brelan

brelan

n.m. [ haut all. bretling, table de jeu ]
Au poker, réunion de trois cartes de même valeur : Brelan d'as.

brelan

(bʀəlɑ̃)
nom masculin
réunion de trois cartes identiques un brelan d'as

BRELAN

(bre-lan ; il y a une mauvaise prononciation, berlan, qui, d'après Chifflet, était admise à côté de l'autre dans le courant du XVIIe siècle) s. m.
Jeu qui se joue avec trois cartes, à trois, ou à quatre, ou à cinq.
Qu'il garde sa main droite pour jouer au brelan [SÉV., 72]
Avoir brelan, avoir trois cartes de même figure ou de même point. Brelan carré ou quatrième, brelan formé des mêmes cartes que celle qui retourne. Brelan favori, brelan qu'on est convenu de payer double. Brelan mignon, combinaison qui se présente à la bouillotte, quand, un joueur ayant deux as et un roi dans la main, l'as de retourne est de la couleur de son roi.
Par extension, maison de jeu, tripot ; il se prend en mauvaise part.
Courir le bal la nuit et le jour les brelans [RAC., Plaid. I, 4]
Je ne m'étonne pas qu'il y ait des brelans publics [LA BRUY., 6]
L'un en titre d'office exerçait un brelan [RÉGNIER, Sat. X]
Nous la verrons hanter les plus honteux brelans [BOILEAU, Sat. X]
D'écoliers.... une troupe.... Va tenir quelquefois un brelan défendu [ID., Lutr. III]
Fig.
Le monde est un brelan où tout est confondu, Tel pense avoir gagné qui souvent a perdu [RÉGNIER, Sat. III]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Un berlenc aporte et trois dez [, Fabliaux, édit. BARBAZAN, III, p. 286]
    Trois dez et un brelenc [, ib. IV, p. 44]
  • XIVe s.
    Comme icellui exposant se fust en battuz à un jeu ou bellent en la ville de Douay.... [DU CANGE, belencus.]
    L'un met sus le berlens son gage, Et l'autre met argent encontre [ID., berlenghum.]
  • XVe s.
    Le roi des ribauds doit avoir une table et breleng à par lui sur un des fiefs du palais, ou en tel place que au bailli plaira ordonner [ID., ib.]
    Plusieurs compaignons jouant aux dez sur une table ou brelenc [ID., ib.]
  • XVIe s.
    Tout son estude adonnoyt à observer les miseres d'aultruy ; ce pendant sa femme tenoyt le berland [RAB., Pant. III, 25]
    Il tint long temps le berlan [il eut longtemps l'avantage], et par son astuce et force en jetta cinq ou six par terre [PARÉ, III, p. 693]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, berlan ; espagn. berlanga, jeu de hasard ; bas-lat. berlenghum, belencus ; de l'allem. Bretlîn ou plutôt Bretling, petite planche, le sens propre étant la planche, la table sur laquelle on joue.

brelan

BRELAN. n. m. Sorte de jeu qui se joue à trois, à quatre ou à cinq avec des cartes de piquet et où l'on ne donne que trois cartes à chaque joueur. Jouer au brelan. Caver au brelan. Avoir brelan, Avoir trois cartes de même figure ou de même point. Avoir brelan d'as. Avoir brelan de rois. Brelan favori, Brelan qu'on est convenu de payer double. Brelan quatrième ou carré, Celui que le joueur a dans la main lorsque la carte qui retourne est d'égal rang que les trois qui forment son brelan.

Il se dit, par extension et en mauvaise part, d'un Lieu, d'une réunion où l'on joue habituellement. Un brelan public. Tenir brelan. Fréquenter, hanter, courir les brelans.

brelan

Brelan, kubéion, id est, locus in quo alea luditur.

brelan


BRELAN, ou BERLAN, s. m. [On ne dit plus que le 1er; 1re e muet.] Sorte de jeu fort conu. Jouer au brelan; caver au brelan. — Tenir brelan chez soi. Doner à jouer au brelan.
   Rem. Brelan, Brelandier; c'est ainsi qu' il faut écrire et prononcer, disent Th. Corneille et la Touche. Celui-ci remarque que l'Acad. avoit dabord mis berlan et brelan, et seulement Brelandier; qu'ensuite elle ne mit que brelan; et que cependant au mot gagner, elle dit: il a gagné deux cens pistoles au berlan. C'est une inatention, qu'on a corrigée dans la dernière édition. — Richelet écrit berland ou breland avec un d; et l'analogie semblerait le demander, puisqu'on dit brelander et brelandier: mais l'usage l'a retranché.

Traductions

brelan

[bʀəlɑ̃] nm
un brelan → three of a kind
un brelan d'as → three aces