canonicat

CANONICAT

(ka-no-ni-ca ; le t ne se lie pas ; au pluriel l's se lie : les ka-no-ni-ka-z et les évêchés ; canonicats rime avec las, mâts, etc.) s. m.
Autrefois le bénéfice d'un chanoine (il n'existe plus de bénéfices ecclésiastiques en France).
Vous m'avez promis un canonicat pour son frère [SÉV., 1]
Ces biens [ecclésiastiques], partagés en divers lots, prirent le nom de prébendes de canonicat [CHATEAUB., Génie, IV, III, 2]
Fig. et familièrement. C'est un vrai canonicat, une place lucrative et où pourtant il n'y a rien à faire.
Aujourd'hui, fonction de chanoine, rétribuée sur le budget de l'État.

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-lat. canonicatus, de canonicus, chanoine (voy. CHANOINE).
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

canonicat

CANONICAT. n. m. Dignité de chanoine. Obtenir un canonicat. Postuler un canonicat. On lui a donné un canonicat.

Fig. et fam., C'est un canonicat, un vrai canonicat, se dit d'un Emploi qui exige peu de travail, qui cause peu de fatigue.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

canonicat


CANONICAT, s. m. [Kanonika, le t final ne se prononce pas.] Bénéfice d'un Chanoine.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788