égueuler

(Mot repris de égueulées)

ÉGUEULER

(é-gheu-lé) v. a.
Casser l'ouverture, l'entrée d'un vase de terre ou de verre, ou l'embouchure d'un canon. Égueuler un bocal. Le boulet a égueulé cette pièce.
S'égueuler, v. réfl. Être déformé à l'ouverture. Cette pièce de canon s'égueule. Populairement. S'égueuler de crier, s'enrouer à force de crier.
Mais les autres qui jouent les comédies ne s'égueulent point tant [D'ABLANCOURT, Lucien, dans LEROUX, Dict. com.]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Là s'assoreille [nettoie ses oreilles] et esgoele [nettoie sa gueule] [, Fabliaux, t. I, p. 241]

ÉTYMOLOGIE

  • É- pour es- préfixe, et gueule.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

égueuler

ÉGUEULER. v. tr. Déformer par le bord, par l'orifice. Une cruche égueulée.

Une pièce de canon égueulée, se dit d'une Pièce de canon dont la bouche est déformée par un accident ou par un trop long usage.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

égueuler


ÉGUEULER, v. act. [É-gheu-lé; 1re et dern. é fer.] Câsser le haut d'un goulot d'un vaisseau de terre, ou de verre. "Il a égueulé sa cruche, son pot, etc. = S'égueuler, s'égosiller. "Il S'égueule de crier, à force de crier. — S' égueuler est plus du st. plaisant et comique, et s'égosiller du style simple et du discours ordinaire.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788