voler

1. voler

v.i. [ lat. volare ]
1. Se déplacer, se maintenir dans l'air ou dans l'espace : Un oiseau qui vole haut dans le ciel.
2. En parlant d'un objet, être projeté dans l'air à grande vitesse : Lorsqu'ils se disputent, les assiettes volent.
3. Piloter un avion ou un engin spatial, ou s'y trouver comme passager : Ce pilote vole depuis cinq ans. Pour revenir de Nouméa, nous volerons de nuit.
4. Se déplacer très rapidement : Je vole chez ma sœur pour la remercier courir s'élancer, se précipiter
Voler bas,
Fam. être d'un niveau plutôt lamentable, en parlant de propos, de conversations.
Voler en éclats,
être détruit, pulvérisé : La vitrine du magasin a volé en éclats.

2. voler

v.t. [ de 1. voler ]
1. S'emparer frauduleusement de ce qui appartient à un autre ; extorquer : Voler un bijou à qqn dérober détourner
2. Faire passer pour sienne une création d'un autre : Des collègues m'ont volé mon idée.
3. Déposséder une personne de ce qui lui appartient : Ce financier vole les petits actionnaires détrousser, escroquer
4. Faire payer trop cher : J'ai eu le même vase pour seulement 30 euros, tu t'es fait voler !
5. Prendre qqch à la dérobée, subrepticement : Voler un baiser à qqn.
Ne pas l'avoir volé,
Fam. l'avoir bien mérité : Cette gifle, tu ne l'a pas volée !
v.i.
Commettre des vols : Il avait déjà volé dans un autre magasin.

voler


Participe passé: volé
Gérondif: volant

Indicatif présent
je vole
tu voles
il/elle vole
nous volons
vous volez
ils/elles volent
Passé simple
je volai
tu volas
il/elle vola
nous volâmes
vous volâtes
ils/elles volèrent
Imparfait
je volais
tu volais
il/elle volait
nous volions
vous voliez
ils/elles volaient
Futur
je volerai
tu voleras
il/elle volera
nous volerons
vous volerez
ils/elles voleront
Conditionnel présent
je volerais
tu volerais
il/elle volerait
nous volerions
vous voleriez
ils/elles voleraient
Subjonctif imparfait
je volasse
tu volasses
il/elle volât
nous volassions
vous volassiez
ils/elles volassent
Subjonctif présent
je vole
tu voles
il/elle vole
nous volions
vous voliez
ils/elles volent
Impératif
vole (tu)
volons (nous)
volez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais volé
tu avais volé
il/elle avait volé
nous avions volé
vous aviez volé
ils/elles avaient volé
Futur antérieur
j'aurai volé
tu auras volé
il/elle aura volé
nous aurons volé
vous aurez volé
ils/elles auront volé
Passé composé
j'ai volé
tu as volé
il/elle a volé
nous avons volé
vous avez volé
ils/elles ont volé
Conditionnel passé
j'aurais volé
tu aurais volé
il/elle aurait volé
nous aurions volé
vous auriez volé
ils/elles auraient volé
Passé antérieur
j'eus volé
tu eus volé
il/elle eut volé
nous eûmes volé
vous eûtes volé
ils/elles eurent volé
Subjonctif passé
j'aie volé
tu aies volé
il/elle ait volé
nous ayons volé
vous ayez volé
ils/elles aient volé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse volé
tu eusses volé
il/elle eût volé
nous eussions volé
vous eussiez volé
ils/elles eussent volé

