évader

s'évader

v.pr. [ lat. evadere, sortir de, de vadere, marcher ]
1. S'enfuir d'un lieu où l'on était enfermé : Les otages se sont évadés s'échapper, se sauver
2. Se libérer de contraintes ou de soucis : Le cinéma lui permet de s'évader un peu se distraire
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

ÉVADER (S')

(é-va-dé) v. réfl.
S'échapper furtivement d'un lieu où l'on était retenu. Les prisonniers se sont évadés.
Comme on ne le trouvait point, on croyait qu'il [Arétin] se fût évadé [hors de l'enfer], et on n'avait garde de s'imaginer qu'il était avec Auguste [FONTEN., Jug. de Plut.]
Simplement, quitter un lieu sans être vu.
Nous nous évadons sans être aperçus, et nous nous renfermons dans notre chambre [J. J. ROUSS., Émile, III]
Fig.
Je vois notre maison, et ma frayeur s'évade [s'en va] [MOL., Amphit. I, 1]
Absolument et avec ellipse du pronom personnel.
Ce n'est pas mon dessein qu'on me fasse évader [CORN, Polyeucte, IV, 1]
Si je rentre chez moi, je ferai évader le drôle ; et quelque chose que je puisse voir, moi-même, de mon déshonneur, je n'en serai point cru à mon serment et l'on me dira que je rêve [MOL., Georg. Dand. Il, 8]
Fig. Se tirer d'embarras par une échappatoire.
Fourbe, tu crois par là peut-être t'évader [MOL., Amph. III, 5]
Il s'est employé comme verbe neutre, sans pronom personnel.
Nous nous amusons trop, il est temps d'évader [CORN., Illus. com. IV, 9]
Comme après le coup fait vous étiez évadé [TH. CORN., Galant doublé, I, 1]
De quelque côté que vous vous tourniez, il ne vous reste plus aucune défaite, aucun subterfuge, ni aucun moyen d'évader, vous êtes pris et convaincu [BOSSUET, 2e serm. pour le 1er dim. de l'avent, II]

SYNONYME

  • S'ÉVADER, S'ÉCHAPPER. S'échapper, c'est sortir de ce qui retient : le mercure s'échappe des doigts. S'évader ne se dit que de l'homme, ou de ce que l'on assimile à l'homme : Ce prisonnier s'est évadé ; mon moineau s'est évadé ou échappé de la cage.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Ilz seront hors de foy, d'esperance et d'amour pour evader aux biens qui puent [peuvent] ensuire de la grace du Pere, du Fils et du Saint Esprit [, Modus, f° LXIII, verso]
    Ainsi appert par ceste exemple que l'enfant, qui estoit jeune, sceut celer et taire et evada [trouva une évasion] [, Ménagier, I, 8]
  • XVe s.
    Lors suis-je esjoy de ton aise, et prens plaisir en ce que tu evades les miseres que je seuffre chacun jour [ALAIN CHART., le Curial.]
  • XVIe s.
    Il ordonna à son frere, qu'il allast environner le palais du roy, pour garder que personne des serviteurs n'evadast [AMYOT, Public. 7]
    Les subterfuges que cerchent ici les sorbonistes pour evader ne les dep eschent point [CALV., Instit. 612]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. evazir ; du latin evadere, aller dehors, s'échapper, de e, et vadere, aller (voy. JE VAIS).
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877
Synonymes et Contraires

évader (s')

verbe pronominal évader (s')
1.  Sortir de prison.
2.  Quitter furtivement un lieu.
3.  Oublier ses soucis.
Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

évader

break out, escape (sevade)
verbe pronominal
1. s'échapper s'évader d'une prison
2. quitter la réalité volontairement La lecture lui permet de s'évader.
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.