appéter

(Mot repris de appétions)

APPÉTER

(a-ppé-té. La syllabe pé prend l'accent grave devant une syllabe muette : il appète, excepté au futur et au conditionnel où l'accent aigu est gardé : il appétera, ce qui est une contradiction, puisque la prononciation est la même que dans il appète) v. a.
Terme didactique. Les êtres vivants appètent ce qui est nécessaire à leur existence. Absolument, avoir des appétences.
L'homme doit plus connaître qu'appéter, et l'animal doit plus appéter que connaître [BUFFON, Nature des animaux.]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Et sont aucuns telx qui ne appetent pas les choses des autres [ORESME, Eth. 110]
    Toutes sciences et ars appetent et desirent aucun bien [ID., ib. VIII (13).]
    La partie [de l'âme] qui congnoist peut estre appellée sens, et celle qui appete est nommée appetit sensitif [ID., ib. 32]
  • XVIe s.
    Nostre nature s'ennuye et se fasche bien tost de ce que nagueres elle avoit ardemment appeté [AMYOT, Préf. XIII, 41]
    La volonté, de laquelle l'office est d'appeter ce que l'intelligence lui propose [CALV., Inst. 129]

ÉTYMOLOGIE

  • Appetere, de ad, et petere, demander (voy. PÉTITION). Provenç. appetar ; espagn. apetecer ; ital. appetere.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

appéter

APPÉTER. v. tr. Désirer vivement par instinct, par inclination naturelle, indépendamment de la raison. Il n'est guère usité qu'en termes de Physiologie. L'estomac appète les aliments.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

appeter

Appeter et souhaiter, Concupiscere, Cupere, Appetere.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606
Traductions

appéter

begehren

appéter

appetere