VOLER1

(vo-lé) v. n.
Se soutenir, se mouvoir en l'air par le moyen des ailes.
Ô Dieu, que la gloire couronne, Dieu, que la lumière environne, Qui voles sur l'aile des vents, Et dont le trône est porté par les anges [RAC., Esth. I, 5]
Buratini, maître de la monnaie du roi de Pologne, apporta en France, dans le XVIIe siècle, le modèle d'une machine pour voler [RICHELET, ]
L'art de voler ne fait encore que de naître, il se perfectionne, et quelque jour on ira jusqu'à la lune [FONTEN., Mond. 2e soir]
Les aigles, en général, volent beaucoup mieux que les vautours [BUFF., Ois. t. I, p. 245]
Les oiseaux qui ne peuvent voler se réduisent à sept ou huit espèces ; les quadrupèdes qui volent, à cinq ou six [ID., ib. t. II, p. 210]
Il [le merle vert de la Caroline] vole les pieds étendus en arrière, comme font ceux de nos oiseaux qui ont la queue très courte [ID., ib. t. VI, p. 97]
Vers l'an 65, sous Néron, Simon, étant à Rome, entreprit de voler, et vola, dit-on, quelques moments ; mais, saint Pierre et saint Paul s'étant mis en prière, il fut précipité et mourut de sa chute ; ce fait est encore bien suspect [CONDIL., Hist. anc. XV, 5]
Fig.
[Toi] Qui par tant de succès viens de te signaler Jusqu'où notre aigle encor n'avait osé voler [ROTR., Bélis. I, 6]
Tirer un oiseau en volant, le tirer pendant qu'il vole.
Ô Dieu ! la belle proie à tirer en volant !... [MOL., l'Ét. I, 6]
Fig. Il le faut tirer en volant, se dit d'un homme à qui on ne peut parler qu'en passant, à la hâte. Fig. Attraper en volant, saisir une chose, pendant qu'on ne fait qu'aller çà et là.
C'était une folie de prétendre attraper vos lettres, en volant, par les villes où je ne suis qu'un moment [SÉV., 11 mai 1680]
Fig. Voler de ses propres ailes, agir sans le secours d'autrui. Il ne faut pas voler avant d'avoir des ailes, il ne faut pas tenter quelque chose, avant d'avoir les moyens de réussir.
Il se dit de ce qui flotte et semble voler.
Ce char semblait voler sur la face des eaux paisibles [FÉN., Tél. IV]
L'appareil, inouï pour ces mortels nouveaux, De nos châteaux ailés qui volaient sur les eaux [VOLT., Alz I, 1]
Il se dit des choses qui sont poussées dans l'air avec une grande vitesse comme les traits, les pierres, etc.
Il mit l'épée à la main, et en moins de rien il fit voler à terre deux épées [SCARR., Roman com. I, 3]
Quand la force attaque la grimace, quand un simple soldat prend le bonnet carré d'un premier président et le fait voler par la fenêtre [PASC., Pensées diverses, 182, édit. FAUGÈRE.]
Le plomb vole à l'instant, Et pleut de toutes parts sur l'escadron flottant [BOILEAU, Épître IV]
L'intrépide Hippolyte Voit voler en éclats tout son char fracassé [RAC., Phèdre, v, 6]
Le jeu devint orageux ; les cartes volèrent par la chambre [HAMILT., Gram. 3]
Faire voler la tête de quelqu'un, l'abattre.
Et du haut d'un balcon, pour calmer la tempête, Sur ses nouveaux sujets faisons voler sa tête [CORN., Nicom. v, 5]
Elle [Élisabeth d'Angleterre] savait se faire craindre et faire voler les têtes [FÉN., Dial. des morts mod. Dial. 16]
Courir avec une grande vitesse. Ce cheval vole.
Va, cours, vole et nous venge [CORN., Cid, I, 8]
Le voyez-vous comme il vole ou à la victoire ou à la mort ? [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Marchez, courez, volez où l'honneur vous appelle [BOILEAU, Lutr. III]
On vous voit moins souvent.... Tantôt faire voler un char sur le rivage.... [RAC., Phèdre, I, 1]
Le peuple cependant, que ce spectacle étonne, Vole de toutes parts, se presse, l'environne [ID., Brit. v, 8]
Seigneur, vous entendez : quelque prix qu'il en coûte, Il veut voler à Troie et poursuivre sa route [ID., Iphig. I, 3]
