babil

babil

[ babil] n.m.
1. Bavardage continuel, enfantin ou futile.
2. Vocalisation spontanée des nourrissons ; lallation, babillage.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

babil

(babil)
nom masculin
bébé sons que fait un bébé le babil d'un nouveau-né
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

BABIL

(ba-bill, ll mouillées) s. m.
Abondance de paroles faciles et sans importance.
Les jeunes filles acquièrent vite un petit babil agréable [J. J. ROUSS., Ém. v.]
Il écoutait au maillot le babil de sa nourrice [ID., Ém. I]
L'éloge va se placer comme de lui-même dans leur babil éternel [des académiciens] [MONTESQ., Lett. pers. 73]
Cri de la corneille et de plusieurs oiseaux.
Terme de chasse. Aboiement d'un limier qui a perdu la piste, ou qui donne trop de voix.

SYNONYME

  • BABIL, CAQUET. On dit que les pies et les perroquets caquettent ; ce sens reste dans l'emploi de caquet. Le caquet exprime une élévation de ton, une prétention à régenter ou à médire, et des propos bons ou mauvais. Babil n'implique rien de tout cela ; ce n'est que la simple effusion, en paroles faciles, d'une personne qui se complaît à parler.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Au fait d'amours, babil est peu de chose ; Riche amoureux a toujours l'avantage [VILLON, Ball.]
  • XVIe s.
    Ils convertissent la philosophie en un babil sophistique [CALV., Instit. 537]
    Des nonnains la doulce babille, Leur habit sainct, le chant d'icelles, Leurs ceremonies tant belles [MAROT, IV, 187]

ÉTYMOLOGIE

  • Island. bab, babil ; Dan. bable ; angl. to babble ; holl. babbelen ; allem. babbeln ; tous verbes qui signifient babiller. D'après Diez, c'est un mot fourni par l'imitation de la nature ; d'après d'autres, il viendrait de Babel, ce à quoi l'ensemble des formes ne se prête pas.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

babil

BABIL. n. m. Abondance de paroles inutiles. Il nous étourdit par son babil.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

babil

Babil, a Babel, seu Babylone, vbi extitit linguarum confusio. Loquacitas, Garrulitas.

Qui a trop de babil, Impendio loquacior,

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

babil


BABIL, s. m. [L'l finale se fait sentir, elle n'est pas mouillée.] Caquet. Superfluité excessive de parler. Acad. Abondance de paroles inutiles, hors de propos et importunes. Trév. Vice qui consiste à trop parler. Rich. Port. "Il nous étourdit par son babil: "Il n' a que du babil..
   Rem. BABIL, n'est pas un terme noble; et l'Ab. Des Fontaines a repris, avec raison. le P. Catrou de l'avoir employé dans son Hist. Rom. "Les Tribuns, par leur babil, entretinrent la discorde. Dict. Néol.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Synonymes et Contraires

babil

nom masculin babil
Littéraire. Bavardage continuel.
babillage, caquetage, jacassement -familier: jacasserie, papotage, parlote, parlotte -littéraire: prolixité, ramage.
Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

babil

babilado

babil

[babil] nm [enfant] → babbling
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005