié ou vin émétique.
Quoi ! vous ne croyez pas au séné, ni à la casse, ni au vin émétique ? [MOL., D. Juan, III, 1]
10° On a étendu le nom de vin à toutes les liqueurs fermentées et spiritueuses que l'on tire des végétaux, soit en en exprimant le suc, soit en les faisant macérer dans l'eau. Vin de cannes, suc de cannes à sucre qu'on a laissé fermenter Vin chinois, liqueur fermentée que les Chinois préparent avec le millet ou le sorgho. Vin de palme, boisson produite par la séve sucrée du cocotier et de différents autres palmiers, laquelle, obtenue par incision, éprouve bientôt la fermentation alcoolique par suite de la chaleur habituelle aux lieux où croissent ces végétaux. Vin de prunelles, vin que les paysans font avec des prunelles ou prunes sauvages. Fig. Vin de prunelles, mauvais vin, vin aigre et faible.
11° Poire de vin, variété de poire.
12° Terme d'alchimie. Vin des sages, le mercure.

PROVERBES

  • À bon vin point d'enseigne, ce qui est bon n'a pas besoin d'être prôné.
  • après bon vin, bon cheval, quand on a bu un coup, on fait aller son cheval plus vite.
  • Le vin est tiré, il faut le boire, se dit d'une affaire où l'on est trop engagé pour reculer.
    Oh ! le vin est tiré, monsieur, il le faut boire [REGNARD, le Joueur, III, 11]
  • Le vin trouble ne casse point les dents.
  • Un verre de vin avise bien un homme, se dit à ceux qu'on invite à boire un coup avant de commencer à discourir.
  • On ne connaît pas le vin au cercle.
  • Chaque vin a sa lie, ou nul vin sans lie.
  • Vin, fille, faveur et poirier, sont difficiles à conserver.

