carabas

CARABAS

(ka-ra-bâ) s. m.
Le marquis de Carabas, nom du protégé du chat botté, dans le vieux conte rajeuni par Perrault. Bonnes gens qui fauchez, dit le chat à tous ceux qui font la moisson, si vous ne dites pas que ces terres sont au marquis de Carabas, vous serez tous hachés menu comme chair à pâté. Ce marquis de Carabas, loin d'être noble, était le dernier fils d'un meunier, ce que Béranger a conservé dans sa chanson : Pour me calomnier, Bien qu'on ait parlé d'un meunier, Ma famille eut pour chef Un des fils de Pépin le Bref.
Familièrement, propriétaire de beaucoup de biens détachés les uns des autres ; et aussi, noble fier d'une noblesse douteuse, de titres bien ou mal acquis.
Mon fils le baron, Quoique un peu poltron, Veut avoir des croix ; Il en aura trois ; Chapeau bas, chapeau bas ! Gloire au marquis de Carabas ! [BÉRANG., Le marquis de Carabas.]
Grande et vieille voiture, dite par raillerie du nom du marquis de Carabas.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CARABAS. Ajoutez :
    Anciennement, voiture publique allant de Paris à Versailles.
    Le carabas était une voiture publique ayant la forme d'une longue cage et pouvant contenir vingt personnes.... les carabas mettaient quatre heures et demie pour aller à Versailles ; les places coûtaient vingt-cinq sous [, Journ. offic. 29 avril 1875, p. 3081, 3e col.]
    (le journal écrit carrabat).
    Ils [les tableaux de Lancret, Watteau, etc.] vous promènent partout, à la cour comme à la ville.... dans les carrosses du roi et dans les misérables carabas qui font le service de Paris à Versailles [, Rev. illustrée des Deux-Mondes, 26 déc. 1874]

    REMARQUE

    • Carabas, au sens de vieille voiture, s'écrit sans majuscule.