barbarisme

(Mot repris de barbarismes)

barbarisme

n.m.
Faute consistant à déformer ou à mal former un mot, à utiliser un mot qui n'existe pas ; mot ainsi utilisé : Employer « vous disez » au lieu de « vous dites » est un barbarisme.

BARBARISME

(bar-ba-ri-sm') s. m.
Faute contre la partie de la grammaire qui traite des espèces de mots, et, par extension, toute expression, toute locution qui viole la règle. Barbarisme de mots, celui qui tombe sur le mot lui-même en le dénaturant, comme : vous disez, au lieu de : vous dites Barbarisme de phrase, celui qui consiste dans l'emploi d'une construction vicieuse, comme : nous repentons notre conduite, au lieu de : nous nous repentons de notre conduite.
Mon esprit n'admet point un pompeux barbarisme, Ni d'un vers ampoulé l'orgueilleux solécisme [BOILEAU, Art poét. I]
De fréquents barbarismes déshonorent les ouvrages de ce grand orateur [CHATEAUB., Génie, III, IV, 2]
Fig.
Des incongruités de bonne chère et des barbarismes de bon goût [MOL., B. gent. IV, 1]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    ....Dan Barbarime, S'ert il homme lige Grammaire [, Bataille des sept arts, p. 36]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. barbarisme ; de barbarismus, de barbarus, barbare.

barbarisme

BARBARISME. n. m. Façon de parler incorrecte et vicieuse. Plus particulièrement, Faute de langage qui consiste à se servir de mots forgés ou altérés. Le barbarisme et le solécisme sont les deux principaux vices d'élocution. Faire un barbarisme.

barbarisme

Barbarisme, c'est aucunefois le contraire de Civilité, Barbarismus.

barbarisme


BARBARISME, s. m. [On prononce l's: dern. e muet: tout bref.] Il ne se dit qu'en Gramaire, et n'a trait qu'au langage, et point du tout aux moeurs. Le barbarisme est de se servir de quelque mot impropre, ou de quelque phrâse étrangère et, qui n'est pas naturelle à la langue, ou d'oublier des particules, des pronoms ou des prépositions dans les endroits où elles sont nécessaires. Vaug. — On peut commettre un barbarisme, ou en une seule parole, comme pache, pour pacte: ce barbarisme est aisé à éviter; ou en une phrâse entière: il est plus facile d'y tomber; car tous les mots qui compôsent cette phrâse étant français, on ne s'aperçoit point de la faûte. Id.
   Mon esprit n'admet point un pompeux barbarisme.
       Boil.
Rem. 1°. Il me semble que Vaugelas ne distingue point assez le barbarisme du solécisme. Celui-là consiste dans des mots ou des expressions, composées de plusieurs mots, inconnus et inusités dans la langue: celui-ci, à construire, contre les règles de la Gramaire, les mots conus et usités. La fureur du néologisme a produit beaucoup de barbarismes. L'ignorance de la langue produit beaucoup de solécismes. La gêne de la rime et la contrainte de la mesure en a beaucoup ocasioné aux Poètes.
   2°. L'Ab. Prevot, traduisant, trop litéralement, M. Hume dit, en parlant de Shakespear, trop servilement imité par les Anglais: "Delà vient que la Nation a soufert de ses voisins le reproche de barbarisme. Hist. des Stuarts. — Barbarie était là~ le mot propre; car il n'est pas question de l' impropriété des mots dans les reproches qu'on fait aux Anglais, mais de la barbâre conduite des pièces, de l'incohérence dans les moeurs et les caractères des persones, du mélange des boufoneries avec les évènemens les plus tragiques, etc. etc.

Synonymes et Contraires

barbarisme

nom masculin barbarisme
Emploi fautif d'un mot.
Traductions

barbarisme

Barbarismus, Sprachwidrigkeit

barbarisme

barbarism

barbarisme

barbarisme

barbarisme

שיבושי לשון (ז״ר)

barbarisme

barbarismo

barbarisme

barbarismo

barbarisme

barbarismo

barbarisme

barbarie

barbarisme

الهمجية

barbarisme

варварство

barbarisme

野蛮

barbarisme

野蠻

barbarisme

barbarismin

barbarisme

野蛮

barbarisme

야만

barbarisme

barbari

barbarisme

[baʀbaʀism] nm (LINGUISTIQUE)barbarism