écoutant, ante

ÉCOUTANT, ANTE

(é-kou-tan, tan-t') adj.
Qui écoute. Par plaisanterie. Avocats écoutants, ceux qui n'ont point de pratique, qui ne plaident point et ne fréquentent le barreau que pour écouter.
S. m. Celui qui écoute, dans le langage familier et badin.
....N'avons-nous point ici quelque écoutant ? [MOL., l'Étour. III, 6]
Il ne faut jamais dire aux gens : Écoutez un bon mot, oyez une merveille ; Savez-vous si les écoutants En feront une estime à la vôtre pareille ? [LA FONT., Fabl. XI, 9]
Ils disputent avec hardiesse et confiance.... et cette gaieté de visage leur donne souvent l'avantage dans l'opinion des écoutants [PASC., Pensées, t. I, p. 255, éd. Lahure.]
Au plur. Les auditeurs. Il faut entendre l'opinion des écoutants.
J'ai vu dans le palais une robe mal mise Gagner gros ; les gens l'avaient prise Pour maître tel, qui traînait après soi Force écoutants.... [LA FONT., Fabl. VII, 15]
Terme d'histoire ecclésiastique. Pénitent admis aux instructions, mais obligé de se retirer dans la nef pendant les prières.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Si est mestiers [besoin] que il soit soufrans et bien escoutans de ce qui est dit contre lui [BEAUMANOIR, V, 9]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ÉCOUTANT. Ajoutez :
    Le premier ordre des catéchumènes, le moins avancé.