écrêté, ée

ÉCRÊTÉ, ÉE

(é-krê-té, tée) part. passé.
La muraille était écrêtée.
On vit une terre toute piétinée [un champ de bataille], nue, dévastée, tous les arbres coupés à quelques pieds du sol, et plus loin des mamelons écrêtés [SÉGUR, Hist. de Nap. IX, 17]