Cet ordre redoubla encore ma reconnaissance pour elle ; je n'allai pas, je volai [MARIV., Pays. parv. 1re part.]
Fig.
En vain les services d'un illustre frère, le mérite et le crédit d'un neveu, qui vole si rapidement à la gloire et aux honneurs, lui laissent entrevoir des espérances toujours fatales à l'honneur du sacerdoce [MASS., Or. fun. Villars.]
Fig. et poétiquement. Faire voler le trépas, répandre au loin la mort.
Ses anges devant lui font voler le trépas [LAMART., Méd. I, 23]
Fig. Changer souvent, rapidement, ne pas s'attacher.
Je suis chose légère et vole à tout sujet ; Je vais de fleur en fleur et d'objet en objet [LA FONT., Poésies mêlées, LXIX.]
Il [un protégé du duc de Richelieu] vole d'objet en objet, sans s'arrêter à aucun [VOLT., Lett. Richelieu, 25 avril 1767]
Il se dit des bruits et de la renommée.
La renommée la fait voler [cette nouvelle] de bouche en bouche dans toute la grande ville de Tyr [FÉN., Tél. VIII]
Du retour de son roi la nouvelle semée, Volant de bouche en bouche, a changé les esprits [VOLT., Mérope, v, 8]
Fig. Il se dit des mouvements qui entraînent l'âme fortement et rapidement.
Et mon cœur tout entier vole à votre secours [CORN., Héracl. I, 4]
J'écrirais jusqu'à demain ; mes pensées, ma plume, mon encre, tout vole [SÉV., 25 fév. 1689]
Je vois voler partout les cœurs à mon passage [RAC., Brit. IV, 3]
Mon cœur pour le chercher volait loin devant moi [ID., Iphig. II, 3]
Vous voyez déjà tous les cœurs voler après vous, Sire [MASS., Pet. carême, Grand. de J. C.]
Un vain peuple, qui vole après la nouveauté [VOLT., Mérope, IV, 5]
Que notre âme épurée Vole à ces vérités dont elle est éclairée [ID., Épît. XLIV]
Pouvez-vous former un désir qu'il soit en mon pouvoir de satisfaire, sans que mon cœur vole au-devant de vos vœux ? [RICCOBONI, Œuvr. t. II, p. 55, dans POUGENS]
Passer rapidement, en parlant du temps.
Le temps vole, et bientôt amènera le jour Où le nom des Hébreux doit périr sans retour [RAC., Esth. I, 3]
Fig. Il se dit de ce qu'on personnifie pour le représenter comme volant.
Les Parthes.... tantôt vainqueurs, tantôt presque enfoncés, Sur l'une et l'autre armée également heureuse, Virent longtemps voler la victoire douteuse [CORN., Rodog. I, 6]
Si la victoire volait devant lui [le roi], les vœux de la reine avaient volé devant la victoire [FLÉCH., Mar.-Thér.]
Quelqu'un a dit que la gloire réside au haut d'une montagne ; les aigles y volent, et les reptiles s'y traînent [VOLT., Lett. la Harpe, 19 oct. 1765]
10° Fig. S'élever dans l'ordre moral, intellectuel.
Miton voit bien que la nature est corrompue, et que les hommes sont contraires à l'honnêteté ; mais il ne sait pas pourquoi ils ne peuvent voler plus haut [PASC., Pens. XXV, 92 bis, éd. HAVET.]
11° V. a.Terme de fauconnerie. Il se dit de certains oiseaux de proie qu'on dresse à poursuivre et à prendre d'autres oiseaux ou quelque autre sorte de gibier. Cet oiseau vole la perdrix. Voler en long, voler en droite ligne. Voler en coupant, couper le vent en le traversant. Voler en pointe, s'élever rapidement ou descendre de même. Voler pour bon, se dit des oiseaux de proie qui sont bien affaités. Il se dit aussi des personnes qui se servent de ces oiseaux pour chasser. Voler la corneille, le héron.
Les meutes et les chasses à courre sont inconnues en Espagne ; mais tirer, voler, et des battues aux grandes bêtes sont les chasses ordinaires [SAINT-SIMON, 89, 165]
Sur une route, je rencontrai un de leurs chefs qui volait avec des faucons [LEGRAND D'AUSSY, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. v, p. 525]

