branler

(Mot repris de branlerons)

branler

v.i. [ de brandir ]
Être instable, manquer d'équilibre : Un fauteuil qui branle boiter
v.t.
Branler la tête,
la remuer hocher

branler

(bʀɑ̃le)
verbe intransitif
manquer d'équilibre une chaise qui branle

branler


Participe passé: branlé
Gérondif: branlant

Indicatif présent
je branle
tu branles
il/elle branle
nous branlons
vous branlez
ils/elles branlent
Passé simple
je branlai
tu branlas
il/elle branla
nous branlâmes
vous branlâtes
ils/elles branlèrent
Imparfait
je branlais
tu branlais
il/elle branlait
nous branlions
vous branliez
ils/elles branlaient
Futur
je branlerai
tu branleras
il/elle branlera
nous branlerons
vous branlerez
ils/elles branleront
Conditionnel présent
je branlerais
tu branlerais
il/elle branlerait
nous branlerions
vous branleriez
ils/elles branleraient
Subjonctif imparfait
je branlasse
tu branlasses
il/elle branlât
nous branlassions
vous branlassiez
ils/elles branlassent
Subjonctif présent
je branle
tu branles
il/elle branle
nous branlions
vous branliez
ils/elles branlent
Impératif
branle (tu)
branlons (nous)
branlez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais branlé
tu avais branlé
il/elle avait branlé
nous avions branlé
vous aviez branlé
ils/elles avaient branlé
Futur antérieur
j'aurai branlé
tu auras branlé
il/elle aura branlé
nous aurons branlé
vous aurez branlé
ils/elles auront branlé
Passé composé
j'ai branlé
tu as branlé
il/elle a branlé
nous avons branlé
vous avez branlé
ils/elles ont branlé
Conditionnel passé
j'aurais branlé
tu aurais branlé
il/elle aurait branlé
nous aurions branlé
vous auriez branlé
ils/elles auraient branlé
Passé antérieur
j'eus branlé
tu eus branlé
il/elle eut branlé
nous eûmes branlé
vous eûtes branlé
ils/elles eurent branlé
Subjonctif passé
j'aie branlé
tu aies branlé
il/elle ait branlé
nous ayons branlé
vous ayez branlé
ils/elles aient branlé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse branlé
tu eusses branlé
il/elle eût branlé
nous eussions branlé
vous eussiez branlé
ils/elles eussent branlé

BRANLER

(bran-lé) v. a.
Mouvoir d'avant en arrière, faire aller deçà et delà.
Branlant le dard dont il le voulait percer [FÉN., Tél. XVI]
Cette tête que je branle n'est point assoupie [DESC., Méd. I]
Fig. Tant que je branle le menton, tant que je mange, c'est-à-dire tant que je vis.
Oh ! tu seras ainsi tenu pour un poltron. - Soit, pourvu que toujours je branle le menton [MOL., Dép. amour. V, 1]
Branler la tête, hésiter, ne pas accéder.
Je branlais la tête à chaque somme [HAMILT., Gramm. 3]
V. n. S'incliner de côté et d'autre.
.... Nos destinées, Des Alpes et des Pyrénées Les sommets auront fait branler [MALH., VI, 8]
Il y avait une fois une reine si vieille, si vieille que sa tête branlait comme les feuilles que le vent remue [FÉN., XIX, 3]
Ma dent branle [SÉV., 378]
Dents.... Qui, durant qu'il fait vent, branlent sans qu'on les touche [RÉGNIER, Sat. X]
Faites que tout le ciel branle à votre cadence [ID., Sat. IX]
Fig.
Rien n'est juste de soi ; tout branle avec le temps [PASC., Vrai bien, 4]
Quelque terme où nous puissions nous attacher et nous affermir, il branle et nous quitte [ID., dans COUSIN]
Les hommes qui ne branlent presque que par des secousses [ID., Imag. 1]
Branler dans le manche, ou au manche, se dit d'un instrument qui n'est pas solidement emmanché ; et figurément, être menacé dans sa position, dans sa fortune, etc.
Se remuer, se mouvoir. Ne branlez pas de là.
On leur a dit qu'il ne faut pas branler, ni aller et venir [SÉV., 551]
Je pense qu'elle s'attendait que je dusse lui céder ma place ; je lui devais une incivilité de l'autre jour, je la lui payai comptant, et ne branlai pas [ID., 27]
La Bretesche avait défenses expresses de branler, quelque combat qu'il entendît [SAINT-SIMON, 47, 50]
Fig. Ces écoliers n'osent branler devant le maître.
Il y allait de la vie à branler tant soit peu sous le commandement du général [BOSSUET, Hist. III, 6]
Menacer de se révolter.
On viendra dire qu'une province s'est révoltée et qu'une autre branle [BALZAC, Avis écrit.]
Toutes les provinces qui branlent déjà, ne se déclareront-elles pas ? [RETZ, II, 300]

