vol

1. vol

n.m. [ de 1. voler ]
1. Déplacement dans l'air des oiseaux, des insectes, au moyen des ailes : Le vol des papillons.
2. Espace qu'un oiseau peut parcourir sans se reposer : Le vol des hirondelles peut être très long.
3. Groupe d'oiseaux qui volent ensemble : Un vol de cigognes
4. Déplacement, dans l'air, d'un aéronef ou, dans l'espace, d'un engin spatial ; l'engin lui-même : Nos hôtesses seront à votre disposition pendant toute la durée du vol
traversée : Je prends le premier vol pour LondresUn vol habité
avion : Un vol habité
un engin spatial emmenant des humains
5. Litt. Déplacement d'un objet léger dans l'air : Le vol des flocons de neige.
Au vol,
en l'air : Attraper un ballon au vol ; en courant : Prendre l'autobus au vol ; fig., rapidement et avec à-propos : Il faut saisir l'occasion au vol.
À vol d'oiseau
De haut vol,
de grande envergure : Un trafiquant de haut vol.
Vol à voile,
déplacement d'un planeur grâce aux courants aériens ; sport ainsi pratiqué.
Vol libre,
pratiqué avec une aile libre ou un parapente.
Vol plané

2. vol

n.m. [ de 2. voler ]
1. Action de voler, de dérober ce qui appartient à autrui : Le vol à l'étalage.
2. Produit du vol
3. Fait de prendre plus que ce qui est dû, de vendre à un prix excessif : 100 euros pour cette veste, c'est du vol

