baillie

BAILLIE

(ba-llie, ll mouillées) s. m.
Terme de droit féodal. Seigneurie, autorité.
Lorsque le tuteur ou celui qui avait la baillie voulait courir les risques de cette procédure [MONTESQ., Espr. XXVIII, 25]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    [Ils] Vinrent à Charle, qui France ad en baillie [, Ch. de Rol. VII]
  • XIIe s.
    La neire gent [il] avoit en sa baillie [, Roncisv. p. 89]
    Tuit mi penser sont à ma douce amie, Puisque je sai mon cuer en sa baillie [, Couci, II]
  • XIIIe s.
    Bien est France abatardie, Seigneur baron, entendez, Quant femme [la reine Blanche] l'a en baillie, Et tele comme savez [HUES DE LA FERTÉ, Romanc. p. 188]
    Que il eüst sa femme o lui en sa baillie [, Berte, LX]
    Li tens qui toute a la baillie Des gens viellir.... [, la Rose, 387]
    Donques disons noz que cil qui s'entremet de baillie garder et de jostice faire, doit estre sages [BEAUMANOIR, 17]
  • XVe s.
    Quant jeunesse tient gens en seigneurie, Les jeux d'amours sont grandement prisez ; Mais fortune, qui m'a en sa baillie, Les a du tout de mon cueur deboutez [CH. D'ORL., 117]
  • XVIe s.
    Les baillies en gardes sont coutumieres [c'est-à-dire déférées par la coutume] [LOYSEL, 183]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. bailia ; espagn. baylia. Baillie est formé, comme bailli, de l'ancien verbe baillir.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

baillie

Baillie, Puissance, mandement et authorité, Je ne vueil estre en ta baillie et gouvernement, Berinus, Ils seront en vostre baillie. Guy de Warich, c'est à dire puissance, seigneurie et domination.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606