émeute

émeute

n.f. [ de l'anc. p. passé de émouvoir ]
Soulèvement populaire dû à un profond mécontentement : Des émeutes ont éclaté à la frontière insurrection, révolte, troubles
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

ÉMEUTE

(é-meu-t') s. f.
Tumulte séditieux. Exciter, réprimer une émeute.
Le marquis de Botta crut que cette émeute du peuple (de Gênes) se ralentirait d'elle-même, et que la crainte reprendrait bientôt la place de cette fureur passagère [VOLT., Louis XV, 21]
Les agents plus obscurs d'une émeute docile [M. J. CHÉN., Tib. III, 4]
Du moment que l'émeute aura troublé la ville [ID., ib. V, 1]
L'émeute n'était alarmante que comme symptôme ; elle fut réprimée [SÉGUR, Hist. de Napol. XII, 5]
Et l'émeute paraît, l'émeute au pied rebelle, Poussant avec la main le peuple devant elle ; L'émeute aux mille fronts, aux cris tumultueux, à chaque bond grossit ses rangs impétueux [BARBIER, Iambes, l'Émeute.]
Fig.
Vos vers tant lus, tant relus, Ont fait émeute au Parnasse ; Publiez-les donc, de grâce, Afin qu'on n'en parle plus [MILLEVOYE, Épigr.]

REMARQUE

  • La Fontaine a dit émute :
    Mars autrefois mit tout l'air en émute ; Certain sujet fit naître la dispute [LA FONT., Fabl. VII, 8]
    Grande est l'émute ; On court, on s'assemble, on dispute [ID., ib. X, 4]
    Le participe écrit émeu, se prononçait ému ; le substantif émeute se prononçait émute. Puis l'écriture a pris le dessus ; et on a prononcé ce qui était écrit, non ce qui était dans la tradition.

ÉTYMOLOGIE

  • L'ancien participe esmeu, aujourd'hui ému, d'émouvoir.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ÉMEUTE. Ajoutez : - REM. On aura de l'émeute une définition plus précise, en disant : Trouble qui se forme dans la rue, commence par un rassemblement, et n'a d'abord ni chef, ni dessein concerté.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Mais puet estre qu'il se doubtoit de l'esmuete qui estoit des bonnes gens du plat païs contre les nobles (1362) [VARIN, Archives administr. de la ville de Reims, t. III, p. 216]
    En li promettant que jamais telle esmuete ne seroit faite contre li [l'archevêque de Reims] [ID., ib.]
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

émeute

ÉMEUTE. n. f. Tumulte séditieux, soulèvement dans la foule. Dangereuse émeute. Déchaîner, apaiser une émeute.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

emeute

Emeute, voyez Meute.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

émeute


ÉMEUTE, s. f. Sédition populaire et soudaine. Trév. Soulèvement dans le peuple. Acad. "Causer, appaiser une émeute.
   Rem. Comme on dit, être en rumeur, ROLLIN, par analogie, a cru pouvoir dire, être en émeute; mais souvent l'analogie trompe. "Dans un moment, toute la Ville fut en émeute. HIST. ANC. Voy. ÉMUTE.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Synonymes et Contraires

émeute

nom féminin émeute
Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

émeute

מהומה (נ), מרידה (נ), מְרִידָהrel, oproerhuru-hara, kerusuhanriotsommossa, zuffa, tumultoشَغَبvýtržnostioprørAufruhrεξέγερσηdisturbiomellakkapobuna暴動폭동opprørbuntdistúrbioбунтupploppการจลาจลayaklanmasự náo loạn骚乱бунт (emøt)
nom féminin
mouvement de révolte
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

émeute

[emøt] nfriot
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005