boute-selle

BOUTE-SELLE

(bou-te-sè-l') s. m.
Signal donné avec la trompette, pour avertir les cavaliers de monter à cheval.
Éperonné, botté, prêt à monter à cheval, il [Dorante] attend le boute-selle [P. L. COUR., I, 227]
Au plur. Des boute-selles.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Approchant de Oudan, il pousse Mouy avec huict cornettes et tous les harquebusiers, qui, s'estans mis au grant trot d'une lieue, surprindrent la Valette entre le boute-selle et à cheval [D'AUB., Hist. I, 231]
    Là dedans il attend le boute-selle, à cheval, et l'esbranlement des chariots de bagage des reistres [ID., Hist. III, 65]

ÉTYMOLOGIE

  • Bouter, selle.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • BOUTE-SELLE. Ajoutez : - REM. Le boute-selle avertit les cavaliers non de monter à cheval, mais de bouter la selle, c'est-à-dire de seller le cheval. C'est à la sonnerie à cheval que l'on monte.

boute-selle

BOUTE-SELLE. n. m. T. militaire. Sonnerie de trompette, en usage dans l'armée, pour avertir les cavaliers de seller les chevaux et de monter à cheval. Sonner le boute- selle.