VOL1

(vol) s. m.
Mode de locomotion propre à tous les animaux qui, étant pourvus d'ailes ou d'organes aliformes, se soutiennent dans l'air. Le vol d'un oiseau, d'une mouche. Le vol de la chauve-souris, du poisson volant.
Là [La Nuit et le hibou] s'élançant d'un vol que le vent favorise [BOILEAU, Lutr. III]
Pensez-vous qu'en effet, au gré de leur demande [des prêtres], Du vol de leurs oiseaux la vérité dépende ? [VOLT., Œdipe, IV, 1]
Le vol est son état naturel [de l'hirondelle], je dirais presque son état nécessaire : elle mange en volant, elle boit en volant, et quelquefois donne à manger à ses petits en volant [BUFF., Ois. t. XII, p. 276]
Oiseau de haut vol, oiseau qui vole dans les hautes régions de l'air.
Un oiseau de haut vol peut parcourir, chaque jour, quatre ou cinq fois plus de chemin que le quadrupède le plus agile [BUFF., Ois. t. I, p. 45]
Tirer, tuer un oiseau au vol, le tirer pendant qu'il vole. À vol d'oiseau, loc. adv. En ligne droite. De Paris à Rouen, il n'y a que vingt lieues à vol d'oiseau. Vue à vol d'oiseau, vue d'une ville, d'un espace représentés comme les verrait un oiseau planant au-dessus. Paris vu à vol d'oiseau. Par extension et fig. D'en haut, superficiellement.
Il est toujours en l'air sur son Pégase, et ne voit les objets qu'à vol d'oiseau [BONNET, Lett. div. Œuv. t. XII, p. 221, dans POUGENS]
L'étendue et la longueur du vol qu'un oiseau fait en une fois. Un long vol. Au premier vol, au second vol de la perdrix.
On a dû remarquer, en comparant les dimensions relatives du jaseur, qu'il avait beaucoup plus de vol à proportion que notre merle et nos grives [BUFF., Ois. t. VI, p. 162]
Demi-vol, vol d'un oiseau qui va s'abattre non loin de l'endroit d'où on l'a fait partir. Terme de coutume. Vol du chapon, étendue de terre qui appartenait à l'aîné, outre le manoir principal, dans un partage noble avec ses frères, et qui était évaluée à l'espace qu'un chapon pourrait franchir en volant, c'est-à-dire la valeur d'un arpent.
Distance entre les deux bouts des ailes d'un oiseau lorsqu'elles sont étendues, dite envergure dans le langage de l'histoire naturelle. Cet oiseau a tant de pieds de vol.
Quantité d'oiseaux qui arrivent en même temps en un lieu.
On y voit, en certains temps, des vols d'oiseaux qui, après un séjour de quelques mois, retournent à l'est, d'où ils étaient arrivés [BUFF., Note justif. Ép. nat. t. XIII, p. 328]
Par extension. Un vol de sauterelles, une quantité de sauterelles qui arrivent.
Un vol considérable de sauterelles a traversé le cercle de Djelfa [Algérie] [, Journ. offic. 15 mars 1872, p. 1826, 3° col.]
Le gibier à plume.... Les ortolans.
Les perdrix rouges et les cailles Et mille autres vols succulents, Nous firent horreur des mangeailles Dont Carbon et tant de canailles Vous affrontent depuis vingt ans, [, Voy. de Chapelle et Bachaumont]
Terme de fauconnerie. Chasse au vol, ou absolument, vol, équipage des oiseaux de proie et des hommes qui servent à prendre du gibier. Ce prince entretenait des vols pour toute sorte d'oiseaux. Vol pour le gros, celui qui se fait sur les oiseaux de fort et de cuisine. Vol à la renverse, se dit quand on lâche l'oiseau de manière qu'il rencontre la perdrix. Vol à la source, se dit quand on lâche l'oiseau au moment où la perdrix part. Vol à la couverte, se dit lorsqu'on s'approche du gibier, à couvert d'une haie. Vol à la toise, se dit lorsque l'oiseau part du poing à tire-d'aile, pour suivre la perdrix au moment où on l'entend. Chasse qu'on fait avec les oiseaux de proie. J'ai assisté à un vol.
La chasse du héron était autrefois parmi nous le vol le plus brillant de la fauconnerie [BUFF., Ois. t. XIV, p. 57]
Au théâtre, l'action d'une machine par laquelle un ou plusieurs acteurs montent ou descendent en fendant l'air, comme s'ils volaient.
Il ne faut point de vols, ni de chars, ni de changements aux [tragédies de] Bérénices et à Pénélope [LA BRUY., I]
Il n'y a peut-être que quelque machiniste caché dans le parterre qui s'inquiète d'un vol qui lui aura paru extraordinaire, et qui veut absolument démêler comment ce vol a été exécuté [FONT., Mondes, 1er soir.]
J'ai vu Mars descendre en cadence ; J'ai vu des vols prompts et subtils ; J'ai vu la Justice en balance Et qui ne tenait qu'à deux fils [PANNARD, Œuv. Descrip. de l'Opéra.]
Par extension, il se dit de certaines choses qui sont poussées en l'air avec une grande vitesse. Le vol des flèches, des dards.
Fig. et poétiquement. Le vol du temps, la fuite rapide du temps.
Il a plu à notre grand Dieu, pour consoler les misérables mortels de la perte continuelle qu'ils font de leur être par le vol irréparable du temps, que ce même temps, qui se perd, fût un passage à l'éternité qui demeure [BOSSUET, Yolande de Monterby.]
Ô temps, suspends ton vol, respecte ma jeunesse [THOMAS, Ode au temps.]
Ô temps, suspends ton vol ; et vous, heures propices, Suspendez votre cours [LAMART., Médit. I, 13]
10° Fig. Essor.
Le vol de mon dessein ne s'étend point si haut [RÉGNIER, Sat. III]
Toutes les comparaisons tirées des choses humaines sont les effets comme nécessaires de l'effort que fait notre esprit, lorsque, prenant son vol vers le ciel, et retombant par son propre poids dans la matière d'où il veut sortir.... [BOSSUET, 6e avert. 44]
Je mesure mon vol à mon faible génie [BOILEAU, Disc. au roi.]
L'ode.... Élevant jusqu'au ciel son vol ambitieux [ID., Art p. II]
Il [Villars] a toujours pris la route et le vol de tous ceux qui arrivent [Mme DE GRIGNAN, 5 février 1703, dans SÉV. t. X, p. 475, édit. RÉGNIER]
Cette vie cachée n'empêchait pas le vol de son nom et de sa réputation [BAYLE, Dict. Spinoza.]
Le vol que les bâtards avaient pris tenait fort au cœur à M. d'Elbeuf [SAINT-SIMON, 30, 98]
Si Descartes ne s'était pas écarté, dans ses inventions, de son guide, la géométrie, si Malebranche avait su s'arrêter dans son vol.... [VOLT., Lett. Faugères, 3 mai 1776]
Ce fut là qu'ayant eu part au mariage de la princesse de Parme avec Philippe V, il [Alberoni] prit le vol qui l'éleva si haut [DUCLOS, Œuv. t. v, p. 236]
Prendre un vol trop haut, s'élever plus qu'on ne doit, prendre des manières trop hautes pour la condition dont on est, faire plus de dépense qu'on ne peut.
Je crains bien qu'il n'ait pris un vol qu'il ne pourra soutenir [MAINTEN., Lett. à Mme de St-Géran, 15 avril 1691]
Il y est parvenu de plein vol, se dit d'un homme qui a été élevé à une dignité supérieure sans passer par les degrés ordinaires. Prendre un vol hardi, se dit d'un écrivain, d'un poëte qui s'élève à de grandes compositions.
Être d'un vol...., avoir une portée d'esprit.... L'intérêt que je prends à lui [M. d'Orbe] ne m'empêche pas de voir qu'il n'est pas du vol des deux autres [Saint-Preux et milord Édouard] [J. J. ROUSS., Hél. I, 65]
Avoir le vol pour telle ou telle chose, être propre à telle ou telle chose (locution qui vieillit). Il a été employé dans plusieurs affaires importantes, il a le vol pour les négociations.
Quant à lui [Vervins], c'était un grand homme fort bien fait, de l'esprit, quelque lecture, et fort le vol des femmes [SAINT-SIMON, 139, 32]
11° Terme de blason. Nom qu'on donne à deux ailes d'oiseau réunies comme lorsque l'oiseau vole. Demi-vol, la représentation d'une seule aile d'oiseau. Vol banneret, vol qui se met au cimier et qui est fait en bannière.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Il [l'épervier] prit son vol, qu'ainz ne se voult targer [, Ronc. p. 164]
    Si lui cheï [tomba] tout à un vol La lance et li escus del col [, la Charrette, 765]
  • XIIIe s.
    Renart tint le covercle haut, Et Tybert saut hors de plain vol [, Ren. 2806]
  • XIVe s.
    L'esprevier ne faict pas tant de si beaux vols aux oyseaulx qu'il prent en yver comme il fait en esté [, Modus, f° XCV, verso]
  • XVIe s.
    L'on n'a pas accoustumé d'entrer de plein vol en la maison d'autruy sans frapper à la porte [AMYOT, Curios. 6]
    Les presbtres, qui par le vol des oyseaux cognoissent et predisent les choses à advenir [ID., Anton. 7]
    Vous oirrez tout le ciel rebruire aux environs D'un aigle dont le vol [envergure] est plus long qu'avirons [RONS., 845]
    Quand quelquefois je pense au vol de ceste vie, Et que nos plus beaux jours plus vistement s'en vont [DESPORTES, Œuv. chrestiennes, Sonnets, 14]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. VOLER 2.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. VOL. Ajoutez :
    12° En vol, s'est dit des volées des cloches.
    Elle [la Georges-d'Amboise] fut sonnée en vol par seize hommes le 16 février 1502 ; et, à ce sujet, le Journal de Normandie du 25 juin 1762 fait cette réflexion : on y met à présent trente et même quarante hommes, qui n'ont pas la force de la sonner en vol [, Extr. du Journ. de Rouen, dans Journ. offic. 16 juill. 1864, p. 4959, 3e col.]