HISTORIQUE

  • Xe s.
    In figure de colomb volat [elle vole] à ciel [, Eulalie]
  • XIe s.
    Plus est isnels [rapide] que n'est oisel ki volet [, Ch. de Rol. CXXI]
    Cuntre le ciel volet li fous [étincelle] touz clairs [, ib. CCLXXXVI]
  • XIIe s.
    Pierres et flors en volent [du casque] en sablon [sur le sable] [, Ronc. p. 88]
    Le primerain [il] fiert si de l'espée d'acier, La teste en fait voler à tout le henapier [, Sax. X]
    E nostre sires muntad sur cherubin et volad [, Rois, p. 206]
  • XIIIe s.
    De grans festes dient pluseurs helas, Et des deliz de chacier ensement, Et de voler et de tournoiement [, Lai de l'ombre]
    Mais parole une fois volée Ne puet [peut] plus estre rapelée [, la Rose, 16 747]
    On pot bien savoir que les denrées ne volerent pas d'un lieu en autre.... [BEAUMANOIR, XXIX, 18]
    Endementiers que [tandis que] il venoient, il sembloit que la galie volast par les nageurs qui la contreingnoient aus avirons [JOINV., 215]
    Une grant route [troupe] de Turs vint hurter à nous, et me porterent à terre, et alerent par desus moy, et volerent [firent voler] mon escu de mon col [ID., 225]
  • XIVe s.
    Jehan le croit trop de legier ; Trop pou savoit du bas voler, Et par ce fut il habusé [, Liv. du bon Jeh. 667]
    Si, après le baing, tu trouves l'esprevier en bon coraige, tu en pues [peux] bien voler l'endemain au vespre [, Modus, f° XCIX, verso]
    Tu scez, sire, que les jours passent en volant sans jamais retourner [, Ménagier, I, 6]
  • XVe s.
    Le roi [anglais] issit de son vaissel, et du premier pied qu'il mit à terre, il chey si roidement que le sang lui vola hors du nez [FROISS., I, I, 266]
    Vous avez ouvré de votre volonté et cru cet evesque de Norduich qui cuidoit voler ainçois qu'il ait des ailes [ID., II, II, 212]
  • XVIe s.
    En y allant la corneille esvolée (Pour sçavoir tout) après luy est volée [MAROT, IV, 84]
    Les lances rumpues, meirent la main aux espées, et soy chamaillerent l'ung l'aultre, si brusquement que leurs espées volerent en pieces [RAB., Sciomachie.]
    Uses donques hardiment des verbes et participes, qui de leur nature n'ont point d'infinitifs après eux, avec des infinitifs, comme tremblant de mourir, et volant d'y aller, pour craignant de mourir, et se hastant d'y aller [DU BELLAY, I, 32, verso.]
    Je vy l'oiseau, qui le soleil contemple, D'un faible vol au ciel s'avanturer.... Je le vy croistre, et d'un voler plus ample Des plus hauts monts la hauteur mesurer [ID., VI, 62, recto.]
    Les Gaulois haïssoient ces armes traistresses et volantes [MONT., I, 363]
    Ce prince faisoit voller des cailles à un emerillon dans sa chambre [D'AUB., Hist. II, 184]
    Leve plus haut ta veue, Je veux faire voler ton esprit sur la nue [ID., Tragiques, éd. LALANNE, p. 123]
    Et elle ne croyoit pas du commencement que vos desseins volassent si haut [, Sat. Mén. Disc. de d'Aubray]
    Ton ame, volée au troisieme ciel, puisse reluire entre les estoiles [YVER, p. 593]
    Tel pense voler qui ne sauroit bouger [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, volé ; provenç. et espagn. volar ; ital. volare ; du lat. volare.

