évertuer

s'évertuer

v.pr. [ de vertu, courage ]
(à) Faire des efforts pour : Elle s'est évertuée à comprendre s'acharner à, s'échiner à, s'efforcer de, s'escrimer à

évertuer

(sevɛʀtɥe)
verbe pronominal
faire beaucoup d'efforts pour qqch s'évertuer à donner des explications à un élève

ÉVERTUER (S')

(é-vèr-tu-é) v. réfl.
Faire vertu, faire effort pour arriver à quelque chose de louable ; s'efforcer de.
Il n'est pas digne d'un chrétien de ne s'évertuer contre la mort qu'au moment qu'elle se présente pour l'enlever [BOSSUET, Mar. -Ther.]
Avec un nom de chose pour sujet.
Ma constance contre elle à regret s'évertue [CORN., Hor. II, 5]
Il se dit aussi de tout effort.
L'alarme vient trop tard, en vain on s'évertue [TRISTAN, Panth. II, 3]
Il laisse la tortue, Elle part, elle s'évertue [LA FONT., Fabl. VI, 10]
Lorsqu'à la bien chercher d'abord on s'évertue [la rime] [BOILEAU, Art p. 1]
Honteux d'un trop long silence, je m'évertuais pour relever l'entretien [J. J. ROUSS., Confess. IX]
Notre siècle, penseur brutal, Contre Delille s'évertue [BÉRANG., Couplet.]
Absolument. Se remuer, donner signe d'activité.
Allons, qu'on s'évertue [RAC., Plaid. III, 3]

REMARQUE

  • Régnier a dit s'évertuer de : En vain de le cacher mon respect s'évertue, Élég. v. Cette construction, qui est un archaïsme, n'a rien qui soit contraire à la grammaire.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    [Il] Met sei sur piet, quanqu'il pot, s'esvertue [, Ch. de Rol. CLXVII]
  • XIIIe s.
    Pour l'amor la pucele [il] s'esvertue et esforce ; Les escus froisse et fent com s'il fussent d'escorce [AUDEFR. LE BAST., Romancero, p. 19]
    Adonc d'amis me resovint ; Esvertuer lors me convint [, la Rose, 7270]
    Amors li entre ou cuer, et li sans li remue ; De desirrier fremist et d'espoir s'esvertue [RUTEB., I, 432]
    Dans Pierres li ermites à la barbe canue Del ferir sor les Turcs durement s'esvertue [, Ch. d'Ant. VIII, 1135]
  • XVIe s.
    Eux qui sont soubmis à la royauté, doyvent esvertuer toutes leurs forces pour faire service à leur souverain [AMYOT, Épît.]

ÉTYMOLOGIE

  • É- pour es- préfixe, et vertu ; provenç. esvertudar.
Synonymes et Contraires