VOL2

(vol) s. m.
Action de celui qui prend la chose d'autrui pour se l'approprier. Vol de grand chemin. Vol domestique.
Le vol, l'assassinat, et tout ce qu'on déteste [CORN., Poly. v, 3]
Je ne saurais douter que toute la théorie des lois romaines sur le vol ne fût tirée des institutions lacédémoniennes [MONTESQ., Esp. XXIX, 13]
À Rome, lorsqu'un impubère avait été surpris dans le vol, le préteur le faisait battre de verges à sa volonté, comme on faisait à Lacédémone [ID., ib. XXIX, 13]
La tyrannie de mon maître [en horlogerie] finit par me rendre insupportable le travail que j'aurais aimé, et par me donner des vices que j'aurais haïs, tels que le mensonge, la fainéantise, le vol [J. J. ROUSS., Conf. I]
Quiconque a soustrait frauduleusement une chose qui ne lui appartient pas est coupable de vol [, Code pénal, art. 379]
Vol simple, vol commis sans circonstances aggravantes, par opposition à vol qualifié. Vol qualifié, le vol commis la nuit, avec effraction, escalade ou fausses clefs, à main armée, dans une maison habitée, avec violence. Vol public, celui qui est fait sur les deniers publics. Vol au poivrier, vol pratiqué à l'aide de substances narcotiques jetées dans le verre de la victime. Vol au bonjour, vol pratiqué dans les chambres d'hôtel : le voleur fait semblant de s'être trompé, s'il trouve la chambre habitée. Vol à l'américaine, escroquerie où l'un des complices se fait passer pour Américain ; le plus souvent il s'agit d'un prétendu change de billets ou d'or pour de la monnaie. Vol à la tire, vol dans les poches. Fig.
C'est trop peu de Jason.... tu veux encor ma robe.... Il en faut un hommage à tes divins attraits, Et des remercîments au vol que tu me fais [CORN., Médée, IV, 1]
Ce qu'il [Alceste] me rend de soins, outrage ses attraits [d'Arsinoé] ; Elle veut que ce soit un vol que je lui fais [MOL., Mis. III, 3]
Je voudrais être avec vous ; je n'aime aucun lieu sans vous, et moins la Provence qu'un autre ; c'est un vol [un voyage à Marseille sans Mme de Grignan] que je regretterai [SÉV., 1673, t. III, p. 184, édit. RÉGNIER]
Dieu.... Permit que, des bourreaux trompant l'œil vigilant, Josabeth dans son sein l'emportât [Joas] tout sanglant, Et, n'ayant de son vol que moi seul pour complice, Dans le temple cachât l'enfant et la nourrice [RAC., Ath. IV, 3]
Ils [les devanciers] ont dit, il est vrai, presque tout ce qu'on pense, Leurs écrits sont des vols qu'ils nous ont faits d'avance [PIRON, Métrom. III, 7]
La chose volée. Recéleur d'un vol.
Dix mille écus ; le vol est considérable ! [MOL., l'Av. v, 1]
Mais voyez quelle insolence de vouloir retenir le vol qu'il m'a fait ! [ID., ib. v, 3]
Par extension.
J'ai une tragédie qui me presse ; Lefranc m'a volé mon sujet et toutes mes situations ; il s'est hâté de bâtir sur mon fonds, et est allé proposer son vol aux comédiens ; c'est voler sur l'autel [VOLT., Lett. en vers et en prose, 49]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. VOLER 1 ; provenç. vol ; espag. vuelo ; portug. vôo ; ital. volo.