REMARQUE

  • Commerce de vin et non de vins.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    [Les corps des morts] Ben sunt lavez de piment e de vin [, Ch. de Rol. CCLX]
  • XIIe s.
    Present lor envoia, vin froit et bon poisson [, Sax. XXII]
  • XIIIe s.
    À la nuit de l'Ascension, quant crieur portent vin, et la veille de la Pentecoste [, Liv. des mét. 132]
    Plus a arpole en un setier de vin que en un mui d'iau, ce dit li vilains [, Proverbes du vilain, ms. de st Germ. f° 75, dans LACURNE]
  • XIVe s.
    Quant aux vins, sachiez que, s'ils deviennent malades, il les convient garir de maladies par la maniere qui s'en suit [, Ménagier, II, 3]
    Lors fis tant que j'eüs du pain, Et si prins du vin aux chevaulx [de l'eau] [BRUYANT, dans Ménagier, t. II, p. 38]
    Tout homs qui tient feu et lieu [à Mâcon] et veult paier vin d'ost au roy [taxe de guerre] [DU CANGE, vinum hostis.]
    L'exposant prist trois los de vin de tainte du pris de huit sols ou environ [ID., vinum tinctum.]
  • XVe s.
    Quatre flacons pleins de blanc vin aussi bon que j'en avois point bu sur le chemin [FROISS., II, III, 9]
    Que aucun dudit mestier [de buffetier] ne mette en besongne lye puante, ne vin bouté ou puant [DU CANGE, vinum betatum.]
    Car, puis ce jour, il doubta tant Sa femme, son plet et sa noise Que, s'elle deïst de cervoise Que ce fust vin, il l'accordast [E. DESCH., Miroir de mariage, p. 16]
    Et il dist qu'il [un courtier] sceust se il en pourroit trouver [une maison] à louer en la vielz rue du Temple entour l'ostel de la royne, et il lui paieroit bon vin [bon prix] [, Bibl. des ch. 6e série, t. I, p. 243]
    Vin perd mainte bonne maison [VILLON, Testam.]
    Se aucun avoit perdu quelque chose, elle se mesloit de le renseignier ; et qui eust à faire d'aucune fille secrete, elle en eust fait pour gracieux vin [, Les évang. des quenouilles, p. 73]
  • XVIe s.
    Ce diable de Pantagruel, qui ha convaincu touts les resveurs et bejaunes sophistes, à ceste heure aura son vin [sera battu] [RAB., Pant. II, 18]
    Tout le bon vin d'Aurelians poulsa et se guasta [ID., II, 7]
    Si quelquefois elle daignoit en passant prendre son vin [se rafraîchir], elle nous feroit plaisir et honneur [MARG., Nouv. XLIV]
    Le curé, qui connoissoit sa complexion, avoit appresté un petit tendron, pour son vin de coucher [DESPER., Contes, XXXVI]
    Vin de marché n'entre point en compte du prix pour en prendre droit de vente, sinon qu'il fust fort excessif [LOYSEL, 415]
    Les grands vins blancs d'Orleans [O. DE SERRES, 210]
    Par le sejour du poiré dans un tonneau à vin de vigne [ID., 251]
    Celle est la façon de toutes sortes de vins fruitiers, estans les pommes et les poires guides des autres fruits [ID., ib.]
    N'estant jamais tant salutaire le vin bas [baissière] que l'autre [ID., 830]
    Le vin rapé pour les valets. - De l'usage des musquats, vin-cuits et vin-violets, autre chose ne s'en peut dire [ID., 830]
    Les trempés ou vins de despense [ID., 831]
    Vin sur lait est souhait ; laict sur vin est venin [HENR. EST., Précell. p. 170]
    .... Nous en parlerons Sur le vin [le verre en main], et nous trouverons, Ce croy-je, de bien près parens [, Rec. de farces, p. 451]
    Je mettray de l'eaue en ton vin [GÉNIN, Recréat. t. II, p. 240]
    Vin d'asne, qui rend la personne assoupie ; vin de cerf, qui fait pleurer ; vin de lyon, qui rend querelleur ; vin de pie, qui fait cajoler ; vin de porc, qui fait rendre gorge ; vin de singe qui fait sauter et rire [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 219]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. vin, vi ; catal. vi ; espagn. vino ; portug. vinho ; ital. vino ; du lat. vinum. Des étymologistes rattachent le grec, vinum au sanscrit védique vena, aimable, amical ; d'autres, à vitis, mais vitis aurait donné vitinum et non vinum. Il est bien plus naturel d'y voir l'hébreu iin, vin : de ioun, faire effervescence, les Sémites ayant précédé les Indo-Européens dans la connaissance du vin.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    VIN. Ajoutez :
    13° Vin du glacier, vin renommé du Valais (Suisse), provenant d'un cépage nommé le rèse et qui, transporté dans les hautes vallées, acquiert, au contact de l'air des glaciers, un bouquet remarquable.

vin

VIN. n. m. Liquide alcoolique, résultant de la fermentation du jus de raisin, et qui sert de boisson. Vin rouge. Vin blanc. Vin paillet. Vin gris. Vin clairet. Vin rosé. Vin bleu. Vin mousseux. Vin de paille. Vin qui a de la sève. Vin qui a du corps, qui a du montant, qui a de la force. Le bouquet du vin. Vin nouveau. Vin vieux. Vin généreux. Vin clair, trouble. Vin reposé. Gros vin. Petit vin. Vin vert, âpre, dur. Vin léger, plat. Vin sec, moelleux. Vin traître, capiteux. Vin qui porte à la tête. Vin de pressurage. Vin qui a de la liqueur. Vin qui graisse. Vin gâté, passé, tourné, piqué, éventé. Vin qui sent le fût, qui sent le bouchon. Vin naturel, remonté, sophistiqué, frelaté. Vin cuit. Vin fin. La lie du vin. Vin de Champagne, de Bourgogne, de Bordeaux. Vin du Rhin, d'Espagne, de Chypre. Vin muscat. Vin d'entremets. Vin de dessert. Vin de liqueur. Quai, halle aux vins. L'entrepôt des vins. Droits sur les vins. Un tonneau, une pièce, un quartaut de vin. Une bouteille, une carafe de vin. Un verre de vin. Faire du vin. Avoir du vin en cave. Avoir du vin en perce. Négociant en vins. Marchand de vin. Coller du vin. Éclaircir du vin. Tirer du vin. Mettre du vin en bouteilles. Prendre un doigt de vin, une goutte de vin. Boire son vin pur. Tremper son vin. Mettre de l'eau dans son vin. Déguster du vin.

