écart

(Mot repris de écarts)

écart

n.m. [ de 2. écarter ]
1. Distance, différence entre des choses ou des personnes : L'écart entre deux métros est réduit aux heures de pointe espace, intervalle
2. Retrait, bond de côté pour éviter qqch, qqn : La voiture fit un écart devant le vélo embardée
3. Petite agglomération distincte du centre de la commune à laquelle elle appartient.
4. Fig. Action de s'écarter, de se détourner de sa ligne de conduite : Il a fait des écarts à son régime incartade
À l'écart,
éloigné ; à l'extérieur : On l'a tenue à l'écart de cette réunion de famille en dehors
Écart de langage,
parole qui transgresse les convenances ; grossièreté.
Grand écart,
mouvement de danse dans lequel les jambes, qui ont deux directions opposées par rapport au buste, touchent le sol sur toute la longueur ; fig., attitude, action tendant à concilier deux situations, deux nécessités contradictoires.

ÉCART1

(é-kar ; le t ne se lie jamais ; un é-kar habile ; au pluriel, l's ne se lie pas : des é-kar habiles ; cependant quelques-uns la lient : des é-kar-z habiles) s. m.
Terme de jeu. Les cartes dont le joueur se défait. Faire son écart. Regardez l'écart.
Je ne sais si souvent vous jouez au piquet ; Mais au moins faites-vous des écarts admirables [MOL., l'Étour. IV, 8]
À l'écart, loc. adv. En un lieu détourné, écarté.
Nous pouvons à l'écart, sur ces rives du Phase, Parler en sûreté du feu qui vous embrase [CORN., Tois. d'or, II, 1]
Il va mourir à l'écart sur la montagne [MASS., Av. Divinité de J. C.]
À part.
Je vous demande que nous nous tirions à l'écart [MOL., Sicil. 13]
Il se tenait à l'écart, n'osait lever les yeux sur elle [HAMILT., Gramm. 8]
Elle prit à l'écart Mentor pour le faire parler [FÉN., Tél. VII]
Se jeter à l'écart, faire des digressions, s'écarter du sujet.
Il se jette à l'écart à tout moment [SÉV., 476]
Mettre à l'écart, mettre en réserve. Il met à l'écart une partie de son revenu pour les besoins imprévus. Mettre à l'écart, faire abstraction, ne pas tenir compte.
J'ai trop mis à l'écart le nom d'impératrice [CORN., Pulch. IV, 2]
Mettre, laisser quelqu'un à l'écart, ne pas le faire participer à un avantage, à une affaire, etc.
Et celle qu'à l'écart laissera cet arrêt [MOL., Mélic. I, 4]
Mettre à l'écart, se dit aussi de choses qu'on n'emploie pas.
À l'égard de la collection des actes publics d'Angleterre par Thomas Rymer, il n'y a qu'à la parcourir pour être convaincu qu'il a mis beaucoup de pièces à l'écart [ST-FOIX, Ess. Paris, Œuvres, t. V, p. 6]
Action de s'écarter de sa direction, de se jeter de côté. Son cheval a eu peur, il a fait un écart. Terme de danse. Mouvement du pied pour se jeter de côté. Faire un écart.
Terme de vétérinaire. Entorse de l'articulation des membres antérieurs du cheval, accompagnée de claudication, et devant son nom à ce qu'on croyait autrefois que la cause qui produisait cette lésion écartait le membre du thorax. L'écart très léger s'appelle faux écart, et celui qui est porté au plus haut degré, entr'ouverture.
Terme de critique littéraire. Espèce de vide entre deux idées qui n'ont point de liaison intermédiaire ou de transition, et que l'on approuve néanmoins dans la poésie lyrique quand il ne nuit pas à la clarté.
Les écarts ne doivent se trouver que dans les sujets qui peuvent admettre des passions vives, parce qu'ils sont l'effet d'une âme troublée [BATTEUX, De la poésie lyrique, ch. III]
Digression excessive, développement étranger au sujet que l'on traite. Les écarts d'un avocat.
Toute action par laquelle on s'écarte de la raison, de la morale, de la bienséance, etc.
Vous êtes si fertile en pareils contre-temps, Que vos écarts d'esprit n'étonnent plus les gens [MOL., l'Étour. I, 5]
