candeur

(Mot repris de candeurs)

candeur

n.f. [ du lat. candor, blancheur ]
Ingénuité proche de la naïveté ; parfaite innocence : Sa candeur l'a amené à se laisser entraîner dans une secte crédulité ; méfiance pureté ; cynisme
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

CANDEUR

(kan-deur) s. f.
Qualité morale qui fait qu'une âme pure et innocente se montre telle qu'elle est, sans défiance.
Et, quel que soit le but où tendent leurs desseins, Si la candeur n'y règne ainsi que l'innocence, Ce qu'ils font pour un bien leur semble être une offense [LA FONT., Captivité de St. Malc.]
Mainte peste de cour fit tant par maint ressort, Que la candeur du juge, ainsi que son mérite, Furent suspects au prince.... [ID., Fabl. X, 10]
Les dieux ont sur son front imprimé la candeur [VOLT., Mérop. II, 2]
De l'innocence en vous que j'aime la candeur [ID., Olymp. II, 3]
Une certaine candeur qui peut n'accompagner pas de grandes vertus, mais qui les embellit beaucoup, était une de ses qualités dominantes [FONTEN., des Billettes.]
La grâce, la candeur, la naïve innocence Ont, depuis ton enfance, De tout ce qui peut plaire enrichi ta beauté [A. CHÉN., Odes, 7]
Une muse naïve et de haines exempte, Dont l'honnête candeur ne garde aucun secret [ID., Élég. 9]
L'amicale douceur de tes chers entretiens, Ton honnête candeur, ta modeste science, De ton cœur presque enfant la mûre expérience [ID., ib. 31]
En lui l'on voit régner une candeur extrême ; Il n'affecte en ses mœurs aucun déguisement, Et dans tout ce qu'il fait il agit franchement [HAUTEROCHE, l'Amant qui ne flatte point, II, 8]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ceste mesme candeur, ceste grace divine Qu'en ton Virgile on voit.... [DU BELLAY, VI, 39, recto]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et espagn. candor ; ital. candore ; de candorem, blancheur, du verbe candere, être blanc, brillant. Mot introduit par le XVIe s.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

candeur

CANDEUR. n. f. Pureté de l'âme, confiance, franchise d'une âme pure. La candeur de ses moeurs. Agir, parler avec candeur. Avouer une faute avec candeur. Un procédé plein de candeur. Un faux air de candeur. Fausse candeur. On dirait la candeur même.

Il signifie, par extension, Confiance excessive venant de la naïveté. Abuser de la candeur de quelqu'un.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

candeur

Candeur, Candor.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

candeur


CANDEUR, s. f. CANDIDE, adj. Suivant l'Académie, Candeur est une pûreté d'âme. Trév. et le Rich. Port. la définissent mieux; Bonne foi, sincérité, franchise d'âme. "La candeur de son âme, de ses moeurs: agir avec candeur; procédé plein de candeur. — Candide, qui a de la candeur. — On dit, dans Trév. qu'il est bon d'y ajouter quelque autre mot, qui en détermine ou en explique la signification: âme candide et sincère. L'avis est fort bon. L'Acad. ne le croit pourtant pas nécessaire. Elle dit tout simplement, homme candide, âme candide, procédé candide. = Trév. dit aussi candidement, d'une manière candide. Peu usité. Rich. Port.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Synonymes et Contraires

candeur

nom féminin candeur
Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

candeur

פשטות (נ), תמימות (נ), תְּמִימוּתonschuldcandorcandore (kɑ̃dœʀ)
nom féminin
sincérité, innocence de qqn
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

candeur

[kɑ̃dœʀ] nfingenuousness
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005