épalement

ÉPALEMENT

(é-pa-le-man) s. m.
Action d'épaler.
Pour avoir, sans déclaration préalable, démonté, réparé ou autrement changé la capacité des vaisseaux repris au procès-verbal d'épalement ; pour avoir substitué aux cuves épalées d'autres de plus grande dimension, une amende.... [, Loi belge du 27 juin 1842 sur les distilleries, art. 32, § 14]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ÉPALEMENT. Ajoutez : - REM. L'emploi du mot épalement en langage administratif est bien antérieur à la loi belge citée dans l'article.
    Les lois et règlements donnant aux préposés le droit de vérification, les instructions de la régie ont déterminé le mode d'épalement à employer ; l'épalement d'une chaudière ou alambic a pour objet d'en mesurer la capacité ; on pourrait le faire de trois manières, par l'empotement, par le dépotement et par le jaugeage, [, Manuel des poids et mesures, Paris, 1813, p. 519]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Suivant l'espallement qui en a esté aujourd'hui à la gauge de ce pays [, Nouv. Coust. gen. t. I, p. 310, col. 1]