céler

(Mot repris de célera)

celer

CELER. (Je cèle; nous celons.) v. tr. Taire, ne pas donner à connaître une chose. Celer un dessein. Celer une circonstance dans un récit. C'est un homme qui ne peut rien celer. Je ne vous cèlerai pas que... À ne vous rien celer.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

celer

Celer quelque chose, Celare, Concelare, Tegere, Obtegere, Reticere.

Je ne celeray rien, Nihil reticebo.

Qui ne sçait rien celer, Plenus rimarum.

Il ne le celoit point, Aperte vel non obscure ferebat, B.

Celer à quelcun quelque chose, ou son secret, Clam aliquem aliquid habere, Occultare rem aliquam alicui, Expertem consiliorum habere aliquem.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

céler


CÉLER, v. a. [2e é fer. Devant la syll. fém. cet è devient moyen; je cèle, il cèlera, vous cèleriez, etc.]

céler

CÉLER, v. act. L'Acad. écrit celer sans accent. Taire, cacher. "Celer un dessein; les éfets d'une succession: cet homme ne peut rien celer. = Se faire celer, faire dire qu'on n'est pas chez soi.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788