PROVERBE

    Tout ce qui branle ne tombe pas, se dit pour exprimer qu'une chose qui n'est pas solide peut durer, qu'une personne qui est maladive peut vivre longtemps.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Quant l'oït Guenes, l'espée [il] en a branlie [, Ch. de Rol. XXXVI]
    De son espieu la hanste [il] en a branlée [, ib. CCXL]
  • XIIe s.
    Lors [il] commença son tinel [massue] à branler [, Bat. d'Aleschans, 5119]
    Tant espié fort branler et paumoier [, Ronc. p. 58]
  • XIIIe s.
    Roonel mot ne respondi ; Qar il ne pot, que trop l'estraint Li laz, et dant Renart l'empaint Par les piez et le fet branler [, Ren. 24757]
    Tant par est la bataille fors, Lombart commencent à branler ; Car il ne porent mais souffrir [GUILL. DE PALERME, ]
    Tuit li crestien en branlerent, [, Hist occid. des croisades, t. II, p. 312]
  • XIVe s.
    Quant le Breton les vit, le cheval va brochant, L'escu mist en chantel, la lance va branlant [, Guesclin. 15828]
  • XVe s.
    Et se tenoient cils à cheval pour reconforter les batailles qui branleroient [FROISS., I, I, 92]
    Marne l'ensaint ; les haulz bois profitables Du noble parc puet l'en veoir branler [E. DESCH., Le bois de Vincennes.]
    Et branloient toutes nos enseignes comme gens quasi desconfitz [COMM., II, 2]
  • XVIe s.
    Louis Sforce, sous qui avoit si longtemps branslé toute l'Italie, on l'a veu mourir prisonnier à Loches ! [MONT., I, 66]
    Nostre ame ne branle qu'à credit, serve et captive soubs l'auctorité d'aultruy [ID., I, 161]
    La profession des pyrrhoniens est de bransler, doubter et enquerir [ID., II, 230]
    Le soleil bransle, sans sejour, sa course ordinaire [ID., II, 261]
    Le ciel et les estoiles ont branslé 3000 ans ; tout le monde l'avoit ainsi creu [ID., II, 329]
    Tout ce qui branle ne tumbe pas [ID., IV, 86]
    Je ne veulx pas que vous le poussiez, ny le bransliez ; mais seulement ne le soubstenez plus [ID., IV, 353]
    Ayant quelque temps branlé [dansé] à la lourdesque [YVER, p. 573]
    L'armée n'estoit point encore tournée en fuitte à val de roupte, mais bransloit desjà et estoit en grand desarroy [AMYOT, Pélop. 60]
    Les eschelles branloient et plioient sous le faix [ID., Aratus, 9]
    Le peuple, voyant Le gouverneur armé à l'Etape et au Martroy, branloit pour la pluspart à se jetter de son costé : mais.... [D'AUB., Hist I, 134]
    Il jugeoit à leur mouvement, s'ils branloient ou marchoient resolus [ID., III, 285]
    Les dents branlent par la relaxation des gencives [PARÉ, XV, 27]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. brannai ; forme dérivée de brandir (comme brandiller), par l'intermédiaire d'un brandeler, contracté en branler. On trouve en effet brandeler :
    Targes, banieres, penonceaux, Selonc ce que les nés [vaisseaux] brandelent, En mil parties i fretelent [G. GUIART, t. II, p. 359]
    ; et même brander :
    Tute la terre brande, pensez del espleitier [J. FANTOSME, Chron. 958]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    BRANLER. - HIST.
  • XVIe s. Ajoutez :
    Tous chalans sont tenus de bransler [suspendre la marche], arriver, venir à la chambre de ladite recepte [MANTELLIER, Glossaire, Paris, 1869, p. 14]

branler

BRANLER. v. tr. Mettre en branle. Branler les jambes. Branler les bras. Branler la tête.

Il est aussi intransitif et signifie Être en branle. Ce plancher branle. La tête lui branle. Les dents lui branlent. Prov., Tout ce qui branle ne tombe pas.

Branler au manche, dans le manche, se dit d'un Outil qui n'est pas solidement emmanché. Il signifie, figurément et familièrement, N'être pas ferme dans le parti qu'on a embrassé, dans la résolution qu'on a prise. Il signifie plus ordinairement Être menacé de perdre sa fortune ou sa place, la faveur dont on jouit, etc. Ce ministre branle au manche.

Fig., Ces enfants n'osent branler devant leur père, Ils sont dans une crainte, dans une contrainte continuelle devant lui. Cette acception familière vieillit.

branler

Branler, voyez Bransler.

Synonymes et Contraires

branler

verbe intransitif branler
Être instable.

branler

verbe transitif branler
Remuer quelque chose.
Traductions

branler

[bʀɑ̃le]
vi (= être instable) [tas, pile, chaise] → to be shaky (= être lâche, mal ajusté, mal fixé) [dent, tuile, manche] → to be loose
vt
(= secouer) branler la tête → to shake one's head
(= masturber) → to jerk off >, to wank >
(= faire)
Qu'est-ce que tu branles? → What the fuck are you doing? >
en avoir rien à branler de qch → not to give a fuck about sth >, not to give a toss about sth (Grande-Bretagne) > [bʀɑ̃le] vpr/réfl (= se masturber) → to jerk off >, to wank >