arrangé, ée

Recherches associées à arrangé, ée: laisser de côté

ARRANGÉ, ÉE

(a-ran-jé, jée) part. passé.
Mis dans un ordre convenable. Tout est ici très bien arrangé.
Il ne se passe, à l'intérieur des animaux, rien de suivi, rien d'ordonné, puisqu'ils n'expriment rien par des signes combinés et arrangés [BUFF., De l'homme.]
Familièrement et par ironie, qui est dans un mauvais état. Vous voilà bien arrangé ! Voilà des habits bien arrangés !
Apprêté, affecté. Cet homme a toujours un air arrangé.
Ceux qui veulent faire les articles trop arrangés et trop formels [BOSSUET, Lett. abb. 84]
Réparé. Une montre arrangée par l'horloger.
Rangé, en parlant des hommes.
Vervins était riche, arrangé, et ne fut jamais marié [SAINT-SIMON, 139, 32]
Un père de famille, un homme arrangé [BUFF., Exp. sur les Végét. 2e mém.]
On dit maintenant rangé en ce sens.
Terminé à l'amiable, accommodé. Duel arrangé par des amis communs. Le différend ayant été arrangé. Les deux adversaires arrangés après bien des pourparlers.
Convenu. Une partie arrangée pour le lendemain.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877