VOLER2

(vo-lé) v. a.
Prendre furtivement ou par force la chose d'autrui. Voler de l'argent, des hardes, les deniers de l'État.
Je ne veux point sans cesse devant moi un espion de mes affaires, un traître dont les yeux maudits assiégent toutes mes actions.... et furètent de tous côtés pour voir s'il n'y a rien à voler [MOL., l'Av. I, 3]
Je crois qu'ils se font signe l'un à l'autre de me voler ma bourse [ID., ib. I, 5]
Il prit envie à M. Verrat [un des compagnons de Rousseau], qui n'avait pas beaucoup d'argent, de voler à sa mère des asperges dans leur primeur, et de les vendre pour faire quelques bons déjeunés [J. J. ROUSS., Conf. I]
Fig.
Dès sa première enfance elle [une dame] vola la blancheur à la neige et à l'ivoire, et aux perles l'éclat et la netteté [VOIT., Lett. 69]
Absolument. On vole dans ce quartier. Voler sur les grands chemins. Fig. Voler jusque sur l'autel, n'avoir rien de sacré.
J'allai répandre mon chagrin dans le sein de Mme Harenc : " Assurément, dit-elle, c'est bien là voler sur l'autel, " [MARMONTEL, Mém. III]
Fig. et familièrement. Il ne l'a pas volé, il a bien mérité ce qui lui est arrivé.
Voler quelqu'un, lui prendre quelque chose qui lui appartient. On m'a volé au sortir du spectacle.
Ah ! qu'un homme comme cela mériterait bien ce qu'il craint ! et que j'aurais de joie à le voler ! [MOL., l'Av. I, 3]
Ce petit manége [voler des asperges pour le compte d'un autre] dura plusieurs jours, sans qu'il me vînt même à l'esprit de voler le voleur, et de dîmer sur M. Verrat le produit de ses asperges [J. J. ROUSS., Conf. I]
On dit de même : Voler la diligence.
Le coquin dans le bois a volé quelque coche [REGNARD, Démoc. I, 2]
Fig.
De son astre opposé telle est la violence Qu'il [Sertorius] me vole partout, même sans qu'il y pense, Et que, toutes les fois qu'il m'enlève mon bien, Son nom fait tout pour lui, sans qu'il en sache rien [CORN., Sert. I, 1]
Fig. S'emparer d'une façon quelconque d'un bien qui appartient à un autre.
Suréna, de l'exil lui seul m'a rappelé, Il m'a rendu lui seul ce qu'on m'avait volé, Mon sceptre.... [CORN, Sur. III, 1]
Et si quelque insolent lui volait sa conquête [Hélène] [RAC., Iph. I, 3]
Voler un nom, un titre, s'attribuer un nom, un titre.
Mais conniver en lâche à ce nom qu'on me vole, Quand son père à mes yeux au lieu de moi l'immole ! [CORN., Héracl. IV, 1]
C'est un titre qu'en vain il prétend me voler [RAC., Iphig. v, 2]
Fig. S'approprier les pensées et les expressions des autres. Voler des pensées à un auteur. Voler des phrases. Il a volé cela dans tel livre.
Voler ceux [auteurs] de son siècle en s'appropriant leurs pensées et leurs productions, c'est tirer la laine au coin des rues, c'est voler les manteaux sur le Pont-Neuf [LA MOTHE LE VAYER, lettre citée par BAYLE, Dict. art. Éphores.]
Je vous supplierai de me renvoyer votre dernière copie [de Tancrède] avec la première.... car il faut confronter ; quand il n'y aurait qu'un vers heureux à se voler à soi-même, il ne faut rien négliger [VOLT., Lett. d'Argental, 27 oct. 1760]
Fig. Se réserver, comme par un vol, un moment.
Je volais un moment à mes douleurs, pour tâcher d'être plaisant dans ce moment-là [VOLT., Lett. d'Argental, 5 août 1776]
Se voler, v. réfl. Se voler soi-même.
Ciel ! à qui désormais se fier ! il ne faut plus jurer de rien ; et je crois, après cela, que je suis homme à me voler moi-même [MOL., l'Av. v, 2]
Se voler l'un l'autre. Ces deux coquins se sont volés.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Voler, volare ; voler aucun, peculatum facere, expilare [, Trésor des mots françois, Rouen, 1597 (petit dictionnaire français-latin sans nom d'auteur)]

