bâillonné, ée

BÂILLONNÉ, ÉE

(bâ-llo-né, née, ll mouillées, et non bâ-yo-né) part. passé.
Bâillonné par les voleurs, pour qu'il ne donnât pas l'alarme.
Les décollés, les bâillonnés, les brûlés, les incarcérés [VOLT., Lettr. d'Argental, 6 août 1766]
Fig. La presse bâillonnée par des lois rigoureuses.
Terme de blason. Il se dit de tout animal qui est représenté avec un bâton entre les dents.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877