épauler

(Mot repris de épaulassions)

épauler

v.t.
1. Appuyer contre l'épaule : Les compétiteurs épaulent leur carabine et visent leur cible mettent en joue
2. Soutenir qqn dans une entreprise difficile, dans une épreuve : Vous pouvez faire votre demande, je vous épaulerai aider, appuyer

épauler

(epole)
verbe transitif
apporter son aide, son soutien à Mes amis m'ont épaulé dans les moments difficiles.

ÉPAULER

(é-pô-lé) v. a.
Rompre, démettre l'épaule, en parlant des animaux. Épauler un sanglier.
Prêter l'épaule, assister, aider à. Je vous épaulerai de mon crédit.
C'est bien la moindre chose que nous devions faire que d'épauler de nos louanges le vengeur de nos intérêts [MOL., Impromptu, 3]
Terme de guerre. Épauler des troupes, les mettre à l'abri du feu de l'ennemi par un épaulement.
Épauler un fusil, l'appuyer contre l'épaule pour faire feu.
Terme de coutellerie. Faire baisser une partie et monter l'autre à l'aide de la lime et du marteau. Terme de menuisier. Diminuer la largeur d'un tenon pour qu'elle soit égale à celle de la mortaise.
S'épauler, v. réfl. En parlant des quadrupèdes, se blesser à l'épaule. Ce cheval s'est épaulé. Terme d'horticulture. Un arbre s'épaule, quand il périt d'un côté et porte sa séve du côté opposé.
S'épauler, se donner réciproquement de l'appui, du secours.
J'y consens, repartit-il : je vais à mon rendez-vous, et nous nous épaulerons s'il en est besoin [LESAGE, Gil Blas, v. 1]
Terme militaire. S'épauler, se couvrir d'un épaulement.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Nus ne puet avoir drap espaulé, c'est à savoir drap delquel la chayne ne fust ausi bone au milieu come aus lisieres [, Liv. des mét. 121]
  • XIVe s.
    Mais le cheval qu'il ot s'espaula, ce dist-on [, Guesclin. 17607]
  • XVe s.
    Long col ai, mal suy espaulez [j'ai mauvaises épaules] [EUST. DESCH., Poésies mss. dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Épaule.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ÉPAULER. - HIST. XIIIe s. Ajoutez :
    Et s'il i a aucun qui cheval ait tués Qu'il n'ait sur quoi monter, ou cheval espaulés [, Brun de la Montaigne, V. 2614, éd. P. Meyer, Paris, 1875]

épauler

ÉPAULER. v. tr. Blesser à l'épaule. Je lui avais prêté mon cheval, il l'a épaulé. Ce cheval s'est épaulé.

En termes de Charpenterie, il signifie Amincir un tenon pour qu'il puisse entrer dans la mortaise.

Il signifie aussi Appliquer contre son épaule une arme à feu pour tirer. Épauler un fusil.

Par extension, Épauler des troupes, Les mettre à couvert du canon par un épaulement.

ÉPAULER signifie figurément Aider de toutes ses forces. Je vous épaulerai de tout mon crédit, de tout mon pouvoir. Cet homme réussira dans cette entreprise, il est fortement épaulé.

épauler


ÉPAULER, v. act. [épolé: 1re et dern. é ferm. La 2de est douteûse devant la syll. masc. Nous épaulons, j'épaulais: devant l'e muet, elle est longue: il épaûle, épaûlera, etc.] 1°. Rompre ou démettre, disloquer l'épaûle, en parlant des bêtes à quatre pieds. "Il a épaulé ce cheval. "Ce cheval s'est épaulé. = 2°. Figurément, Assister, aider. "Il vous a épaulé: il fut épaulé par plusieurs persones. st. famil.
   ÉPAULÉ, ÉE, "Cheval épaulé, bête épaulée. — Figurément, Style familier et satirique: bête épaulée, fille déshonorée. "On l'a trompé, on lui a doné en mariage une bête épaulée.

Synonymes et Contraires

épauler

Traductions

épauler

abutmenti

épauler

raise, support

épauler

spallare

épauler

Podpora

épauler

Support

épauler

tuki

épauler

지원

épauler

support

épauler

สนับสนุน

épauler

[epole]
vt
(= aider) → to back up, to support
[+ arme] → to raise to one's shoulder
vi → to aim, to take aim