étayé, ée

ÉTAYÉ, ÉE

(é-tè-ié, iée) part. passé.
Le château étayé en plusieurs endroits menaçait ruine [LESAGE, Gil Blas, v, 1]
Fig.
De cent peuples rivaux ce colosse étayé [l'empire de Rome] Va bientôt de sa chute épouvanter le monde [SAURIN, Spart. I, 1]