carrousse

CARROUSSE

(ka-rou-s') s. f.
Partie de boire, excès de boisson.
Encore, après cela, ils sont enfants des cieux ; Ils font journellement carrousse avec les dieux [RÉGNIER, Sat. II]
Alaciel, qui de sa vie, Selon sa loi, n'avait bu vin, Goûta ce soir, par compagnie, De ce breuvage si divin.... Insensiblement fit carrousse [LA FONT., Fiancée.]
Mot vieilli.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Quelques Alemans et Bourguignons faisoient carrousse du sang des sacrifices [D'AUB., Conf. I, 8]
    Tout le monde beuvoit carous à luy et à moy, pensans m'enyvrer [PARÉ, t. III, p. 732]
    Ce maistre eschevin, qui ne mist jamais le nez qu'en ung poisle pour boire carroux.... [CARLOIX, IV, 14]
    .... Faisant boire à la mode du pays [de Metz], que l'on appelle carroux, tous les passants [ID., VI, 25]
    .... Qu'ils iroient jusques dedans leurs poisles, et faire carroux, c'est à dire boire d'autant avec eux [ID., IX, 24]
    Je ne suis pas de ces importuns lifrelofres qui, par force, par outrage et violence, contraignent les gentils compaignons trinquer, boire carrous [RAB., Pant. III, Prolog.]

ÉTYMOLOGIE

  • Espagn. caraos ; angl. carouse ; de l'allemand garaus, dans cette locution garaus machen, en finir, combler la mesure.

carrousse

CARROUSSE. s. f. T. emprunté de l'allemand. On ne l'emploie que dans cette phrase familière, maintenant très-peu usitée, Faire carrousse, Faire débauche, boire avec excès.

cârrousse


CâRROUSSE, ou CâROUSSE; Terme emprunté de l'Allemand. Faire Cârousse, faire débauche: st. fam.