caïque

caïque

n.m. [ du turc ]
Embarcation des mers d'Orient : Un étroit caïque.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

CAÏQUE

(ka-i-k') s. m.
Sorte d'esquif d'une forme gracieuse et légère, en usage dans l'Archipel et à Constantinople.
Je retournai au vaisseau sur un caïque [CHATEAUB., Itin. 26]
Autrefois, sorte de chaloupe qui servait ordinairement avec les galères dans la Méditerranée. On envoya le caïque reconnaître les ennemis. Dans le XVIIe siècle, le genre ni l'orthographe n'étaient déterminés.
La cahique de Vinceguerre ayant rencontré un bateau pêcheur, le mena à la capitaine [, Relation du marquis de Brézé, 1642, dans JAL]
[Les pirates de la Russie méridionale] vont quelquefois jusques à trois ou quatre lieues de Constantinople avec leurs caïcs tant seulement, qui sont de petits vaisseaux de rame, en chascun desquels il n'y a la plupart du temps que trente ou quarante soldats [, Le père DAN, Hist. de Barbarie, 1649, liv. I, p. 10, dans JAL]

ÉTYMOLOGIE

  • Mot turc, kaik (a long).
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

caïque

CAÏQUE. n. m. Petite embarcation en usage dans l'Archipel et à Constantinople.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

caïque


CAïQUE, s. m. [Il faut mettre deux points sur l'i, pour ne pas prononcer kèke, mais ka-ike. Trév. met caïc. Le Rich. Port. les met tous deux. L'Acad. ne met que le 1er.] Suivant Trév. c'est la chaloupe d'une galère. L'Acad. le définit à peu près de même. Le Rich. Port. ne le traite que d'esquif; et cela est plus exact: car un caïque n'est rien moins qu'une chaloupe.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788