écorche-cul

ÉCORCHE-CUL (À)

(é-kor-che-ku ; l'l ne se prononce jamais) loc. adv. et très familière
En glissant, en se traînant sur le derrière. Ces enfants jouent à écorche-cul. Fig. et bassement. À contre-cœur. Il n'a rendu ce service qu'à écorche-cul.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Au bout de cela le medecin mit le nez à terre, le pied passé dans un estrier, et si fit encore quelque chemin trainé à l'escorche - cul [D'AUB., Faen. III, 7]
    La froideur de Baron acheva l'entreprise ; car on l'y trainoit à l'escorche-cul, et pourtant il cerchoit toutes les difficultés et longueurs qu'il pouvoit inventer [ID., Hist. II, 61]

ÉTYMOLOGIE

  • Écorcher, et cul.