ÉTYMOLOGIE

  • Mot récent pour lequel on disait embler, rober, larroner, et qui ne s'est introduit que vers la fin du XVIe siècle. D'après Diez, c'est une abréviation du lat. involare, voler, dérober, que les étymologistes latins, à tort ou à droit, expliquent, non, comme il dit, par volatu rapere, mais par vola, la paume de la main : mettre dans la paume de la main. Mais comment se fait-il que involare, qui a donné embler, ait donné aussi voler par aphérèse ; et surtout comment se fait-il que ce mot ne se trouve pas dans les anciens textes, quand ce n'est guère que dans l'antiquité que l'aphérèse a pu se faire ? Il n'y a pas lieu de sortir de la forme du mot : voler, au sens de dérober, est simplement une dérivation figurée de voler, chasser à l'oiseau ; on le dit à l'actif : voler une perdrix.

voler

VOLER. v. intr. Se soutenir, se mouvoir en l'air par le moyen des ailes, en parlant des Oiseaux et de certains animaux. C'est le propre des oiseaux de voler. Un oiseau qui vole bas, qui vole haut. Cet oiseau vole à tire-d'aile, vole rapidement. Il y a des insectes, des poissons qui volent.

Fig., Vouloir voler avant d'avoir des ailes, Faire de la dépense avant d'avoir de quoi la soutenir; Entreprendre quelque chose sans avoir les fonds et les moyens nécessaires pour y réussir.

Fig., Voler de ses propres ailes, Agir par soi- même, sans le secours d'autrui.

VOLER se dit aussi des Appareils plus lourds que l'air qui servent à s'élever et à se mouvoir dans l'air, ainsi que de Ceux qui montent dans ces appareils. Cet avion vole très bas. Les avions volent plus vite que les oiseaux. Cet aviateur a volé près de deux cents heures.

Il se dit également des Choses qui sont poussées dans l'air avec une grande vitesse. Les flèches volaient. Le vent faisait voler les tuiles. La bourrasque faisait voler la poussière. Cette feuille disparue aura volé au vent.

Fig., Faire voler la tête de quelqu'un, La lui abattre d'un seul coup.

VOLER signifie, par extension, Courir avec une grande vitesse. Ce cheval vole. Il ne court pas, il vole. Voler au secours de son ami.

Il s'emploie figurément dans le même sens. Tous les coeurs volaient au-devant de lui. Le temps vole.

Il se dit, particulièrement, des Bruits et de la renommée. Le bruit de ses hauts faits vole par toute la terre. Sa renommée volait partout.

VOLER s'emploie comme verbe transitif en termes de Fauconnerie et signifie Poursuivre en volant; il se dit de Certains oiseaux de proie qui sont dressés à chasser, à poursuivre d'autres oiseaux ou quelque autre sorte de gibier. Le faucon, l'autour, le lanier apprennent facilement à voler d'autres oiseaux. Cet oiseau vole la pie, vole le héron, vole la perdrix.

voler

VOLER. v. tr. S'approprier par force ou par ruse le bien d'autrui. Voler la bourse de quelqu'un. Voler de l'argent. Voler les deniers de l'État. Absolument, Voler avec effraction. Voler sur les grands chemins.

Voler un nom, un titre, S'attribuer un nom, un titre qui appartient à un autre, qu'on n'a pas le droit de porter.

Fig. et fam., Il ne l'a pas volé se dit de Quelqu'un à qui il est arrivé quelque chose de fâcheux et qui l'a bien mérité.

