étrille

Recherches associées à étrille: étriller

étrille

[ etrij] n.f. [ lat. strigilis, racloir, de stringere, serrer ]
1. Instrument portant de petites lames dentelées, dont on se sert pour nettoyer le poil des chevaux.
2. Crabe comestible, commun sous les rochers.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

ÉTRILLE

(é-tri-ll', ll mouillées, et non é-tri-ye) s. f.
Sorte de brosse en fer, employée dans le pansage des grands animaux domestiques et surtout des solipèdes. Cela ne vaut pas le manche d'une étrille, cela n'a aucune valeur.
Fig. Un cabaret où l'on paye trop cher. Être logé à l'étrille, l'être en une hôtellerie où l'on fait payer trop cher.
Tôle demi-forte.
Nom d'une espèce de crabe bon à manger, sur les côtes entre Caen et le Havre.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Or faut roussin, or faut estrilles, Espece à porter par la ville [, Choses qui faillent en ménage]
  • XVIe s.
    Le malheur fut qu'il s'attaqua à celle [la cornette] des valets, qui portent l'estrille à leur drapeau [D'AUB., Hist. III, 64]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, sitreie ; cat. estrijol ; ital. streglia, stregghia ; du latin strigilis, qui a l'accent sur stri.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ÉTRILLE. Ajoutez : - REM. Le nom scientifique de l'étrille, espèce de crabe, est portunus corrugatus, Penn.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

étrille

ÉTRILLE. n. f. Instrument de fer avec lequel on gratte et nettoie la peau et le poil des chevaux, des mulets, etc. Donnez un coup d'étrille à ce cheval. Ce cheval n'a pas eu un coup d'étrille aujourd'hui.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

étrille


ÉTRILLE, s. f. ÉTRILLER, v. act. [1re é fer. mouillez les ll: dern. e muet au 1er, é fer. au second.] Étrille est un instrument de fer, avec lequel on ôte la crasse qui s'est attachée à la peau et au poil des chevaux. — On apelle populairement étrille, un cabaret où l'on fait payer trop cher. — En style proverbial, ce qui ne vaut pas un manche d'étrille, vaut bien peu de chôse.
   ÉTRILLER, c'est froter avec l'étrille. "Étriller un cheval. = Figurément (st. famil. et plaisant) batre, rosser, "On l'a bien étrillé. "Si nous rencontrons les énemis, nous les étrillerons bien. — On dit proverbialement: "On l'a étrillé en chien courtaut. Et d'un homme qui afecte d'être grâve, qu'il est sérieux comme un âne qu'on étrille. L'expression est bâsse.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

étrille

קרצפת (נ)

étrille

striglia

étrille

[etʀij] nf (= brosse) → currycomb
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005