énaser

ÉNASER

(é-na-zé) v. a.
Écraser le nez. S'énaser, v. réfl.
Hélas ! je me figurais être seul dans cette forêt où je levais une tête si fière ; tout à coup je viens m'énaser contre un hangar [CHATEAUBR., dans le Dict. de DOCHEZ]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ce fou, non fou tout à fait, rencontrant beaucoup mieux qu'un chien qui s'enase, en ses plaisantes boutades, les forçoit de rire à gorge déployée [, Pelerin d'Am. t. II, p. 652, dans LACURNE]
    Au lieu qu'on doibt moucher l'enfant, cela s'appelle l'enaser [MONT., II, 60]

ÉTYMOLOGIE

  • É- pour es- préfixe, et le latin nasus, nez.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ÉNASER. Ajoutez : - REM. Le passage de Chateaubriand cité d'après le Dictionnaire de Dochez se trouve dans Mém. d'outre-tombe (éd. de Bruxelles), t. I, Rivière du nord, Chant de la passagère, etc.