Les grands vins, Les vins des crus les plus renommés. Les grands vins de Bourgogne.

Vin du cru, vin de pays, Vin fait avec le raisin recueilli dans l'endroit même où on le consomme.

Vin de copeau, Vin que l'on a fait passer sur des copeaux, dans lequel on a fait tremper des copeaux pour l'éclaircir.

Vin doux, Vin qui n'a point encore cuvé. Vin bourru, Vin nouveau qui n'a guère cuvé et qui se conserve doux. Vin coupé, Vin mêlé avec d'autre vin.

Vin en cercles, Vin qui est dans des tonneaux.

Vin de Messe, Vin de pur raisin, auquel on n'a rien ajouté et dont se servent les prêtres à la messe.

Vin d'honneur, Vin que les municipalités, certaines sociétés, etc., offrent à des hôtes de marque. On lui offrit un vin d'honneur.

Fig. et fam., Vin de derrière les fagots, Vin de choix mis en réserve.

Cet homme a une pointe de vin, Le vin commence à le mettre en gaieté. Il est pris de vin, Il est déjà ivre.

Porter bien le vin, Boire beaucoup sans qu'il y paraisse.

Fig. et fam., Être entre deux vins, Approcher de l'ivresse.

Fig. et fam., Cuver son vin, Dormir afin de laisser passer son ivresse.

Fig. et pop., C'est un sac à vin se dit d'un Grand ivrogne.

Fig., Cet homme a le vin mauvais, gai, triste, tendre, etc., Il est querelleur, gai, triste, tendre, etc., quand il a bu.

Fig. et fam., Mettre de l'eau dans son vin, Se modérer sur quelque affaire, sur quelque prétention, montrer moins de chaleur, d'animosité, etc.

Tache de vin, Anomalie congénitale du système circulatoire qui se traduit par des taches rouges sur le visage ou d'autres parties du corps. Il a une tache de vin sur la joue.

Esprit-de-vin, Alcool extrait du vin par la distillation.

Fig. et fam., Pot-de-vin. Voyez POT.

Prov. et fig., À bon vin pas d'enseigne, Ce qui est bon n'a pas besoin d'être prôné.

Prov. et fig., Quand le vin est tiré, il faut le boire se dit pour marquer qu'on est trop engagé dans une affaire pour reculer.

VIN se dit particulièrement de Diverses préparations pharmaceutiques faites avec du vin auquel on a mêlé d'autres substances. Vin de kola. Vin de quinquina.

Il se dit, par extension, de Divers liquides fermentés et spiritueux que l'on tire des végétaux. Vin de prunelles.

Vin de cannes, Suc fermenté de cannes à sucre.

Vin de palme, Boisson obtenue avec la sève sucrée et fermentée du cocotier et de différents autres palmiers.

vin

Vin, m. monosyll. Est la liqueur des raisins apres qu'ils sont foulez ou pressurez. Car au paravant cela on l'appelle Moust, par distinction d'a vec le moust devenu plus clair et faict vin, qui est la difference que Pli ne semble avoir donné à entendre au livr. 23. chap. 1. Toutesfois le Fran çois nomme vin le moust mesme, Vinum. Duquel mot le susdict Fran çois, et Vino Espagnol et Italien descendent, et tous ensemble de oinos Grec.

Vin delicieux, Lene vinum.

Ce vin là est aigre, Acet vinum illud.

Vin dur et aspre, Asperum vinum, Austerum vinum.

Vins fort rudes et aspres, Vina torua.

Vin rebelle, ou revesche, Vinum ferum. B.

Ce vin fait mal à la teste, Hoc vinum tentat caput. B.

Vin chenu, Mucidum vinum.

Vins de Bourgongne en nombre pluriel, sont par l'ordonnance, ceux qui sont d'amont le pont de Sens, des païs d'Auxerrois, de Beaune, et autres d'icelles contrées avallants par la riviere d'Ione, et de tel nom sont ils marquez à la difference des vins Francois, voyez Vins Fran çois.

