arrière

1. arrière

adv. [ du lat. ad retro, en arrière ]
1. Du côté opposé ; en sens contraire : Avoir le vent arrière.
2. (Dans des locutions) Indique la direction opposée à celle de la marche, de la progression : La voiture fait marche arrière recule
Faire machine arrière,
pour un bateau, reculer ; fig., revenir sur ce qu'on a dit : La direction fait machine arrière en ce qui concerne les promesses d'embauche.
interj.
S'emploie pour demander à qqn de s'écarter, de reculer : Arrière, laissez passer le médecin !
adj. inv.
Situé à l'arrière (par opp. à avant) : Les sièges arrière de la voiture sont confortables. La marche arrière d'une voiture position du levier de vitesse qui permet de reculer

en arrière

loc. adv.
Indique un point de l'espace situé dans la direction opposée à celle de la marche, du regard ; indique un moment du passé : Faire trois pas en arrière derrière ; devant

2. arrière

n.m.
1. Partie postérieure (par opp. à avant) : Ajouter des haut-parleurs à l'arrière d'une voiture. L'arrière du train est bondé queue ; tête
2. Zone en dehors des combats en temps de guerre (par opp. à front).
n.
Joueur placé près du but de son équipe et ayant essentiellement un rôle de défenseur, dans les sports collectifs.

arrières

n.m. pl.
1. Zone située derrière la ligne de front et par laquelle une armée assure son ravitaillement et ses communications.
2. Base sûre à partir de laquelle on développe ses activités : Homme politique qui protège ses arrières.

ARRIÈRE

(a-riê-r') adv.
Exprimant qu'on rejette loin, bien loin. Arrière de moi, Satan.
Arrière ceux dont la bouche Souffle le chaud et le froid [LAFONT., Fab. V, 7]
Arrière tout respect, forçons toute contrainte, Sa menace accroît plus ma fureur que ma crainte [ROTR., Bélis. II, 1]
En termes de marine, vent arrière, vent qui souffle droit dans la poupe.
Toujours le vent arrière, quelle bénédiction ! [CHOISY, Voyage de Siam, p. 6]
S. m.En termes de chasse, prendre les arrières, rechercher dans un défaut, avec les chiens, la voie de l'animal, en reprenant en arrière le chemin qu'il a suivi. Prendre les grands arrières, continuer ses recherches plus loin.
La partie postérieure d'une chose. L'avant et l'arrière d'une charrette. On a trop chargé l'arrière. Terme de marine. La moitié de la longueur d'un bâtiment, depuis le grand mât jusqu'à la poupe.
En arrière, loc. adv. Marquant un mouvement vers le côté qui est derrière. Il fit un pas en arrière. Se renverser en arrière.
Vous les auriez vus tous, retournant en arrière, Laisser entre eux et nous une large carrière [RAC., Mithr. V, 4]
Vous, dès que cette reine ivre d'un fol orgueil.... Ne pourra plus retourner en arrière [ID., Ath. V, 3]
Pégase s'effarouche et recule en arrière [BOILEAU, Épîtr. IV]
Devant qui le Jourdain retourna en arrière [BOSSUET, Hist. II, 3]
Derrière et à une certaine distance. Il est resté bien loin en arrière.
Parle et mets ces mines en arrière [défais-toi de ces mines] [MOL., Mélic. I, 3]
Il le loue en sa présence et le déchire en arrière, c'est-à-dire quand il est absent. En retard. Il ne s'est pas mis au courant de son travail, il est en arrière. Ce fermier est en arrière pour ses payements.
En arrière de, loc. prép. Sur un plan plus reculé. La cavalerie fut placée en arrière d'un bouquet de bois. Hors de la présence de quelqu'un. Souvent on parle en arrière des gens autrement qu'en leur présence. Fig. En retard. Ce jeune homme est en arrière de ses camarades. Ces gens-là sont en arrière de leur siècle.

