échine

échine

n.f. [ du frq. ]
1. Colonne vertébrale ; épine dorsale : Des douleurs au niveau de l'échine.
2. En boucherie, partie du bœuf comprenant l'aloyau et les côtes ; partie antérieure de la longe de porc.
Avoir l'échine souple,
obéir facilement, être servile.
Courber ou plier l'échine,
céder, se soumettre : Il courbe l'échine devant son patron.

échine

(eʃin)
nom féminin
colonne vertébrale Un frisson lui parcourut l'échine.
figuré se soumettre

ÉCHINE1

(é-chi-n') s. f.
Épine du dos, longue colonne située entre la tête et le bassin.
L'échine j'allongeais comme un âne rétif [RÉGNIER, Sat. VIII]
Le long de ton échine Je grimperai premièrement [LA FONT., Fabl. III, 5]
L'animal à longue échine [la belette] [ID., ib. IV, 6]
Tandis que Colletet, crotté jusqu'à l'échine, Va mendier son pain de cuisine en cuisine [BOILEAU, Sat. I]
Frotter l'échine, ajuster l'échine, donner des coups de bâton sur le dos.
Mais si ce monsieur dont j'ons frotté l'échine.... [HAUTEROCHE, Nobles de province, I, 14]
Ah ! vous y retournez ! Je vous ajusterai l'échine [MOL., Amph. III, 7]
Fig. Courber ou plier l'échine, se soumettre bassement. Il a l'échine souple, flexible, il est prêt à toutes les complaisances pour ses supérieurs. Longue échine, maigre échine, personne fort maigre.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Toute l'eschine [il] lui desevre du dos [, Ch. de Rol. XCI]
    Sur les eschines qu'il ont enmi les dos [, ib. CCXXXII]
  • XIIIe s.
    Et lessiez ester les gelines, Qui trop ont megres les eschines [, Ren. 2880]
    Oliphans [l'éléphant] sor sa haute eschine [, la Rose, 18009]
    Et tante torte eschine et tant ventres enflés, Et tante jambe torse et tant piés bestornés [, Ch. d'Ant. VIII, 449]
  • XVe s.
    Si très grands coups s'entredonnerent ès targes, que à tous deux les eschines convint ployer et les lances voler en pieces [, Boucic. I, 16]
  • XVIe s.
    Ung Atlas à la grande eschine [RAB., Pant. III, 8]
    Encor' le logis de l'artillerie gardé par les Suisses flanquoit les deux costés et battoit en eschine le devant de ce corps de garde [pour le protéger] [D'AUB., Hist. I, 287]
    Aians renversé Rassi et son enseigne, ils font tourner l'eschine à Sarrion [ID., ib. III, 35]
    Un garçon de 18 ans qui nageoit de l'eschine quatre ou cinq lieues quand il vouloit [ID., ib. II, 306]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguign. échaigne ; wallon, sikrenn, skreinn ; provenç. esquina, esquena ; espagn. esquena ; ital. schiena. Sp ne se changeant pas, dans l'ouest des contrées romanes, en sq, il faut rejeter le latin spina qui, d'ailleurs, avec son i long, n'aurait pas été changé en e ou en ie. Par ces considérations, Diez propose l'ancien haut-allemand skina, aiguille, piquant. Cependant il faut prendre en considération le celtique : cornwall. chein, dos, bas-breton kein, qui ont pu facilement devenir eskein ou skein, et déterminer la transformation de spina.

ÉCHINE2

(é-chi-n') s. f.
Terme d'architecture. Ornement dit aussi ove, semblable à des châtaignes ouvertes, qui se met au chapiteau de la colonne ionique. Moulure qui forme un quart de rond ou une autre portion de courbe, et qui est placée au-dessous du tailloir dans le chapiteau dorique.

ÉTYMOLOGIE

  • En grec, hérisson ; parce que la coque hérissée de la châtaigne ressemble à un hérisson.

échine

ÉCHINE. n. f. Partie du dos de l'homme ou de certains animaux, en forme d'épine, qui va de la nuque au coccyx. Il a une douleur le long de l'échine. Il s'est rompu l'échine. Il était crotté jusqu'à l'échine.

Fig., Courber, plier l'échine, Se soumettre humblement. Il a l'échine souple, flexible, Il s'abaisse devant ses supérieurs, il est prêt à toutes les complaisances.

Pop., Longue échine, maigre échine, se dit d'une Personne fort maigre.

échine

ÉCHINE. n. f. T. d'Architecture. Moulure convexe, taillée en quart de cercle.

Il se dit encore d'un Ornement sculpté qu'on appelle aussi OVE.

échine


ÉCHINE, s. f. ÉCHINÉE, s. f. ÉCHINER, v. a. [1re é fer., 3e e muet au 1er, é fer. aux aûtres.] Echine, est l'épine du dôs, la partie de l'animal qui prend depuis le cou jusqu'aux fesses. Trév. Depuis le milieu des épaules jusqu'au croupion. Acad. — On le dit toujours au singulier, quand on ne parle que d'une seule persone. * En Provence, plusieurs disent les échines, mais mal. = On ne s'en sert que dans le discours familier: L'Acad. n'en distingue point l'usage. L. T.
   ÉCHINÉE, pièce d'un cochon, qui se coupe sur le dos. Trév. Morceau du dos d'un cochon. Acad.
   ÉCHINER, au propre, rompre l'échine. "On lui a donné un coup qui l'a échiné. "Il s'est échiné en voulant soulever un trop grand poids. = Au figuré, tuer, assomer dans une mélée, dans une déroute. "Allez à la guerre vous faire échiner. — Échiner de coups, batre outrageûsement: c'est du figuré familier. — Trév. met échiner, ou échigner. On n'écrit plus que le premier.

Traductions

échine

loin

échine

echino, schiena

échine

עמוד השדרה

échine

척추

échine

spine

échine

[eʃin] nfspine, backbone [eʃine] vpr/vi (= se fatiguer) → to wear o.s. out