Vins François en pluriel, sont appelez par l'ordonnance ceux qui croissent aval le pont de Sens, et des creus de Seine, la vieille Marne, de Paris, et au dessoubs en avallant l'eauë, et de la riviere d'Oise, et aux envi rons desdites contrées, estans marquez de tel nom à la difference des vins de Bourgongne, voyez Vins de Bourgongne.

Ces vins là sont de garde, Vetustatem ferunt vina illa.

Vin qui se garde tout au long de l'an, Vinum perenne, vel vinum pe rennans. B.

Ces vins là ne sont point de garde, Cedunt annis vina illa.

Ce vin se veut boire, Hoc vinum promi se postulat. Budaeus ex Varr.

Vin qui n'est pas en sa boitte, Vinum nondum promendum ad vsum. Budaeus.

Vin qui se passe, Vinum fugiens.

Vin blanc, Album vinum.

Vin cleret, Rubellum vinum.

Vin cleret, ou paillet, Vinum heluolum.

Gros vin rouge et espez, Atrum vinum.

Vin cuit tellement qu'il n'en demeure que la tierce partie, Sapa sapae, Vi num feruefactum.

Vin cuit jusques à la consomption de la moitié, en sorte qu'il soit venu à l'e spesseur de miel, Defrutum.

Faire du vin cuict, Defrutare.

Vaisseaux où l'on fait du vin cuict, Vasa defrutaria.

Vin qui a bouilli, Feruefactum vinum.

Vin poussé ou moisi, Vappa, Mucidum vinum.

Vin qui est tousjours en la grappe, Vinum pandens.

Vin de pressoirage, Circumcidaneum mustum, Vinum tortiuum, Vinum torcularium.

Vin pur sans eauë meslée parmy, Vinum meracum.

Vin un peu fort, auquel on n'a pas mis beaucoup d'eauë, Vinum mera culum.

Vin dedans lequel il y a de l'eauë, Vinum dilutum.

Vin miellé, Mulsum.

Vin qui sent la fumée, ou qui a le goust de fumée, Vinum resipiens virus fumidum.

Vin qui sent le terroir, Vinum resipiens virus terrenum.

Du vin dedans lequel il y a du poyvre meslé, Vin poyvré, Vinum pipera tum.

Vin dedans lequel il y a de la myrrhe meslée, Myrrinum vinum.

Vin dedans lequel il y a de la resine meslée, Vinum resinatum.

Vin dedans lequel il y a du meurte meslé, Myrtidanum vinum, Myrti tes vinum.

Vin de fenouil, parmy lequel il y a du fenouil, Marathrites vinum.

Vin hypocras, Aromatites vinum.

Une sorte de vin fait de moust et de miel, Nectar nectaris.

Une façon de vin espicé, duquel on usoit le temps passé, comme à present est l'hypocras, ou cleré, Murina, vel Myrina.

Vin muscat, Apiana vua, Apianum vinum.

Vin fait soubs le pied, ou mere goutte, Vinum lixiuum, Protropum vi num.

Vin fait des premiers raisins meurs, Praeliganeum vinum.

Vin dedans lequel il y a du thym meslé, Thymites vinum.

Vin fait de marc avec de l'eauë parmy, Floces flocum.

Grande quantité de vin, Maximus vini numerus.

Petit vin, Cibarium vinum.

Vin de despense, Lora lorae, Vinum acinaceum, Faecatum vinum, Vinum operarium.

Vin qu'on a recueilly és montagnes, Collina vina.

Vin qui fait aller au retraict, Vinum aluum mouens.

Vin qui est és muis, Doliare vinum.

Chasque vin a sa boisson et sa saison à le boire fort gratieuse et amoureuse, Sua cuique aetas vino gratissima.

Les vins apres qu'ils ont esté tournez, reviennent en leur premier estat, Re stituuntur sibi vina.

Les vins se passent de vieillesse, Euanescunt vetustate vina.

Le vin s'en va, Vinum effluit.

Chasque vin a sa seve, Sua cuique vino saliua.

Quand le vin est en sa boitte, Media aetas vini.

Avaler du vin en la cave, Deprimere vinum in cellam.

Qui ne boit point de vin, Abstemius.

Bailler à boire vin aux malades, Vinum aegrotis adhibere.

