central, ale

CENTRAL, ALE

(san-tral, tra-l') adj.
Qui est au centre, qui a rapport au centre. Les points centraux. Feu central, feu ou du moins très forte chaleur qui existe au centre de la terre.
Par extension, province centrale, quartier central, qui est au cœur du pays, de la ville. Administration centrale, administration à laquelle tout aboutit. Pouvoir central, par opposition à pouvoir local, pouvoir qui gouverne ou représente l'ensemble de la nation. Écoles centrales, écoles qui, d'après un décret de la Convention du 3 brumaire an IV, devaient être et ont été en effet établies dans les chefs-lieux des départements. L'enseignement y comprenait le dessin, l'histoire naturelle, les langues anciennes, les mathématiques, la physique et la chimie, la grammaire générale, les belles-lettres, l'histoire et la législation. Les écoles centrales, plus belles en théorie que dans la pratique, ont été remplacées, à la création de l'Université impériale, par les lycées et les colléges. Aujourd'hui il n'y a plus d'école centrale proprement dite ; quand on emploie ce terme, on veut dire qu'on y a concentré tout ce qui se rapporte à tel ou tel enseignement, ou qu'elle est le centre où tout cet enseignement vient aboutir. Telle est l'école centrale des arts et manufactures.
Terme de mécanique. Force centrale, force dirigée vers un centre, ou émanant d'un centre, ou se rapportant à un centre.
Terme de géométrie ancienne. Règle centrale, règle d'après laquelle on se servait du cercle et de la parabole pour construire les racines des équations du 3e et du 4e degré.

ÉTYMOLOGIE

  • Centralis, de centrum, centre ; provenc. et espagn. central ; ital. centrale.