brésiller

(Mot repris de brésillassiez)

BRÉSILLER

(bré-zi-llé, ll mouillées) v. a.
Terme de teinturier. Teindre avec du brésil.
Rompre par petits morceaux.
V. n. Se réduire en poudre à force de sécheresse.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Que à selle neuve ne soit mis en euvre basenne bresillé [DU CANGE, brasile.]

ÉTYMOLOGIE

  • Brésil. Brésiller, dans le sens de rompre en petits morceaux, s'est dit ainsi à cause de la sécheresse du brésil. Cependant Raynouard rapporte le provençal brezillar, tomber en débris, à brisar, briser ; mais la dérivation par brésil est la plus naturelle quant à la forme, et n'a point d'obstacle quant au sens.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • BRÉSILLER. - ÉTYM. Ajoutez : En Normandie, on dit d'un mets trop salé, qu'il est brésillé de sel.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

brésiller

BRÉSILLER. v. tr. Teindre en rouge avec du brésil.

Il est aussi intransitif et signifie Se fendre en petits morceaux.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

brésiller


BRÉSILLER, v. a. [Brézi-glié; 1re et 3e é fer. Mouillez les ll; tout bref.] 1°. Teindre avec du bois de Brésil. Trév. Cette signification n'est pas trop sûre. — 2°. Rompre en petits morceaux. Trév. Acad. Voilà qui est tout brésillé. — 3°. Mde. de Sévigné paraît lui doner un aûtre sens, celui de griller, échaufer. "Mandez-moi si vous dormez, si vous n'êtes point brésillée, si vous mangez, etc. — Je soupçone qu'il faut lire brasillée.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788