bordure

(Mot repris de bordures)

bordure

n.f.
1. Partie la plus éloignée du centre d'une surface : Les vaches paissent à la bordure du pré lisière, pourtour
2. Ce qui garnit le bord de qqch ; ce qui marque le bord, la limite de qqch : Son papier à lettres est orné d'une bordure bleue. Construire une bordure de pierres autour d'un bassin.
En bordure de,
immédiatement à l'extérieur, le long de : Se garer en bordure d'un parc.

BORDURE

(bor-du-r') s. f.
Ce qui garnit le bord de quelque chose. La bordure d'un chapeau. La bordure d'un bois, les arbres qui en forment la lisière. La bordure d'une allée, les fleurs, les herbes dont on garnit le bord d'une allée. Une bordure de thym. Bordure de pavé, rang de gros pavés qui retiennent chacun des deux côtés d'une chaussée.
Cadre d'un tableau, d'une gravure. Fig.
Le Meschascébé formait la bordure du tableau avec une inconcevable grandeur [CHATEAUB., René, 168]
Par extension.
La reine Gisèle était borgne ; ses yeux de travers avaient une bordure d'écarlate [FÉN., XIX, 7]
Terme de blason. Brisure qui entoure l'écu et qui est toujours différente de l'émail de l'écu.
Terme de marine. Bord inférieur d'une voile.
Terme de jeux. Certain nombre de numéros, compris dans les colonnes droites, à la belle et au biribi.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Auques [un peu] près de la bordeüre [, la Rose, 21881]
  • XIVe s.
    Esmerez fu vestis d'une robe jolie, Qui estoit de fin or, à broudure furnie [, Baud. de Seb. II, 870]
  • XVIe s.
    Voyans la belle brodeure de canetille [RAB., Garg. I, 8]
    Pour ces guands furent mises en œuvre seze peaulx de lutins, et troys de loups guarous, pour la brodeure d'yceulx [ID., ib.]
    La robbe virile estoit une robbe longue pure sans brodure ny enrichisseure de pourpre [AMYOT, Anton. 92]
    Ils font premierement monter la moitié de leur infanterie, qui en s'estendant se couchoient du ventre sur la brodure [du fossé] pour n'estre point veus [D'AUB., Hist. I, 312]
    Donnez-leur une guerre juste, profitable et facile, juste contre celui qui vous a rongné les bordures de la France [ID., ib. II, 8]
    Les murtes, la lavande, la rosmarine, la trufemande et le bouïs sont les plus propres plantes pour bordures [O. DE SERRES, 580]

ÉTYMOLOGIE

  • Border. Anciennement, bordure et brodure se confondaient.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    BORDURE. Ajoutez :
    Bois de flottage qui séjourne sur les bords des ruisseaux.
    Pour prévenir les engagements, et en même temps pour que les bois ne séjournent pas sur les bords du ruisseau, la compagnie oblige les entrepreneurs à enlever tous les jours les bordures [, Mém. de la Soc. centrale d'agric. 1863, p. 258]

bordure

BORDURE. n. f. Ce qui garnit, orne ou renforce le bord de quelque chose. La bordure d'un bas-relief. La bordure d'une tapisserie. La bordure d'un chapeau, d'un soulier. Bordure de galon. Les bordures d'un parterre. Bordure de buis, de gazon, de fraisiers, de lavande, etc.

Il se dit, en termes de Blason, d'une Brisure qui entoure l'écu et qui est toujours différente de l'émail de l'écu. Bordure de gueules.

La bordure d'un bois, d'une forêt, Les arbres qui en forment la lisière.

Bordure de pavé, Rang de gros pavés qui terminent et retiennent chacun des deux côtés d'une chaussée.

bordure

Bordure d'habillement, Limbus.

bordure


BORDURE, s. f. [2e lon. 3e e muet.] Ce qui borde quelque chôse, et lui sert d'ornement. Bordûre d'un miroir, d'une tapisserie. "Un tableau paraît beaucoup plus quand il a une belle bordûre. — Cadre est moins usité en ce sens, et ne se dit que des petits tableaux, ou des bordûres pauvres et mesquines.

Synonymes et Contraires

bordure

nom féminin bordure
Traductions

bordure

border, edging, fringe, edgeאמרה (נ), מסגרת (נ)(om)lijst(ing), rand, zoom, boordselAbschlussbordaturaграница (bɔʀdyʀ)
nom féminin
bord, côté la bordure d'un trottoir en bordure de route

bordure

[bɔʀdyʀ] nf
[bois, champ, surface] → border
en bordure de → on the edge of
une villa en bordure de mer → a villa right by the sea
(sur un vêtement)trim, border