branloire

BRANLOIRE

(bran-loi-r') s. f.
Planche qui, en équilibre, sert à deux personnes placées au bout pour s'enlever tour à tour. On dit plus souvent aujourd'hui une balançoire, et, dans le langage très familier, un tape-cul.
Levier garni d'une chaîne de fer qui meut le soufflet d'une forge. Grand châssis fixé au plancher du séchoir dans un atelier de teinture.
Terme de fauconnerie. Un héron est à la branloire quand, s'élevant très haut, il tourne en agitant ses ailes.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Le monde n'est qu'une bransloire perpetuelle, toutes choses y branslent sans cesse, la terre, les rochiers du Caucase, les pyramides d'Aegypte, et du bransle publicque et du leur ; la constance mesme n'est autre chose qu'un bransle plus languissant [MONT., III, 2]

ÉTYMOLOGIE

  • Branler.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

branloire

BRANLOIRE. s. f. Planche ou solive posée en travers et en équilibre sur un point d'appui un peu élevé, et aux deux bouts de laquelle deux personnes se balancent en faisant tour à tour le contre-poids.

Dictionnaire de L'Académie française 6th Edition © 1835

branloire

BRANLOIRE, s. fém. Voyez ici BALANÇOIRE.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788