vol

VOL. n. m. Mouvement des oiseaux et de divers animaux, qui se soutiennent et avancent dans l'air par le moyen de leurs ailes. Vol élevé, lent, rapide. Le vol de l'hirondelle est très vif. L'aigle a le vol fort haut. Cet oiseau a pris son vol. Les anciens observaient attentivement le vol des oiseaux pour en tirer des présages. Le vol d'une mouche, d'un papillon. Le vol de la chauve-souris, d'un poisson volant, etc.

Tirer, tuer un oiseau au vol, Le tirer, le tuer pendant qu'il vole.

Fig., Saisir, attraper au vol, S'emparer d'une chose au moment même où elle se présente. Saisir une idée au vol. Saisir l'occasion au vol.

De haut vol, Qui vole haut. Le faucon est un oiseau de haut vol. Il signifie, figurément et familièrement, au sens péjoratif, De grande envergure. Un escroc de haut vol.

Fig., Prendre son vol trop haut, S'élever plus qu'on ne doit, prendre des manières au-dessus de sa condition, faire plus de dépense qu'on ne peut.

VOL se dit aussi en parlant des Appareils plus lourds que l'air qui servent à s'élever et à se mouvoir dans l'air, ainsi que de Ceux qui montent dans ces appareils. Un avion en plein vol. Vol vertical. Vol plané. Vol de nuit. Cet aviateur a fait plus de cent heures de vol.

VOL se dit aussi de l'Étendue et de la longueur du vol qu'un oiseau fait ordinairement en une fois. Le vol de la perdrix n'est pas long. À son premier vol, à son second vol.

Le vol du chapon se disait et se dit encore dans quelques régions d'une Certaine étendue de terre qui était autour du château, ou principal manoir. Le vol du chapon entrait, avec le principal manoir, dans le préciput de l'aîné.

VOL désigne encore une Quantité d'oiseaux ou d'insectes qui arrivent en même temps en un lieu. Un vol de grues, de cailles. Un vol de sauterelles.

À VOL D'OISEAU, loc. adv. En ligne droite. De Paris à Rouen, il y a cent kilomètres à vol d'oiseau.

Vue à vol d'oiseau, Vue prise d'en haut.

vol

VOL. n. m. Action de celui qui prend furtivement ou par force le bien d'autrui, pour se l'approprier. Vol avec effraction. Vol domestique. Vol de nuit. Vol à main armée. Il a commis plusieurs vols. Être complice d'un vol.

En termes de Jurisprudence, Vol qualifié, Vol de nuit, avec effraction, à main armée ou dans un lieu habité.

VOL désigne aussi la Chose volée. Receleur d'un vol.

vol

Le vol des oiseaux, Volatus, huius volatus, Volatura.

