écailler

(Mot repris de écailleriez)

1. écailler, ère

n.
Personne spécialisée dans la vente et l'ouverture des huîtres.

2. écailler

v.t.
1. Gratter un poisson cru afin d'ôter les écailles de sa peau.
2. Ouvrir un coquillage en deux.

s'écailler

v.pr.
Se détacher en plaques minces, en écailles : La peinture de la salle de bains s'est écaillée.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

ÉCAILLER1

(é-kâ-llé, ll mouillées, et non é-kâyé) v. a.
Dépouiller des écailles un poisson, une huître, etc. Écailler une carpe, des huîtres.
S'écailler, v. réfl. S'enlever par écailles comme les enduits de plâtre. On dit qu'un tableau s'écaille, lorsqu'il s'en détache de petites croûtes et parcelles.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Petit valt [vaut] noiz, qui ne l'esquaille ; Li noeax [noyau] gist dedans l'eschaille [, Hist. de sainte Leoc. mss de Saint-Germain, dans LACURNE]
  • XVe s.
    Ailleurs avez escaillé noix, Vous sçavez tout le sens du monde ; Tout science en vous habonde [EUST. DESCH., Poésies mss. dans LACURNE]
    Que nul paintre ne paygne ymage de bois viel, pour ce que la dicte ymage se retrairoit après qu'il seroit paint, et pour ce que la painture s'escailleroit et ne dureroit point [, Ordonn. décemb. 1496]
  • XVIe s.
    Il trouva bien, en peu de temps, en quoi depenser l'argent qu'il avoit apporté, comme celui qui escailloit bien sa jeunesse [YVER, p. 640]
    Il a le corps armé d'un cuir escaillé et très dur comme celuy du crocodile [PARÉ, Licorne, 7]

ÉTYMOLOGIE

  • Écaille ; ital. scagliare.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

écailler

ÉCAILLER. v. tr. Dépouiller des écailles un poisson, un reptile, etc. Vous n'avez pas bien écaillé cette carpe, ce brochet. Écailler des huîtres.

S'ÉCAILLER signifie Se détacher par écailles, par plaques minces. Ce tableau commence à s'écailler. Cet enduit s'écaille. Cette émaillure s'est écaillée.

écailler

ÉCAILLER, ÈRE. n. Celui, celle qui ouvre des huîtres pour les vendre.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

ecailler

Ecailler, voyez Escailler.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

écâiller


ÉCâILLER, v. a. ÉCâILLER, ÈRE, s. m. et f. [Ékâ-glié, gliè-re: 1re é fer., 2e lon., 3e é fer. aux 2 1ers, è moy. et long au 3e.] Écâiller, c'est ôter l'écâille d'un poisson. Écâiller un brochet, une carpe. — S'écâiller, se dit des couleurs d'un tableau, qui se détachent par petites parties, comme des écâilles; mais il se dit du tableau, d'un enduit, et non pas des couleurs mêmes. "Ce tableau, cet enduit s'écâille.
   ÉCAILLER, ÈRE, se dit de celui qui vend et qui oûvre des huitres à l'écâille.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

écailler

scale, flake, peelabblätternsgusciare (ekɑje)
verbe transitif
enlever les écailles d'un poisson écailler un poisson
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

écailler

[ekɑje] vt [+ poisson] → to scale; [+ huître] → to open [ekɑje] vpr/vi [peinture] → to flake, to peel
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005