Prov., Qui vole un oeuf vole un boeuf, Celui qui est capable de commettre un petit larcin peut aussi bien se rendre coupable d'un vol plus considérable.

VOLER se dit figurément de Ceux qui s'approprient les pensées et les expressions des autres, et qui s'en servent sans indiquer la source où ils ont puisé. Il a volé cela dans tel livre. Non seulement il a volé les pensées de cet auteur, il a même volé jusqu'à ses expressions. Voler des phrases, des idées à un auteur.

VOLER signifie, par extension, Dépouiller quelqu'un de ce qui lui appartient. Ce domestique a volé son maître. J'ai été volé cette nuit.

Fam., Je suis volé, Je suis trompé dans mon attente.

Le participe passé VOLÉ s'emploie adjectivement. Un objet volé.

Il s'emploie aussi substantivement. Le voleur et le volé.

voler

Voler, Volare.

S'en voler, Euolare, Auolare.

Voler quelque peu, Subuolare.

Voler legierement, Peruolare.

Voler à ou vers quelque chose, Aduolare.

Voler devant, Praeuolare.

Voler droict au ciel, Petere caelum.

Voler tout entour, Circunuolare.

Voler oultre, Transuolare.

Voler derriere, Reuolare.

Voler ensemble, Conuolare.

Voler en quelque lieu, Inuolare.

Voler par dessus, Superuolare.

Voler en bas, Deuolare.

¶ Qui vole, Volatilis.

Toute chose qui vole, comme oiseaux, mousches, et autres, Volucris.

Oiseau qui ne peut encore voler, Auis inuolucris.

¶ Voler aucun, Expilare, vel Compilare aliquem.

Voler le bien d'un homme, Inuolare in rem alienam.

voler


VOLER, v. n. [Volé; 2eé fer.] Se soutenir, se mouvoir en l'air par le moyen des ailes. "Oiseau, qui vole bâs ou haut. = Fig. et par exagération, courir avec grande vitesse. "Il ne court pas, il vole. "Le tems Vole: "voler au secours de.
   Je cours, Seigneur, je vole où mes devoirs l'ordonent....
   Je marche d'un pas ferme au signal de ta voix.
       Le Franc.
  Le noir pressentiment, le repentir, l'éfroi,
  Les présages fâcheux volent autour de moi.
       Piron.
  Un peuple entier voloit du baptême aux tourmens.
      Id.
= Par extension, on dit, que les flèches volent, que le vent fait voler~ les tuiles, la poussière, etc.
   REM. Voler en l'air parait être un pléonasme; mais ce pléonasme est reçu. Voy. UNIR = Quelques Auteurs font régir à voler l'infinitif sans préposition, comme le régissent les verbes aler, venir, courir, etc. "Mon coeur vole trop tôt habiter ce hameau. J. J. Rouss. "Condé vole reprendre le Comandement. Dict. Hist. "Vole chercher ton maître. Narcisse. "Il vole s'instruire des moyens d'arrêter le mal. Ann. Litt. "Volons exécuter ses ordres immortels. Vauvillier. — Ce régime a encôre besoin du sceau de l'Usage.

