borde

Recherches associées à borde: bordeaux

BORDE

(bor-d') s. f.
Nom employé dans quelques provinces pour désigner une métairie.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Je puis faire une borde [cabane] [, Liv. de just. 130]
  • XVIe s.
    Ce n'est pas tout d'avoir plaisante forme, Bordes, troupeaux, riche pere et puissant [MAROT, III, 296]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. catal. et ital. borda, cabane ; de l'allemand : goth. baurd ; anc. scandinave, bord ; anc. haut allem. bort, table, planche. Le mot est celtique aussi : gaél. bord, planche. Ce mot est de même origine que bord.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

borde

BORDE. n. f. Voyez BORDAGE.

bordé

BORDÉ. n. m. Galon d'or, d'argent ou de soie qui sert à border des vêtements, des meubles, etc. Son habit n'avait qu'un simple bordé. Il faut mettre un petit bordé à ces rideaux.

En termes de Constructions navales, il désigne l'Enveloppe extérieure ou intérieure de la membrure d'un navire. Les bordés de carène. Les bordés des ponts.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

borde

Borde, f. penac. Est comme Jean le Maire au li. 1. cha. 22. dit, une logete ou maisonnete portable toute charpentée de fust, assise sur quatre roües pour la mener où l'on veut, et sont les bordes, les habitacles des bergers aux champs, depuis Printemps jusques à la fin d'Automne. Mais il se prend aussi plus largement pour toute ville, casine, escartée emmi les champs, Humilis casa. Virgile 2. eclog. Tuguria campestria. Nicot en ses Cantiques: N'es tu plus or records De la borde araineuse Dont jadis te mist hors, Une bien plus poudreuse T'attend encor. Ingrat, De son bien dés adonc Tu luy as fait un rapt, De luy ne l'obtins onc. Villicus, Il se prend aussi en aucunes contrées de ce Royaume pour une ferme, qui est edifice de plus grande estoffe, Villa, dont vient ce mot Bordier, et Bordiere, Villicus, villica.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

bordé


BORDÉ, ÉE, adj. Garni: "Fossé bordé de haies; parterre, bordé de fleurs.

bordé


BORDÉ, s. m. Galon qui sert à border des habits, des meubles. Petit bordé, large bordé.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788