REMARQUE

  • Errière est une prononciation provinciale que le bon usage a rejetée et dont il faut se garder.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Li naïfs [le serf natif] qui departet de la terre, nuls nel retenge [retienne], anz le faut venir arere à faire soun servise [, L. de Guill. 33]
    Regarde arere, veit le glouton gesir [, Ch. de Rol. XCIII]
  • XIIe s.
    Arrier [il] se trait demie arbarestrée [, Roncisv. p. 66]
    Arriere [ils] tornent tost et isnelement [, ib. p. 77]
    Je ne m'en puis partir ne traire ariere [, Couci, XVIII]
    Atant se regarda li dux Miles arrier [, Sax. X]
    Mais erriere s'en aillent, ainsi com sont venu [, ib. XXVIII]
    Li messagier le rei.... Muntent en lur chevals, ariere se sunt mis [, Th. le mart. 56]
  • XIIIe s.
    Seur ce, s'en parti li messages et s'en ala arrieres à l'empereour en Constantinoble [VILLEH., LXVII]
    Einsi reviendrent arrieres en l'ost, et ala chascuns à sa heberge [ID., LXVIII]
    Tant leur a dit Bertain et arriere et avant, Que tout quanque il lui plaist leur a fait entendant [, Berte, 107]
    Et pour chou [ce] que il ne peüst estre mis ariere de son droit par defaute de segnor [H. DE VALENC., XIII]
    Li ples de l'eritage seroit mis arriere en le [la] cort Jehan [BEAUMANOIR, VI, 34]
    L'autre bataille des amiraus desconfist l'arriere bataille du soudanc de Damas [JOINV., 271]
    Et quant e roy vint à Poytiers, il vousist [eût voulu] bien estre arieres à Paris [ID., 206]
  • XVe s.
    Isabelle se voyoit toute arriere du confort et aide qu'elle cuidoit avoir du roi Charles son frere [FROISS., I, I, 12]
    Et lui enjoignoit très especialement que, toutes paroles et essoines mises arriere, il se partist et defist son siege [ID., I, I, 298]
    Des rentes du comté il [Jacques d'Artevelle] n'allouoit nulles, mais les mettoit et avoit mises toudis arriere en depost.... [ID., I, I, 248]
  • XVIe s.
    Il seroit honteux aux Anglois de faire un arriere pied devant une armée qui fuit.... [, Mém. s. du G. ch. 9]
    Ils les amuserent sur mer, tantost avant, tantost arriere, jusques à ce que.... [MONT., I, 298]
    En nous acculant et tirant arriere, nous attirons la ruyne qui nous menace [ID., I, 305]
    Elle le veid en l'arriere enfer [ID., IV, 373]
    Il le feit trebucher en arriere au long du rocher [AMYOT, Cam. 47]
    Les adherens de Camillus repoulsoient le sergent arriere de la chaire [ID., ib. 72]
    Entrant bien avant en la terre arriere de la mer.... [ID., Péric. 40]
    Au reste fort aisé, et nullement en arriere ; car il n'y avoit aucune debte [CARL., III, 5]
    On eust pensé qu'il eust esté ung fort riche homme, mais il est grandement à l'arriere de ses affaires [PALSGR., p. 423]
    Ce que bien connoissant, Vluzalis scie de l'arriere [rame de manière à faire marcher la galère par l'arrière] [D'AUB., Hist. II, 83]
    La Roiale, en voulant scier de l'erriere, fut aussi assablée [ID., ib. II, 302]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, rière, en airière ; génev. et picard, errière ; bourguig. areire ; wallon, èri ; provenç. areire, arreire, areyre, areires ; catal. arreira ; de ar pour ad, et retro, arrière.

arrière

ARRIÈRE. adv. de lieu. Loin, bien loin. Il n'est guère usité en ce sens que dans certaines phrases elliptiques par lesquelles on enjoint de se retirer, de s'éloigner, et qui marquent l'horreur ou le mépris. Arrière Satan. Arrière les médisants.

En termes de Marine, Vent arrière, Vent qui souffle de la poupe. Aller vent arrière. Avoir vent arrière.

Il s'emploie aussi comme nom masculin, pour désigner la Partie postérieure d'une chose. L'arrière d'une voiture. L'arrière d'un navire, La moitié de la longueur d'un bâtiment, depuis le grand mât jusqu'à la poupe. Les gens de l'arrière, Tous ceux, tant militaires que civils, qui, dans une guerre, ne prennent point part aux opérations.

ARRIÈRE se joint à certains noms comme adverbe ou comme préposition. Arrière- boutique. Arrière-grand-père.

EN ARRIÈRE, loc. adv. Vers le lieu ou vers le côté qui est derrière. Aller en arrière. Retourner en arrière. Faire un pas en arrière. Se porter en arrière. Votre coiffure est trop en arrière. Penchez-vous un peu en arrière. Il est resté bien loin en arrière.

Fig. et fam., Cette affaire ne va ni en avant ni en arrière, Elle est toujours dans le même état.

