balbutiement

balbutiement

[ balbysimɑ̃] n.m.
1. Action de balbutier ; paroles indistinctes : Les balbutiements d'un bébé bredouillement
2. (Surtout au pl.) Débuts tâtonnants ; premiers essais : Les balbutiements de la thérapie génique.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

balbutiement

(balbysimɑ̃)
nom masculin
1. paroles prononcées de façon indistincte les balbutiements d'un bébé
2. figuré le tout début de qqch les balbutiements de l'aviation à la fin du 19e siècle
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

BALBUTIEMENT

(bal-bu-sî-man) s. m.
Vice de prononciation de celui qui balbutie.
Tout en me promenant je faisais ma prière qui ne consistait pas en un vain balbutiement de lèvres [J. J. ROUSS., Conf. VI]
Il n'est point un ivrogne à balbutiement et à hoquets [VOLT., Lettr. d'Argental, 4 juin 1770]
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

balbutiement

BALBUTIEMENT. (TIE se prononce CIE.) n. m. Action de balbutier. Le balbutiement est habituel ou accidentel. Corriger le balbutiement.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

balbutiement


BALBUTIEMENT, s. m. BALBUTIER, v. n. [L'e est muet dans le 1er: il n'est là que pour faire prononcer balbuciman, et non pas balbutiman; balbucié tout bref.] Balbutier, c'est prononcer imparfaitement; balbutiement, est l'action de balbutier. = Figurément, c'est parler sur quelque sujet confusément et sans conoissance. "Il a voulu parler sur cette afaire; il n'a fait que balbutier. — On l'emploie aussi activement: "Il a balbutié son compliment, son rôle.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

balbutiement

עילגות (נ)

balbutiement

splutter, stammer

balbutiement

[balbysimɑ̃]
nm (= paroles) → stammering no pl balbutiements
nmpl (fig) (= débuts) → first faltering steps
en être encore à ses balbutiements → to be taking its first faltering steps, to be still in its early stages
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005