alchimie

Recherches associées à alchimie: alchimiste, pierre philosophale

alchimie

n.f. [ d'un mot ar. signif. « la chimie » ]
1. Science occulte qui avait pour objet la découverte d'un remède universel capable d'opérer une transmutation de l'être, de la matière : L'alchimie prétendait découvrir la pierre philosophale.
2. Fig. Suite complexe de réactions et de transformations : La mystérieuse alchimie de la vie.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

alchimie

(alʃimi)
nom féminin
1. histoire pratique occulte des ustensiles d'alchimie
2. figuré suite de réactions l'alchimie de la vie
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

ALCHIMIE

(al-chi-mie. Le dictionnaire grammatical de 1784 dit qu'on prononce alkimie ; aujourd'hui on prononce alchimie, comme chimie) s. f.
Chimie du moyen âge, qui, au lieu d'avoir pour but l'étude de la composition des corps, cherchait la panacée universelle et la transmutation des métaux. L'alchimie a été la préparation de la vraie chimie.
Mazarin se faisait un mérite de ce qu'il avait fait évanouir avec un peu de poudre d'alchimie cette nuée de prétentions [RETZ, II, 375]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Ou d'alquemie tant aprengne Que tous metaus en color taingne, Qu'el [l'art] se porroit ainçois tuer, Que les especes remuer, Se tant ne fait qu'el les ramaine à lor nature premeraine [, la Rose, 16267]
  • XIVe s.
    Le penser est erreur infaicte Contre le noble art d'alchymie Et profonde philosophie [, L'alch. à nat. 728]
  • XVe s.
    Il fauldroit faire l'arquemie, Qui vouldroit forgier faulceté, Tant qu'elle devint loyaulté, Quant en malice est endurcie [CH. D'ORL., Rondel.]
    Il avoit acointance à ung des habiles hommes du monde qui estoit le meilleur arquemiex que on peust trouver, et avecques faisoit escuz d'arquemie les plus beaulx que on pourroit dire [DU CANGE, arquemia.]
    Y dussai-je employer mon bien, Je ne vueil point d'autre alchymie ; Encore n'y perdrai-je rien ; Car boire contente ma vie [BASSELIN, XI]
  • XVIe s.
    À la fin tout leur cas s'en va en fumée, tellement que leur arquemie se pourroit plus proprement dire art qui mine, ou art qui n'est mie [DESPER., Contes, XI]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. alkimia ; espagn. alquimia ; ital. alchimia ; de l'article arabe, al, et chimie.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

alchimie

ALCHIMIE. n. f. Science chimérique qui consistait surtout dans la recherche d'un remède universel et d'un moyen propre à opérer la transmutation des métaux. L'alchimie était en usage au moyen âge. L'alchimie a été une préparation à la chimie.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

alchimîe


ALCHIMîE, s. f. [3e lon. mî-e. Trév. écrit Alchymie, et le Dict. Gra. aussi. Dans le Dict. Gr. on fait prononcer Alkimie, alkimique, alkimiste: c'est la vieille prononciation. On doit prononcer à la française, alchi.] — Alchimie, l'art de transmuer les métaux, art chimérique. — Ce mot fournit une expression au style proverbial: Faire l'alchimie avec ses dents; c'est remplir sa bourse par l'épargne de sa bouche. C'est comme qui dirait, trouver la pierre philosophale par la frugalité.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

alchimie

alchemy

alchimie

אלכימיה (נ)

alchimie

alchemie

alchimie

алхимия

alchimie

alquímia

alchimie

alĥemio

alchimie

alkímia

alchimie

alquimia

alchimie

alchimia

alchimie

煉金術

alchimie

[alʃimi] nfalchemy
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005