assaut

(Mot repris de assauts)

assaut

n.m. [ du lat. ad, vers, et saltus, saut ]
1. Action d'assaillir ; offensive vive et violente, à plusieurs : L'assaut du repaire des gangsters par les gendarmes attaque l'attaquer
2. Fig. Attaque verbale contre qqn ; harcèlement : Le président a subi l'assaut des journalistes.
3. Combat ou exercice d'escrime.
Faire assaut de,
rivaliser de : Les magasins font assaut d'offres promotionnelles alléchantes.
Prendre d'assaut,
s'emparer par la force de ; se précipiter dans un lieu, sur qqch en grand nombre : Toutes les places assises ont été prises d'assaut.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

ASSAUT

(a-sô ; le t se lie ; un assaut impétueux, dites : un a-sô-t impétueux ; au plur. l's se lie : des a-sô-z impétueux) s. m.
Attaque de vive force sur une ville, un poste, etc. Monter à l'assaut. Donner l'assaut à une ville. Livrer à une place un assaut furieux. Un assaut général. Emporter d'assaut. Repousser les assauts.
Condé fut pris d'assaut la nuit de samedi à dimanche [SÉV., 269]
Les glorieux assauts de plus de cent murailles [CORN., Nicom. III, 6]
Fig. Les assauts de la tempête. Être en butte aux assauts de l'adversité.
Ce n'est qu'en ces assauts qu'éclate la vertu [CORN., Poly. I, 3]
Tous les assauts que sa rigueur me livre [ID., Pomp. III, 5]
Saint Jérôme soutient des assauts terribles, il combat corps à corps avec ses passions [CHATEAUB., Génie, II, III, 8]
Leurs complots.... Ont, d'un commun assaut, mon repos offensé [MALH., I, 2]
Emporter la place d'assaut, réussir promptement ou brusquement, grâce à l'adresse ou à l'insistance qu'on met.
Sollicitation vive et pressante. Il sera difficile que le ministre résiste à tant d'assauts.
Quel courage endurci Soutiendrait les assauts qu'on lui prépare ici ? [RAC., Iphig. IV, 1]
Mille assauts qu'on livre à son innocence [MASS., Thom.]
Terme d'escrime. Exercice au fleuret.
Après trois mois de leçons, je tirais encore à la muraille, hors d'état de faire assaut [J. J. ROUSS., Conf. v.]
Fig. Faire assaut, lutter à qui fera le plus ou le mieux une chose. Ils semblaient faire assaut de lamentations. Faire assaut de bassesses. Les citoyens faisaient assaut de zèle. Dans cet assaut de passions avides.
Les beautés faisaient assaut de grâces et d'attraits [HAMILT., Gramm. 7]
S'il vous plaît derechef que je rentre en l'assaut [RÉGNIER, Élég. IV]
On connaît les assauts du rossignol contre la voix humaine [BUFF., de l'Ouïe.]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Ancui [nous] rendrons à paiens cest asalt [, Ch. de Rol. CLVII]
  • XIIe s.
    Qu'il ait al tierz asalt le triumphe plenier [, Th. le Mart. 86]
  • XIIIe s.
    Einsi dura li assaus par cinc jors [VILLEH., XLIX.]
    Cil nous assaut et nuit et jor ; Li siens assaus est sanz sejor [RUTEB., II, 26]
  • XIVe s.
    .... S'elle [la ville] est de bonne gent garnie, D'engiens et d'autre artillerie ; Car se de ce avoit deffaut, On la porroit penre d'assaut [MACHAULT, p. 114]
  • XVe s.
    Et envoya grans garnisons en Cambresis ; car il pensoit bien que de ce costé il auroit premierement assaut [FROISS., I, I, 80]
  • XVIe s.
    Anciennement on disoit qu'il falloit fuir un assaut de cent lieues et cercher une bataille de cent [LANOUE, 253]
    Il lui envoia Frontenac sçavoir s'il estoit assez bien gueri pour faire un assaut, veu qu'il aimoit tant les duels [D'AUB., Vie, LVI]
    L'assaut general fut donné par quatre endroits et emporté [ID., Hist. I, 27]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. aissau ; provenç. assalh, assaut ; catal. assalt ; espagn. asalto ; ital. assalto ; du bas-lat. assalire, assaillir (voy. ce mot). Dans l'ancien français, au nominatif singulier, asals, asaus ; au régime, asalt, asaut.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

assaut

ASSAUT. n. m. Attaque pour emporter de vive force une ville, une place de guerre, une position, etc. Assaut vigoureux. Assaut général. Aller à l'assaut. Monter à l'assaut. Donner, livrer un assaut, plusieurs assauts. Repousser un assaut. Les assiégeants furent repoussés à l'assaut. Prendre, emporter une place d'assaut. Soutenir un assaut. Soutenir l'assaut.

