arbitrage

(Mot repris de arbitrages)

arbitrage

n.m.
1. Action d'arbitrer : L'arbitrage d'un match de rugby. Assurer l'arbitrage d'un conflit conciliation, médiation
2. Sentence rendue par un arbitre : L'arbitrage lui est défavorable jugement, verdict
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

ARBITRAGE

(ar-bi-tra-j') s. m.
Jugement par arbitre.
Leurs voisins qui s'étaient soumis à leur arbitrage [BOSSUET, Hist. III, 6]
La détermination doit être soumise à l'arbitrage des gens doctes [ID., Projet.]
Le sénat mettrait ces princes en arbitrage [MONTESQ., Rom. 6]
Terme de banque. Opération par laquelle on choisit la voie la plus avantageuse pour tirer ou remettre des lettres de change sur une place étrangère ; et aussi trafic qui consiste à acheter des effets sur une place où ils sont dépréciés, pour les revendre sur d'autres places où ils sont recherchés. On dit faire les arbitrages, comme on dit faire l'escompte, les recouvrements. En termes de bourse, opération par laquelle on échange une valeur de bourse contre une autre, en vendant l'une et achetant l'autre. Par exemple, si les actions du chemin de fer d'Orléans sont présumées devoir hausser de dix pour cent au plus, et les actions du chemin de fer de Lyon de vingt pour cent, le spéculateur trouve avantage à vendre les actions d'Orléans qu'il détient, pour acheter des actions de Lyon ; il juge, il arbitre en faveur du chemin de fer de Lyon. On a fait des arbitrages en faveur de l'Orléans contre le Lyon.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Si dirons liquel arbitrage valent et liquel non [BEAUMANOIR, XLI, 1]
    Qui termine arbitraige et mise, Qui paie la painne commise Du trespassé commandement ? [J. DE MEUNG, Tr. 310]
  • XIVe s.
    Nulle chose ne doit estre lessie en l'ordenance et arbitrage ou volenté du juge [ORESME, Eth. 162]
    Il est dure chose et perilleuse que un homme se commette du tout en l'arbitrage et en la puissance de ses ennemis [, Ménagier, I, 9]
    Après la confession vient satisfacion que on doit faire selon l'arbitrage et le conseil du sage confesseur [, ib. I, 3]
  • XVe s.
    Il tinst [tiendrait] aujourd'hui toute ceste seigneurie soubz son arbitrage [COMM., V, 14]
  • XVIe s.
    En matiere criminelle, les reproches demeurent à l'arbitrage des juges [ils peuvent nonobstant récusation admettre la déposition des témoins] [LOYSEL, 786]
    Pacifier par arbitrage les querelles et differents [AMYOT, Pomp. 56]

ÉTYMOLOGIE

  • Arbitrer.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

arbitrage

ARBITRAGE. n. m. Procédure qui consiste à soumettre un différend à un ou à des arbitres. Se soumettre à l'arbitrage. Demander un arbitrage. Subir l'arbitrage. S'en tenir à l'arbitrage.

Il se dit, en termes de Banque, d'un Calcul fondé sur le cours du change de diverses places et qui sert de régulateur pour les opérations de banque. Il se dit aussi d'une Opération de Bourse par laquelle on échange une valeur contre une autre, en vendant l'une et achetant l'autre.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

arbitrage

Arbitrage c'est sentence d'arbitre, Arbitrium.

Arbitrage ou compromis, Arbitrium, Compromissum.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

arbitrage


ARBITRAGE, s. m. Jugement d'un différend par arbitre. Acad. Décision de quelques persones, qu'on a choisies d'un commun acord pour terminer une affaire. Rich. Port. La définition de Trévoux revient au même, et est encore plus longue. Mettre une affaire en arbitrage, se soumettre, s'en tenir à l'arbitrage. Voy. ARBITRATEUR.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Synonymes et Contraires

arbitrage

nom masculin arbitrage
Action d'arbitrer.
Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

arbitrage

arbitration, arbitrage, trade-offבוררות (נ), חריצה (נ), מיצוע (ז), ניצול פערים (ז), פייסנות (נ), תיווך (ז), בּוֹרְרוּת, תִּוּוּךְarbitrage, scheidsrechterlijke uitspraakарбитражEntscheidung, Arbitrage, Schiedsverfahrenарбитражarbitratoتـَحْكِيمarbitrážmæglingδιαιτησίαarbitrajevälitysarbitraža仲裁중재meklingarbitrażarbitragemskiljeförfarandeการตัดสินhakem aracılığıyla çözümlemesự phân xử仲裁仲裁 (aʀbitʀaʒ)
nom masculin
1. sport fait de veiller au respect du règlement, dans un sport une erreur d'arbitrage
2. pouvoir de décision, dans un conflit un arbitrage international
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

arbitrage

[aʀbitʀaʒ] nm
(SPORT) [match de football] → refereeing; [match de tennis] → umpiring
(DROIT, POLITIQUE)arbitration
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005