voler


VOLER, v. act. VOLABLE, adj. VOLERIE, s. f. VOLEUR, EûSE, s. m. et f. [Volé, lable, leri-e, leur, leû-ze: 2e é fer. au 1er, e muet au 3e, lon. au dern.] Voler, prendre furtivement ou par force ce qui apartient à un aûtre. "Voler la bourse de quelqu'un; de l'argent, des hardes. — Il régit aussi les persones. "Ce valet a volé son Maître; j' ai été volé cette nuit. = Fig. "Il a volé les pensées et jusqu'aux expressions de cet Auteur. = V. n. sans régime. "Voler sur les grands chemins. "On vole par-tout à la campagne. "Il volerait jusque sur l'Autel.
   REM. Brebeuf done à voler les régimes de Dérober, au figure.
   Ce qui vole ta tête à des coups légitimes.
= Cela ne se dit point aujourd'hui. = Volable, qui peut être volé. Il ne se dit que dans le style plaisant et avec la négative:ce n'est pas un homme volable. = Volerie, larcin, pillerie: c'est une vraie, une grande volerie. st. famil. = Voleur, eûse, celui, celle, qui dérobe. "Voleur de grands chemins, de nuit. Voleur domestique. = Qui est sujet à dérober: c'est un voleur, une voleûse. = Par exageration, qui exige plus qu'il ne lui apartient: ce Comis est un voleur, un franc voleur. = La Fontaine a dit Volereau, petit voleur.
   Mal prend aux volereaux de faire les voleurs.
= On dit burlesquement d'un habit usé, qu'il fait peur aux voleurs, parce qu'il montre la corde: c'est une turlupinade. = Au voleur, cri contre les voleurs pour apeler du secours. On le redouble ordinairement: au voleur, au voleur!
   Rem. Voleur est un terme peu noble; et l' on ne s'en servirait pas aujourd'hui dans une Tragédie, comme l' a fait autrefois Corneille et plus d'une fois.
   Allez perdre ce traitre et punir ce voleur.
       Andromède.

Synonymes et Contraires

voler

verbe intransitif voler
1.  Se déplacer dans l'air.
2.  Se déplacer rapidement.

voler

Traductions

voler

(vɔle)
verbe intransitif
1. se déplacer dans l'air L'avion vole à haute altitude
2. se casser en petits morceaux

voler

fliegen, stehlen, entwenden, huschen, ausrauben, beklauen, bestehlen, rauben, klauenfly, steal, rob, thieve, walk of with, abstract, nick, purloin, sail, snatchvliegen, stelen, gappen, ontvreemden, (ont) stelen, bestelen, oplichten, zich snel verbreiden, zich wederrechtelijk toe-eigenen, besturen, navigerenגזל (פ'), גנב (פ'), טס (פ'), כייס (פיעל), לסטם (פיעל), מעל (פ'), סילק (פיעל), עופף (פיעל), עף (פ'), פרח (פ'), קנה במשיכה, רחף (פ'), ריחף (פיעל), רימה (פיעל), שלח ידו ב-, טָס, פָּרַח, לִסְטֵם, עָף, רַחַף, גָּנַב, מָעַל, כִּיֵּס, גָּזַל, גנבsteel, vliegcisar, furtar, pispar, volarflyve, stjæleflugi, prifriponi, rabi, ŝtelivolar, hurtar, robar, sustraerlentää, varastaa, lennättäälop, repül, szállfurar, robarmencurifluga, stelarubare, volare, derubare, rapinare盗む, 飛ぶ, ぬすむabigere, clepere, clepsere, volarestjele, flykraść, polecieć, ukraśćroubar, voar, furtar, gatunar, larapiarfuraворовать, красть, летать, лететь, навороватьflyga, stjälauçmak, araklamak, aşırmak, çalmak, , 偷窃, 飞翔πετώ, ίπταμαι, κλέβωيَسْرِقُ, يَطيرُletět, ukrástletjeti, ukrasti날다, 훔치다บิน, ลักขโมยăn cắp, bay (vɔle)
verbe transitif
1. prendre ce qui appartient à qqn se faire voler ses papiers
2. prendre à qqn ce qui lui appartient
3. être malhonnête envers qqn voler un client

voler

9 [vɔle] vi
[avion, oiseau] → to fly
voler de ses propres ailes (fig) → to stand on one's own two feet
[objet] → to fly
voler au vent → to fly in the wind
voler en éclats → to be smashed to smithereens

voler

10 [vɔle]
vi [voleur] → to steal
tu ne voleras point → Thou shalt not steal
vt
(= dérober) → to steal
voler qch à qn → to steal sth from sb
Ça n'est pas son stylo, il me l'a volé → That's not his pen, he stole it from me.
On a volé mon appareil photo → My camera's been stolen.
[+ personne] → to rob
voler qn → to rob sb