Faut-il l'abandonner à lui-même, au moment qu'il fait les plus grands écarts ? [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Adieu donc, quittez-vous ; cette privation Expiera ses écarts et sa rébellion [LEMERC., Frédég. et Brun. IV, 2]
Il [l'Empereur] s'attacha à leur persuader l'utilité, la justice et la nécessité de cette guerre [la guerre de Russie] ; mais l'un d'eux surtout l'interrompait avec impatience ; car, dès qu'une discussion était établie, Napoléon en souffrait les écarts [SÉGUR, Hist. de Nap. II, 2]
Localité écartée.
.... il soit incessamment dressé des états de tous les hameaux et écarts, des villes, bourgs et paroisses de leurs départements, [, Déclarat. du Roi, 4 mai 1688]
Les remaniements des circonscriptions postales ont atteint près de dix mille communes rurales, sans compter les écarts et hameaux qui en dépendent, [, Dictionn. des postes aux lettres, Avertissement, 1845]
Terme de marine. Jonction de deux pièces de bois ou de deux bordages entaillés. Jonction de laizes de toile, qui se rejoignent dans leur longueur, soit bout à bout, soit lorsqu'il il y a lieu à remplacer de la toile.
10° Terme de paveur. Fragments de grès propres à revêtir les fournils, etc. Terme de charpente. La longueur dont les bois se croisent dans les entures et les assemblages.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Et cil qui voit sa femme aller En lieu de gibier à l'escart, A-, t-il cause de grumeler ? [COQUILLART, dans le Dict. de DOCHEZ.]
  • XVIe s.
    Il emplissoit les villes et places fortes qqi estoient à l'escart, d'armes, d'argent et de bons combatans [AMYOT, P. Aem. 13]
    Loing de ses gens se retirant à part, S'en va plorer chaudement à l'esquart [ID., Comment il faut lire les poët. 33]
    Craignant que le chagrin dans lequel il estoit ne luy fist faire quelque escart [, Mém. de Dug. ch. 32]
    Ils sont allez la placer sur un rochier à l'escart, emmy des ronces [MONT., I, 176]
    À l'escart lui estant venu encore un roy, il fit son reste [D'AUB., Faen. IV, 10]
    À la veue de quoi trois autres compagnies qui devoient armer la queue du Prince, prirent l'escart [ID., ib. III, 273]
    Ni d'un pré l'oisiveté, Ni l'escart [solitude] d'un rivage, Ne nous met à sauveté De l'amoureux servage [YVER, p. 575]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. ÉCARTER ; ital. scarto, écart aux cartes.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. ÉCART. Ajoutez :
    11° Se dit de la quantité plus ou moins grande dont le résultat de toute observation et de toute expérience diffère d'un résultat moyen qui est considéré comme celui qu'on devait obtenir ; cette considération s'applique aux mesures de toute espèce, angulaires, linéaires, etc. ; dans l'ordre des phénomènes physiques, elle s'applique, en particulier, au tir des armes à feu. L'écart moyen est la moyenne des écarts mesurés à partir du résultat moyen obtenu. L'écart probable est celui qui n'est dépassé qu'une fois sur deux.
    12° Ce qu'on rejette des chambres des vers à soie.
    Des brocanteurs parcourent les villes et les campagnes, recherchant avec avidité les écarts des graisseurs.... les écarts sont les toiles, pontes ou cellules reconnues, après examen microscopique ou autre, malades dans de fortes proportions [, Messager du Midi, 3 mars 1877]

ÉCART2

(é-kar ; le t ne se lie pas) s. m.
Terme de blason. Quart d'un écu partagé en quatre parties. Les armes principales de la maison se mettent au 1er et au 4e écart, c'est-à-dire à ceux de la partie supérieure de l'écu ; on place aux deux autres les armes des alliances et de la ligne maternelle.
Inventa tous ces noms de cimier et d'écart [BOILEAU, Sat. v.]

ÉTYMOLOGIE

  • É- pour es- préfixe, et quart (voy. ÉCARTELER).

écart

ÉCART. n. m. Action par laquelle deux parties d'une chose s'écartent plus ou moins l'une de l'autre. Faire le grand écart, Écarter les jambes au point que les cuisses touchent le sol.