Le vol du chapon, c'est le contenu d'environ un arpent de terre tenu en fief au joignant du manoir principal, que le fils aisné où il n'y a point de jardin, prent pour son droict d'aisnesse hors part et par preciput, Am bitus primarij domicilij, primogenito per praeceptionem competens. Proprie est circuitus aedificiorum patens in lati tudinem pedes duos et semis. Budaeus ex Festo.

vol


VOL, s. m. Il a deux diférens sens: 1°. Moûvement de l'oiseau, lorsqu'il fend l'air par le moyen de ses ailes. "Le vol de l'hirondelle est fort vif: le vol du pigeon est fort roide. = Au fig. "Il prend son vol un peu trop haut. "Lorsque le génie de l'Architectûre prenait un si grand vol, etc. Coyer. "Les financiers ont pris un vol si élevé, etc. Id.
   Je mesure mon vol à mon foible génie.        Boil.
J'ai le vol si rapide et si prodigieux,
Qu'à me suivre on se perd avec moi dans les Cieux.
       Piron, Metrom.
De plein vol, sans pâsser par les grades inférieurs. — Avoir le vol pour une chôse, avoir de grands talens pour y réussir. "Il a le vol pour les, ou des grands Seigneurs; il a le talent de réussir auprês d'eux. = 2°. Dans les pièces de Théâtre, vol est l'action d'une machine, qui fait monter et descendre les personages, comme s'ils volaient. "Il y a dans cet Opéra des vols bien hardis. = Vol en ce sens a pour ses dérivés, voler, v. n. Volage, Volâille, Volant, ante; Volatile, volatille, volière, Volée.
   II. Vol, 1°. Action de celui, qui prend, qui dérobe. "Vol de grand chemin; vol domestique; Vol avec effraction. = 2°. La chôse volée. "On l'a trouvé saisi du vol. "Il avait caché son vol. J'ai recouvré mon vol. Ainsi avec les pronoms possessifs, il a tantôt le sens actif, comme dans les deux premiers exemples, et se dit de celui, qui a volé; tantôt le sens passif, comme dans le 3e et se dit de celui, qui a été volé. = Ses dérivés sont, Voler, v. act. Volerie, Voleter, Voleur, eûse.

Synonymes et Contraires

vol

nom masculin vol
Déplacement dans l'air.
envol, envolée, essor -littéraire: volée.

vol

nom masculin vol
Action de soustraire frauduleusement.
cambriolage, détournement, escroquerie, filoutage, grivèlerie, hold-up, larcin, maraudage, maraude, pillage, rafle -familier: carottage, chapardage, gratte -littéraire: rapine -populaire: arnaque, barbotage, fauche -vieux: filouterie.
Traductions

vol

(vɔl)
nom masculin
1. déplacement dans l'air des oiseaux et desinsectes observer un aigle en vol
2. ensemble d'oiseaux qui se déplacent ensemble un vol d'oies sauvages
3. déplacement d'un avion un vol sans escale
4. trajet effectué par un avion un vol Paris-Toulouse
5. attraper au passage, en l'air

vol

flight, robbery, theft, flock, flyingבז (ז), ביזה (נ), גזילה (נ), גזל (ז), גניבה (נ), התעופפות (נ), חמס (ז), חמסנות (נ), חתף (ז), טיסה (נ), יעף (ז), לקיחה (נ), מעוף (ז), פריחה (נ), שדידה (נ), שוד (ז), תעופה (נ), הִתְעוֹפְפוּת, גֶּזֶל, מָעוֹף, בַּז, בִּזָּה, טִיסָה, גְּנֵבָה, חַמְסָנוּת, שֹׁדdiefstal, vlucht, berovingDiebstahl, Flug, Raubκλοπή, πτήσηroubo, furto, vooкража, воровство, ограбление, полетfurto, rapina, volo, brigata, ladrocinio, latrocinio, ruba, stormoرِحْلَةٌ جَوِيَّة, سَرِقَة, سَطْوkrádež, letfly, røveri, tyveriatraco, robo, vuelolento, ryöstö, varkauskrađa, let, pljačkaフライト, 強盗, 盗み강도질, 도둑질, 비행flyvning, ran, tyverikradzież, lot, rozbójflyg, rån, stöldเที่ยวบิน, การขโมย, การปล้นhırsızlık, soygun, uçuşchuyến bay, sự ăn trộm, sự cướp đoạt抢掠, 班机, 盗窃 (vɔl)
nom masculin
action de prendre ce qui appartient à qqn commettre un vol

vol

[vɔl] nm
(mode de locomotion)flying
à vol d'oiseau → as the crow flies
au vol, attraper qch au vol → to catch sth as it flies past
saisir une remarque au vol → to pick up on a passing remark
de haut vol → of the highest order
(= trajet) → flight
en vol → in flight
(= groupe d'oiseaux) → flight
(= délit) → theft, stealing (= larcin) → theft