épaulé

1. épaulé, e

adj.
Se dit d'un vêtement qui comporte une épaulette de rembourrage.

2. épaulé

n.m.
Mouvement d'haltérophilie consistant à amener la barre à hauteur d'épaules.

épaule

ÉPAULE. n. f. Partie du corps qui attache au cou l'articulation du bras chez l'homme et du membre antérieur chez les quadrupèdes. Cet homme a une épaule plus haute que l'autre. Cette femme a de belles épaules. Au défaut de l'épaule. Il a l'épaule démise, rompue, fracassée. Il porte un fardeau sur l'épaule, le fusil sur l'épaule. Il a la tête dans les épaules. Avoir les épaules hautes. Pousser de l'épaule, avec l'épaule. Prêter l'épaule pour charger un fardeau. Il est plus haut que vous de toute l'épaule. Ce cheval est blessé à l'épaule.

En termes de Lutte, Toucher des épaules, ses épaules ont touché se dit du Lutteur renversé et vaincu.

Hausser les épaules, lever les épaules, Témoigner en haussant les épaules qu'une chose déplaît, qu'elle choque, et plus souvent qu'elle n'inspire que du mépris. Cela me fait hausser les épaules. C'est à faire lever les épaules. Il n'y a rien à répondre à cela, il n'y a qu'à hausser les épaules. Hausser les épaules de pitié, de mépris.

Fam., Jouer par-dessus l'épaule, Jouer sans avoir de place à la table du jeu.

Fig. et fam., Mettre quelqu'un dehors par les deux épaules, Le chasser honteusement.

Fig. et fam., Regarder quelqu'un par-dessus l'épaule, Le regarder avec mépris.

Fig. et fam., Je porte cet homme sur mes épaules, Cet homme me pèse, il m'est à charge par les choses qu'il fait, par les choses qu'il dit.

Fig., Plier les épaules, baisser les épaules, Recevoir avec soumission une chose fâcheuse, désagréable. On lui fit de durs reproches, il s'en alla pliant, baissant les épaules.

Fig. et fam., Il n'a pas les épaules assez fortes, il a les épaules trop faibles pour un tel emploi, pour soutenir une telle charge, pour mener à bien cette entreprise, Il n'a point assez de talent, assez de bien, de ressources.

Fig. et fam., Prêter l'épaule à quelqu'un, L'aider, lui fournir des ressources. Il a des amis qui lui prêtent l'épaule, sans quoi il ne pourrait pas soutenir cette affaire, cette entreprise.

Fig. et fam., Donner un coup d'épaule. Voyez COUP.

Fig., Changer son fusil d'épaule, Changer d'opinion, de ligne de conduite suivant les circonstances.

En termes de Fortification, L'épaule d'un bastion, La partie saillante que forme la réunion des pans nommés Flanc et Face. On dit aussi L'angle d'épaule.

épaûle


ÉPAûLE, s. f. [Epôle: 1re é fer. 2e lon. 3e e muet.] Partie du corps de l'homme, qui est double, au haut du tronc ou du dôs, et qui se joint au brâs. "Porter un fardeau sur l'épaule, sur son épaule ou ses épaules. Pousser de l'épaule ou avec l'épaule. — On le dit~ aussi des animaux. "Epaule de mouton, de veau. "Le sanglier fut blessé à l'épaule.
   ÉPAULE, entre dans plusieurs expressions figurées du discours familier. — Pousser le temps à, ou avec l'épaule, gâgner du temps, passer le temps comme on peut. "J'atends vendredi avec de grandes impatiences. Voilà comme je suis à pousser toujours le temps avec l'épaule. SEV. "Quand le temps me déplait, je le pousse à l'épaule comme vous. La même. — Prendre quelqu'un par les épaules, le chasser, le mettre dehors. La Bruyère dit du Prince d'Orange. "Il s'agit de prendre son père et sa mère par les épaules, et de les jeter hors de leur maison. — L'Acad. dit, mettre dehors par les épaules. = Porter quelqu' un sur ses épaules; être inquiet sur sa fâcheuse situation. Mme de Sévigné l'emploie dans un sens, qui n'est pas tout à fait celui-là, et qu'on sent mieux qu'on ne peut le rendre. Il s'agit d'une des Demoiselles de Grignan, qui s'était retirée dans un Couvent. "Je suis plus fâchée de cette fuite, que je n'en suis surprise. Elle nous portoit tous sur ses épaules: tous nos discours lui déplaisoient. = Regarder par dessus l'épaule, avec mépris. — Prêter l'epaule à quelqu'un: l'aider, l'apuyer. — Faire hausser les épaules, faire pitié. "Vous avez un ridicule orgueil, qui fait hausser les épaules à tout le monde. Mol. Voy. LEVER. — Faire une chôse par dessus l'épaule, ne la point faire. Expression bâsse et populaire. "Il vous payera par dessus l'épaule. = Il n' a pas les épaules assez fortes ou, il a les épaules trop foibles pour cet emploi, pour soutenir cette charge, cette dignité. Il n'a pas assez de bien, de talens, de capacité pour, etc.

Traductions

épaulé

מוכתף (ת), מכותף (ת)