Fam., Il me loue en face et me déchire en arrière, Il me déchire quand je suis absent.

Figurément, il signifie En retard. Vous êtes bien en arrière, et je crains que votre tâche ne soit pas achevée à temps. Ce fermier est toujours en arrière pour ses paiements. Il est en arrière de trois termes pour son loyer.

EN ARRIÈRE DE, loc. prép. Un corps placé en arrière d'un autre. En arrière de la ligne de bataille. Être en arrière de son temps. Cet écolier est très en arrière de ses camarades.

arriere

Arriere, adverb. local. penac. Et signifie derriere, Retro, comme, si vous disiez a retro, ce que l'Espagnol exprime, disant Arredrar, pour mettre en arriere et reculer quelque chose. Ainsi l'on dit par imperatif supprimé, Arriere, quand on commande à quelqu'un, ou à une trouppe, ou à des chevaux de harnois de reculer, Retrocede, Retrocedite. On dit aussi par metaphore Arriere pour derechef, Iterum, Denuo, et ce par indignation, comme quand quelqu'un repete et inculque ce qu'il a dit qui n'a gueres aggreé à celuy qui l'escoute, il luy est dit, Arriere, Denuo molestus mihi es, Iterum te mihi grauem esse minime poenitet. Parce que qui redit une chose, il semble reculer à ce dont sa voix est partie. On dit aussi par translation, Il est demeuré en arriere, de celuy qui doit, et n'a payé à jour nommé (dont vient le mot Arrerage) Ce qui ne s'entend seulement des contables reliquateurs, ains des particuliers detteurs aussi. Arriere se prend aussi pour, en second lieu, outre, d'avantage, comme, Il m'a dit cela, et m'a dit arriere cecy. Illud mihi narrauit, sed et praeterea aut postea hoc mihi retulit. En laquelle signification il est composé avec ces mots, Ban, fief, censive, faix, boutique. Arriere-ban, arriere-fief, arriere-censive, arriere-faix, arriere-boutique, Et arriere-fils, pour fils de mon fils. Arriere-nepveu, fils de mon nepveu, etc.

Arriere de nous, Procul a nobis.

Fort arriere, Penitus.

Mettre arriere, Posthabere.

J'ay mis toutes choses arriere, Omnes posthabui mihi res.

Soient mis arriere de nous, Procul a nobis absint.

Je suis marry que tu as esté si long temps arriere de nous, Te abfuisse tandiu a nobis doleo.

Garder pour l'arriere saison, Inueterare.

En arriere, Retrouersum, Macrob. lib. 1. c. 16. comme, Aller en arriere, Retrouersum cedere, Retrorsum, et peut estre prins pour mot simple, et pour composé.

Aller en arriere, Retroire, Retrogradi.

Faire l'arriere garde, Agmen cogere. B. ex Liuio.

Qui est arrieré des autres, reculé et loingtain, Sepositus.

