épitoge

épitoge

n.f. [ du lat. toga, toge ]
Bande d'étoffe portée sur l'épaule gauche par les recteurs et inspecteurs d'académie, les avocats, les magistrats.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

ÉPITOGE

(é-pi-to-j) s. f.
Sorte de manteau des anciens Romains, qui se portait par-dessus la toge.
Sorte de chaperon que les présidents à mortier et le greffier en chef du parlement portaient dans les grandes cérémonies.
Il ne s'agissait [pour les présidents] que de prendre leurs grandes robes rouges avec leurs épitoges et leur mortier à la main [SAINT-SIMON, 343, 243]
Sorte d'ornement que les professeurs des lycées portent sur la robe, attaché sur l'épaule, pendant devant et derrière, en soie jaune pour les professeurs des lettres, en soie rouge groseille pour les professeurs des sciences, et garni de un, deux ou trois rangs d'hermine, suivant les grades de bachelier, licencié ou docteur. Cet ornement se nomme aussi chausse (voy. ce mot).

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Le greffier civil vestu d'un epitoge d'escarlatte [GODEFROY, Obs. sur Charles VIII, p. 433, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. epitogium, du grec, sur, et toga, toge.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

épitoge

ÉPITOGE. n. f. Sorte d'ornement de couleur jaune ou amarante que les professeurs portent à l'épaule sur leur robe dans les cérémonies.

Il se disait autrefois de l'Espèce de chaperon ou de capuce que les présidents à mortier et le greffier en chef du Parlement portaient sur la tête ou sur l'épaule dans les grandes cérémonies.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

epitoge

Epitoge, Epitogium, Lacerna.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606
Traductions

épitoge

schouderversiersel [toga]