éreinter

(Mot repris de éreinterez)

éreinter

v.t. [ mot signif. au sens propre « briser les reins », de rein ]
1. Fatiguer jusqu'à l'épuisement : Ce sprint l'a éreintée épuiser, exténuer, harasser
2. Fam. Critiquer avec violence : Les journalistes ont éreinté ce cinéaste décrier [sout.], dénigrer, fustiger [litt.]
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

ÉREINTER

(é-rin-té) v. a.
Rompre ou fouler les reins, et, par extension, battre, rosser. On l'a éreinté.
Familièrement, excéder de fatigue. Il éreinte tous ses employés.
Fig. Faire perdre le crédit, la réputation, etc.
Montjeu avait la protection de M. Fouquet.... la chute de M. Fouquet l'éreinta [SAINT-SIMON, 14, 134]
Le chancelier demeura mal avec Mme de Maintenon, qui peu à peu avec les jésuites l'éreintèrent auprès du roi [ID., 114, 246]
Éreinter quelqu'un, le maltraiter excessivement dans une feuille publique, dans un compte rendu.
Terme de sculpture. Défaire, gâter, détruire une étude en terre faite d'après le modèle.
S'éreinter, v. réfl. Se donner un tour de rein. Il fit un si grand effort qu'il s'éreinta. Se fatiguer excessivement. Chaque jour je m'éreinte à ce travail. Fig. Se maltraiter l'un l'autre par la critique. Ces journalistes se sont éreintés réciproquement.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Il disoit que c'estoit une eloquence cassée et esrenée [MONT., II, 108]
    ....S'ils portent le harnais Une heure sur le dos, ils ont l'eschine arnée, Et en lieu d'un roussin prennent la haquenée [RONS., 857]

ÉTYMOLOGIE

  • É- pour es- préfixe, et rein ; bourguig. erenai, errenai ; Berry, ereiner, érener, erner. La forme ancienne erener, qui est aussi celle des patois, est plus conforme à l'étymologie ; rien en effet dans ce mot ne justifie le t moderne.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

éreinter

ÉREINTER. v. tr. Il signifiait autrefois Déformer, blesser en rompant les reins. Si vous lui mettez un fardeau si pesant sur le dos, vous l'éreinterez.

Il signifie plus ordinairement Fatiguer à l'excès. Il éreinte tous ses employés. Il s'éreinte à travailler.

Il signifie figurément Critiquer avec violence une oeuvre d'esprit, une personne. Éreinter une pièce de théâtre. Il est familier.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

éreinter


ÉREINTER, v. act. [é-rein-té: 1re et dern. é fer. 2e lon.] Rompre les reins. "Si vous lui mettez un fardeau si pesant, vous l'éreinterez. "Il fit un si grand éfort qu'il s'éreinta. = * On a dit autrefois erréner, ou éréner.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Synonymes et Contraires

éreinter


éreinter (s')

Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

éreinter

גמז (פ')afkraken, afmatten, uitputten, afmaken, afrossenexhaust (eʀɛ̃te)
verbe transitif
épuiser Cette randonnée les a éreintés.
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

éreinter

[eʀɛ̃te] vt
(= épuiser) → to exhaust, to wear out
(fig) (= critiquer) → to slate [eʀɛ̃te] vpr/vi
s'éreinter à qch → to wear o.s. out with sth
s'éreinter à faire qch → to wear o.s. out doing sth
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005