arrière


ARRIèRE, adv. [Ariè-re, r forte, 2e lon. è moy.] En demeure. Il ne se dit qu'avec en. Être en arrière de; n'avoir pas payé au terme telle somme. "Ce Fermier est en arière de trois quartiers. — Rester en arière, ne pas avancer. * Marivaux dit: rester arrière. "Vous marchez toutes deux d'un pas égal, (dans le chemin de la vertu) et aucune de vous ne reste arrière. — Trouver quelqu'un en arière, c. à. d. mal disposé à faire ce qu'on souhaite. "Vous ne me trouverez jamais en arrière, lorsqu'il s'agira de louer Descartes. Paulian.
   ARRIèRE est employé par le peuple comme adv. de lieu. "Voilà une porte toute arière ouverte qu'elle peut l'être. — Cette expression est tout-à-fait basse et populaire. Trév.
   ARRIèRE, interjection, est vieux. Loin de moi. Arière de moi, Satan; vade retrô Satana.
   Arrière, vain respect du devoir et des Lois.
       Breb.
  Arrière, ceux dont la bouche
  Soufle le froid et le chaud.
      La Font.
On dit figurément d'une afaire, qu'elle ne va ni en avant, ni en arière, pour dire, qu'elle est toujours dans le même état. On peut le dire d'un malade, d'un écolier, qui ne fait point de progrès, etc.
   ARRIèRE, s. m. L'arière d'un vaisseau, la poupe.
   ARRIèRE, préposition inséparable, qui entre dans la composition de plusieurs mots. Il est du même genre que le mot avec lequel il est combiné: ainsi arière-corps, ariêre-fief sont masculins, Arière-cour, arière-main sont fém. — Dans ces mots composés, arière est indéclinable. On doit dire par exemple arière neveux, et non pas arrières neveux, avec une s à la fin d'arière, comme on le trouve dans une édition de Telemaque, et dans les Annales de M. Linguet.
   Quand on sait le sens du mot, avec lequel arière est composé, on devine aisément celui de cette composition. Quand on sait ou qu'on peut savoir en les cherchant à leur place, ce que c'est qu'une boutique, un choeur, une cour, neveu, petit-fils, grand-Père, grand'mère, on sait bientôt ce que c'est qu'arière-boutique, arière-choeur, arière-cour, arière-neveu, arière-petit-fils, etc. — Nous remarquerons seulement qu' arière-grand-père et arière-grand'mère sont peu usités, et qu'il vaut mieux dire, bisaïeul, bisaïeule.
   Ainsi le ban étoit la convocation de ceux qui tenaient des fiefs, pour servir à la guerre; l'arière-ban, la convocation des Gentilshommes, qui n'avaient point de fiefs. L'arière fief est un fief mouvant d'un autre fief. — L'arière-vassal, relève d'un Seigneur vassal d'un autre Seigneur. — L'arière main est un coup du revers de la main. — Arière-saison, la fin de l'automne.
   En général, arière est oposé à avant. Ainsi, l'on dit en Architecture, avant corps, de ce qui avance sur le nu des autres parties d'un mur, et arière corps, de ce qui est plus enfoncé.

arriéré


ARRIÉRÉ, ÉE, adj. [2e et 3e é fer. long au 2d, a-rié-ré, ré-e. 1ere r forte.] Qui n'a pas tout payé. — Qui n'a pas fini l'ouvrage. Il régit la prép. de. "Il est ariéré de trois mille livres, des deux tiers de l'ouvrage.

Synonymes et Contraires

arrière

nom masculin arrière
Partie postérieure de quelque chose.
Traductions

arrière

(ɑ̃naʀjɛʀ)
adverbe
1. dans la direction opposée à l'avant, enreculant retour en arrière
2. derrière rester en arrière

arrière

(aʀjɛʀ)
nom masculin
ce qui est derrière l'arrière du train

arrière

Herbst, hinten, achtern, Fond, Verteidiger, hinterer, hinterer Teil, rückständig, zurückback, rear, autumn, behind, backside, fullback, sternachter, achterspeler, achterkant, aandeachterkant, achteraan, achterin, herfst, najaar, achter(uit), achterste gedeelte, verdediger, achterste, achter-, terugאחור (ז), אחורי (ת), גב (ז), ירכה (נ), עורף (ז), ערפי (ת), אָחוֹר, עָרְפִּיatrás, parte trasera, traseroatrás, zagueiro, parte traseira, retroceder, traseiroкорма, тыл, задний, задняя часть, назадretro, terzino, indietro, posterioreإِلى الوَرَاء, خَلْفِيّ, مُؤَخَّرَةzadní, zadní část, zpětbag-, bagende, tilbageμακριά από, νώτα, πισινός, πίσωtaka-, takaisin, takaosanatrag, pozadina, stražnji後ろ, 後ろに, 後ろの뒤, 뒤로, 뒤의bak-, bakover, bakre, baksidetył, tylny, z powrotembak-, bakdel, tillbakaกลับไปสภาพเดิม, ข้างหลัง, ซึ่งผ่านมาแล้ว ซึ่งอยู่ด้านหลัง, ด้านหลังarka, arkadaở đằng sau, ở phía sau, phía sau, về phía sau后面的, 向后, 背后
adjectif invariable
qui est à l'arrière les feux arrière d'une voiture

arrière

[aʀjɛʀ]
nm
[bâtiment, objet] → back
l'arrière de la maison → the back of the house
à l'arrière [véhicule] → in the back
(RUGBY)fullback
(autres locutions) en arrière [rester, traîner] → behind
Ils sont restés en arrière → They stayed behind.; [regarder] → back, behind; [tomber, aller] → backwards
en arrière de → behind
adj inv [partie] → back
siège arrière → back seat
roue arrière → back wheel, rear wheel
les roues arrière → the back wheels, the rear wheels arrières
nmpl
protéger ses arrières (fig) → to leave oneself a way out