En termes d'Art vétérinaire, il se dit d'une Entorse de l'articulation antérieure du cheval, du boeuf, etc. Ce cheval s'est donné un écart.

À L'ÉCART, loc. adv. À une certaine distance. Se tenir à l'écart dans une conversation. Mettre, tenir quelqu'un à l'écart. Tirer quelqu'un à l'écart.

Par analogie, À l'écart de, se dit à propos d'une Maison, d'une localité éloignée de l'agglomération principale d'une commune. Sa villa est à l'écart du village.

ÉCART signifie encore Action de s'éloigner de la direction qu'on doit suivre. Son cheval prit peur et fit un brusque écart.

En termes de Danse, Faire un écart, Porter le pied de côté.

Il désigne aussi les Variations qui se produisent dans un mécanisme. Les écarts d'une montre, d'un thermomètre.

Il signifie au figuré Action de s'écarter de la raison, de la morale, des bienséances. Les écarts de l'imagination. Se permettre des écarts. On avait à lui reprocher certains écarts de conduite. Les écarts de la jeunesse.

écart

ÉCART. n. m. T. de Jeu de Cartes. Action d'écarter.

écart


ÉCART, s. m. [Le t ne se prononce pas.] 1°. L'action de s'écarter. "Pour éviter le coup, il fit un écart. "Son cheval eut peur, il fit un écart et le renversa. — Figurément, faire un écart dans un discours, s'écarter de son sujet. = 2°. Prendre, ou, se doner un écart, se dit d'un cheval, qui s'est estropié en faisant un écart. = 3°. Cartes qu'on écarte, à certains jeux. "Où est votre écart? Que dites-vous de mon écart?
   À~ L'ÉCART, adv. En un lieu détourné, écarté. "Mener, prendre, trouver à l'écart. — À~ part, en particulier. Tirer à l'écart; se mettre, se tenir à l'écart.
   Rem. 1°. L'emploi de ce mot au figuré, pour signifier faûte, désordre, n'est pas ancien. La Touche, au comencement du siècle, en parle comme d'une nouveauté. "L'imprudence fait faire de grands écarts: "Il est sujet à faire des écarts.
   2°. Laisser à l'écart, c'est fuir, éviter ou ne pas faire mention de...
   - - - Je conclus donc, que notre vrai salaire
   Doit se borner au plaisir de bien faire,
   Et qu'à l'écart laissantles humains,
   Le Sage doit se payer de ses mains.
       Rouss.

Synonymes et Contraires

écart

nom masculin écart
1.  Distance entre des choses, des personnes.
3.  Action de s'écarter brusquement.
4.  Éloignement d'une ligne de conduite.
erreur, incartade, inconduite, irrégularité, manquement -littéraire: débridement.
Traductions

écart

gap, deviation, swerve, separation, split, difference, lapseדיגרסיה (נ) [סטייה], הפרש (ז), מרחק (ז), סטייה (נ), פישוק (ז), פער (ז), רווח (ז), פַּעַר, הֶפְרֵשׁ, סְטִיָּה, פִּשּׂוּק, מֶרְחָקafwijking, afgelegen plaats, afstand, koersverschil, marge, tussenruimte, verschil, weggelegde kaartenεξώφυλλοdeviare, dislivello, divaricazione, divario, scarto, scostamento (ekaʀ)
nom masculin
1. distance qui sépare l'écart entre deux voitures
2. différence un grand écart d'âge
3. loin, à une certaine distance se tenir à l'écart
4. écarter les jambes pour qu'elles touchent le sol

écart

[ekaʀ] nm
(espace entre deux parties)gap
faire le grand écart (DANSE, GYMNASTIQUE) → to do the splits
(mouvement latéral)sideways leap; (d'une automobile)swerve
faire un écart [voiture] → to swerve
(fig) (entres données, quantités)difference
écart entre → difference between
(autres locutions) à l'écart [se tenir, rester] → out of the way; [habiter, être situé] → in a remote area
tenir qn à l'écart → to keep sb at a distance
à l'écart de (position, situation)away from
Ils se sont assis à l'écart des autres → They sat away from the others. (fig) rester à l'écart de → to keep out of, to steer clear of (fig) se tenir à l'écart de → to keep out of, to steer clear of
écart de conduite nmmisdemeanour