Bailler vent au vin, Ventilare vinum.

Garder vin pour l'arriere saison, In vetustatem vinum seruare.

Il hait le vin, Taedio venit ei vinum.

Laisser rasseoir un vin et reposer, tant que le gros descende en fond, et le cler et pur demeure dessus, Defaecare vinum.

Mistionner le vin, Vinum concinnare.

Oster le vin à aucun, Vinum alicui circumcidere.

Renouveler le vin, AEtatem vino adimere.

Reposer son vin, Obdormire, vel edormiscere crapulam, aut exha lare.

S'abstenir de vin un jour, Vino in vnum diem temperare.

Sentir le vin, Vinum redolere.

Traicter le vin, et en avoir soucy en le contregardant qu'il ne se tourne, ou se gaste, Nutrire vinum.

Petit vin, Villum.

Addonné au vin, ou qui est sur le vin, Vinosus.

Il ressemble et retire à la couleur du vin, Vini colorem reddit.

¶ Le vin des varlets, Le vin des clercs, Accessio, vel Accessiones.

vin


VIN, s. m. VINÉE, s. f. VINEUX, EûSE, adj. [Vein, viné-e, vi-neû, neû-ze: 2e e fer. au 2d, lon. aux 2 aûtres.] Vin, liqueur propre à boire, qu'on tire du raisin. "Vin blanc, rouge, clairet, rosé, pailler, etc. "On a fait de nouveaux vins, qu'on ne conaissait pas auparavant, tels que ceux de Champagne, auxquels on a su doner la couleur, la sève et la force de ceux de Bourgogne. Volt. "Cette augmentation des vins a produit celle des eaux de vie. Id. Un verre de vin. Prendre un doigt de vin. Faire, encaver, percer, tirer du vin, etc. Boire son vin pur, son vin sec, ou, tremper son vin. — Aimer le vin, être sujèt au vin. = Porter bien le vin, ou son vin: boire beaucoup sans qu' il y paraisse. — Être en pointe de vin, se dit d'un homme, que le vin comence à mettre en gaité; chaud de vin, de celui, qui comence à être ivre; pris de vin de celui, qui est déjà ivre: entre deux vins de celui, qui aproche de l'ivresse. = Mettre de l'eau dans son vin; se radoucir, changer de ton et de conduite. S'ennivrer de son vin, se faire illusion, s'entêter de ses propres idées. Voy. BOIRE, CUVER, JAMBE, POT. = Vin se prend quelquefois pour la force du vin même. Ainsi l'on dit du vin, qui a peu de force, qu'il a peu de vin; et d'un vin, qui a beaucoup de force, qu'il a beaucoup de vin.
   VINÉE; récolte de vin: nous aurons grande ou pleine vinée: nous n'aurons que demi-vinée.
   VINEUX, qui a beaucoup de force: ce vin est bien vineux. = Qui a un goût de vin; melon vineux, poire vineûse. = Qui est d'une couleur de vin rosé: rouge vineux; couleur vineûse. = Boileau~ le dit des terroirs, qui produisent beaucoup de vin.
   Des Bourguignons les campagnes vineûses.
       Lutrin.
L'Acad. ne le met point en ce sens. Le Rich. Port. le dit des lieux pleins de vignes, ce qui revient à peu prês au même.

Synonymes et Contraires

vin

nom masculin vin
Boisson tirée du raisin.
-littéraire: de la la treille -populaire: jaja, pinard.
Traductions

vin

Wein, Tropfenwinewijn, rijpenיין (ז), יַיִן, ייןwynвиноvivínovinκρασί, οίνοςvinovinoviiniborvinoワインvinumvinwinovinhovinвино, белое вино, красное вино, сухое виноvinovinşarapخَمْرvino포도주ไวน์rượu vang葡萄酒 (vɛ̃)
nom masculin
1. boisson alcoolisée à base de raisin vin rougeroséblanc boire un verre de vin
2. réception en l'honneur de qqn

vin

[vɛ̃] nmwine
avoir le vin gai → to get happy after a few drinks
avoir le vin mauvais → to get nasty after a few drinks
avoir le vin triste → to get miserable after a few drinks