épanchement

(Mot repris de épanchements)

épanchement

n.m.
1. En médecine, accumulation anormale d'un liquide ou d'un gaz de l'organisme dans une cavité naturelle : Un épanchement de sang dans le cerveau.
2. Fig. Fait de s'épancher, de confier à qqn ses sentiments, ses pensées intimes : Elle se livre rarement à des épanchements confidence, effusion ; réserve, retenue

épanchement

(epɑ̃ʃmɑ̃)
nom masculin
figuré action de s'épancher, de se confier à qqn se livrer à de doux épanchements

ÉPANCHEMENT

(é-pan-che-man) s. m.
Action d'épancher. L'épanchement du vin dans les libations que faisaient les anciens.
Féconds épanchements de pluie et de rosée, Bénissez le Seigneur [CORN., Trad. du cant. des trois enfants.]
Que fait-il en moi, ce soleil si grand et si vaste, par le prodigieux épanchement de ses rayons, que d'exciter dans mes nerfs quelque léger tremblement ? [BOSSUET, Connaiss. IV, 9]
Par extension.
Ce vain désir de paraître jette l'âme tout entière au dehors, et dans cet épanchement elle se dissipe [BOSSUET, Vêture, Bouillon.]
Fig.
Telles sont les faveurs que ta main nous partage, Grand roi, du roi des rois la plus parfaite image ; Tel est l'épanchement de tes nouveaux bienfaits, Il prévient l'espérance, il surprend les souhaits [CORN., Remerc. au roi]
Un plein épanchement de consolations [ID., Imit. II, 1]
D'une clarté céleste un long épanchement Fera briller incessamment D'un rayon infini la grandeur ineffable [ID., ib. III, 47]
Alcine nous la faisait voir magnifique et inépuisable dans l'épanchement de ses dons [MARMONTEL, Contes moraux, École de l'amitié]
Terme de médecine. Accumulation d'un fluide dans une partie du corps qui n'est pas destinée à le contenir. Épanchement de sang, de bile.
Un petit épanchement de sang dans le cerveau suffit pour boucher les pores par où les esprits entrent dans les nerfs et pour arrêter tous les mouvements [NICOLE, Ess. de mor. 1er traité, ch. 4]
Partout où il y a rupture de vaisseaux, il y a épanchement de sucs, et c'est le cas de toutes les plaies soit des parties molles, soit des parties dures [BONNET, Consid. corps organ. Œuvres, t. v, p. 396, dans POUGENS.]
Fig. Communication de sentiments et de pensées intimes.
Ce qui se dit dans ces épanchements de cœur que la conversation produit entre deux amis, ne peut être regardé que comme des pensées [MONTESQ., Rom. XI]
Avec quelle innocence et quels épanchements Nos cœurs se sont appris leurs premiers sentiments ! [VOLT., Adélaïde, v, 1]
Il est certain que l'épanchement des conversations ne se concilie guère avec la gravité [P. L. COUR., Lett. II, 329]

ÉTYMOLOGIE

  • Épancher.

épanchement

ÉPANCHEMENT. n. m. Action d'épancher ou de s'épancher.

Il se dit spécialement, en termes de Médecine, de l'Écoulement, de l'extravasation plus ou moins considérable de quelque liquide dans une partie du corps qui n'est pas destinée à la contenir. Épanchement de bile, de sang, de synovie. Épanchement au cerveau. Fig., Épanchement du coeur. Épanchement de joie. Doux épanchements. Tendres épanchements. Les épanchements de l'amitié.

épanchement


ÉPANCHEMENT, s. m. ÉPANCHER, v. act. [Epancheman, ché; 1re é fer. 2e lon. 3e e muet au 1er, é fer. au 2d.] Epanchement, éfusion. Au propre, il ne se dit guère que de la bile. — Son plus grand usage est au fig. mais cet usage n'est pas fort étendu. "Épanchement de coeur, de joie. = Epancher, verser doucement. "Epancher du vin, de l'huile. Il est peu usité dans le sens litéral. — Figurément, épancher son coeur, l'ouvrir avec confiance à un ami, etc. = Racine le dit avec le pron. personel.
   Mon coeur pour s'épancher n'a que vous et les Dieux.
Il le dit même des persones; ce qui est une plus grande hardiesse.
   Il s'épanchoit en fils, qui vient en liberté,
   Dans le sein de sa mère oublier sa fierté.
       Brit.
Cela n'est bon que dans la haute Poésie.
Fénélon fait régir à l'actif la prép. de: "Des laboureurs, acablés sous le poids des fruits que la terre épanchoit de son sein. Télém. — Ce régime fait fort dans cette phrâse. Il ne serait peut-être pas aussi bon dans d'aûtres.
   REM. Epanchement, éfusion (synon.) L'effusion est plus vive, plus abondante, plus continûe que l'épanchement. "Un épanchement de bile cause des incommodités: l'effusion de la bile cause la jaunisse. — Et au figuré: un coeur sensible cherche à se soulager par des épanchemens: un coeur trop plein cherche à se décharger par des effusions, etc. Voy. les SYNONYMES de M. l'Ab. Roubaud.

Synonymes et Contraires

épanchement

nom masculin épanchement
Fait de s'épancher.
Traductions

épanchement

השתפכות (נ), צקון לחש (ז), שפיכה (נ), תשפוכת (נ), שְׁפִיכָה, הִשְׁתַּפְּכוּת

épanchement

effusion

épanchement

sfogo

épanchement

積液

épanchement

effusion

épanchement

effusion

épanchement

[epɑ̃ʃmɑ̃]
nm
un épanchement de synovie → water on the knee épanchements
nmpl (fig) → outpourings