zélote

zélote

n.m.
Péjor. Personne animée d'un zèle fanatique : Les journaux ont désigné ce terroriste comme un zélote.

ZÉLOTE

(zé-lo-t') s. m.
Surnom donné à l'un des douze disciples de Jésus, appelé tour à tour dans le Nouveau Testament (Math. X, 4 ; Marc, III, 18 ; Luc, VI, 15 ; Act. I, 13) Simon le Zélote ou le Cananite (de l'hébreu chaldéen kannai, zélateur).
On nomme aussi parmi les disciples un Simon le Zélote, peut-être disciple de Juda le Gualonite [RENAN, Vie de Jésus, IX]
Nom donné, en général, dans le Nouveau Testament, aux sectateurs ardents de la loi mosaïque et des traditions des pères (Gal. I, 14).
Que nous sommes loin avec ce zélote fougueux [Pseudo-Esdras] d'un Josèphe traitant de scélérats les défenseurs de Jérusalem ! [E. RENAN, Rev. des Deux-Mondes, 1er mars 1875, p. 144]
Nom donné aux Juifs qui, sous la domination romaine, voulaient tout tenter pour secouer le joug étranger ; ce fut ce parti (d'après Josèphe, Guerre des Juifs) radical et fanatique qui, parmi les pharisiens patriotes, décida une guerre d'extermination contre les Romains, et qui, à l'époque du siége par Titus et de la destruction finale de Jérusalem, devint intransigeant et terroriste.
Aujourd'hui, dénomination appliquée, d'une manière générale, aux hommes emportés par un zèle religieux excessif et touchant au fanatisme.
La papauté condamne ces zélotes qui, de leur côté, déclarent que l'Église de Rome, avec ses ambitions de puissance séculière et de richesses terrestres, était déchue du Christ [CH. BERTHOUD, François d'Assise, d'après K. Hase, ch. XIV, Paris, 1864]

ÉTYMOLOGIE

  • Ζηλωτὴς, celui qui a du zèle, de ζῆλος, zèle (voy. ZÈLE).
Traductions

zélote

zealot

zélote

Zelot