Il signifie figurément Action de tout ce qui assaille ou attaque avec violence. Les assauts de la tempête. Ce malade éprouvera encore quelques assauts de son mal. Sa fortune a essuyé un rude assaut.

Il se dit particulièrement de Toute sollicitation vive et pressante. J'ai soutenu plusieurs assauts pour cette affaire. On m'a livré plusieurs assauts pour m'obliger à cela. Résister aux assauts des passions, de la tentation.

En termes d'Escrime, il se dit d'un Simulacre de duel où l'on ne se bat qu'avec des armes (fleurets ou épées) mouchetées. Il y aura un assaut public dans la salle de ce maître d'armes. Faire assaut avec le prévôt d'une salle d'armes. Un assaut d'armes. On dit aussi Assaut de sabre, de boxe, etc.

Fig., Faire assaut de, Lutter à qui l'emportera. Faire assaut de luxe, de toilette, d'éloquence, de savoir, d'esprit, de flatteries, etc.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

assaut

Assaut, m. Selon la composition et energie du mot, est, aggression faite à l'impourveu, et de volée à aucun. Et l'Italien et l'Espagnol disent aussi Assalto. Ainsi on dit, donner ou livrer l'assaut à un homme, ou à une place, ce que Vegece à l'unziesme du premier de re militari, dit Assultare. Et, Il assaut un homme, comme si on disoit, Il saut à luy, c'est à dire, Il se lance de saut sur luy. L'Espagnol appelle Salteador, ce que le François dit, Voleur, celuy qui de saut et de vol, c'est à dire, à l'impourveu se rue sur un passager pour le destrousser.

L'assaut et assemblement de deux armées, ou un assaut et effort de gens de guerre, Aggressio, Congressus, Impressio, Impetus, Insultus, Assultus.

Assaut qu'on baille contre une ville, Oppugnatio.

Le siege et assaut dura jusques à la mi-nuit, Oppugnatio ad mediam noctem producta est.

Donner l'assaut, Aggredi.

Donner un assaut et faire quelque fascherie, Dare pugnam.

Donner l'assaut à une ville, Oppugnare.

Prendre d'assaut, Inuadere.

Au premier assaut, Primo impetu.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

assaut


ASSAUT, s. m. [A-sô, 2e lon.] Ataque pour emporter de vive force une ville, une place de guerre, un poste, etc. Aller à l'assaut, monter à l'assaut, doner un assaut, prendre, emporter d'assaut. — Faire assaut, se battre au fleuret. — Figurément, sollicitation vive et pressante: "J'ai soutenu plusieurs assauts pour cette afaire: "Sa vertu a soutenu un terrible assaut. — Ataque des passions. "La goutte done de violens assauts à la constance. — Faire assaut (disputer) de: "Faire assaut d'esprit, de grec, de géographie, etc. Faire assaut de magnificence; Poulle: "L'on fait assaut d'éloquence jusqu'au pied de l'Autel et en la présence des mystères. "J'avois à parler à un Juge de 25 ans... on l'habilloit... il me convint d'essuyer tout le spectacle, qui consomma plus de temps qu'il n'en faloit pour raporter mon afaire. Je crus qu'il étoit assigné chez une Duchesse pour faire assaut de frisûre et d'odeurs. Coyer.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Synonymes et Contraires

assaut

nom masculin assaut
Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

assaut

Anfall, Angriff, Offensiveassault, attack, access, aggression, storming, charge, fit, offensive, strike, onslaughtaanval, bestorming, stormloop, charge, offensief, vlaag, (storm)aanval, worstelwedstrijd, attaqueהיטפלות (נ), היתקפות (נ), הסתערות (נ), השתערות (נ), התנפלות (נ), התקפה (נ), תקיפה (נ), הִסְתַּעֲרוּת, הִתְנַפְּלוּת, הַתְקָפָהaanvalangrebatako, sturmoacometida, agresión, asalto, ataqueattak, roham, támadásassalto, aggressione, attaccoagressão, assalto, ataque, criseатакаanfall, angrepp, attackhücum, saldırışεπίθεση, προσβολή폭행 (aso)
nom masculin
action d'attaquer aller à l'assaut de qqch donner l'assaut à qqch
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

assaut

[aso] nmassault, attack
prendre d'assaut → to storm, to take by storm
donner l'assaut → to attack
donner l'assaut à → to attack
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005