épargné, ée

ÉPARGNÉ, ÉE

(é-par-gné, gnée) part. passé.
Mis en réserve par l'économie. Une somme importante épargnée peu à peu.
Il fit à la reine des funérailles très magnifiques où rien ne fut épargné [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 336, dans POUGENS]
À qui on a fait grâce.
Oui, jusqu'à ce moment le traître est épargné [VOLT., Orphel. v, 4]
Marius épargné par le Cimbre qui ne peut se résoudre à tuer ce grand homme [STAËL, Corinne, VIII, 4]